Bienvenue dans l'établissement esperanza [NC-16 Hentai|Yaoi|Yuri autorisé]
 

Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
MessageSujet: Re: Tu n'aurais pas dû! [PV Drakhys] Mer 5 Juil - 18:19
Sword Fylbers
Besoin de calme.
#Drakhys

À la fin de cette danse tribale que j’avais effectuée avec Ynedo, je rejoignis Drakhys qui me sauta dans les bras à ma grande surprise. Je souriais tendrement et lui caressais la tête. Ha ! Mince, faut pas que je la décoiffe. J’enlevais ma main et la posais dans son dos. La soirée avait été mouvementée et agréable finalement. Nous allions donc nous coucher pour être en forme le lendemain. Escorté par la garde du corps de Drakhys, nous arrivions rapidement dans les quartiers je lui souhaitais une bonne nuit tout en le souhaitant également à Leyrana qui semblait décidée à rester avec Drakhys pour qu’il ne lui arrive vraiment rien dans la nuit. Elle ouvrit la porte pour sa protégée et avant que je ne puisse me retourner, Drakhys vint me faire un baiser sur la joue. Je lui souris un peu surpris tout de même. Je vais finir par m’y faire à ses débordements de câlins. Je ne savais pas où mettre mes mains un instant, jusqu’à ce qu’elle me prenne les mains tout en me remerciant. Bah, je n’avais pas fait grand-chose. C’est elle qui s’est accrochée à moi au final.

-Merci à toi de m’avoir aidé.  

C’était sincère. Si elle n’avait pas été là, j’aurais agonisé jusqu’à finir par reprendre connaissance, ou je serais peut-être mort. Finalement ça n’aurait pas été un mal. Shin aurait été libéré, et nous n’aurions plus entendu parler de moi et c’aurait peut-être été tant mieux pour la plupart. Je suis résistant, mais face à une Thiamat ou des wyvernes leur poison est assez violent alors je ne sais pas si j’aurais survécu. Peut-être que si et j’aurais une fois encore résisté au poison grâce à mon corps.

-Toi aussi repose-toi bien. Je me permettais une caresse sur son front avant de me tourner vers Leyrana, un regard très explicite qui voulait dire « garde un œil sur elle » avant de la laisser rentrer dans sa chambre avec son escorte et de rentrer dans la mienne. Au final, une bonne nuit de repos ça faisait le plus grand bien. Je m’étais même retrouvé par terre, leur matelas est vraiment trop mou pour moi. Je n’arrive jamais à m’y faire. Je demanderais à Ynedo de modifier mon lit la prochaine fois.

#####

Les jours suivants étaient passés relativement vite.  Je me levais assez tôt pour aller aider les filles pour la cérémonie du feu, composant quelques nouvelles musiques et chansons pour les aider dans leurs choix. Elles m’avaient même attitré un rôle comme musicien au-devant du spectacle. C’était vraiment important pour eux cette cérémonie et comme j’excellais dans la musique de toutes sortes de mondes, je pouvais aisément leur trouver de nouvelles choses, de nouveaux rythmes. Je voulais que notre hymne ait quelque chose d’épique, de majestueux et de puissant. Alors j’avais emprunté des chanteurs, des dragons qui sauraient utiliser leur voix polytonale pour donner de la profondeur à cette hymne, les femmes accompagneraient en choral derrière les hommes pour donner quelque chose de plus doux. N’oublions pas les percussions. Quant aux élémentaristes volontaires et aux gardes des autres seigneurs, je voulais qu’ils ouvrent la cérémonie en marchant jusqu’à l’arène où se déroulerait le spectacle. Incitant la population et le reste des élémentaristes à chanter en cœur jusqu’à l’arrivée. Ils porteraient les étendards des différentes contrées de Fortunia. Une fois que tout le monde sera installé dans l’arène, les seigneurs en place dans les gradins princiers, le spectacle commencerait. Comme nous étions doté d’une technologie évoluée, chaque Fortunien avait accès à la cérémonie par des panels visuels, un peu comme des téléviseurs -si je me souviens bien sur Terra c’est comme ça qu’ils disent-. Ceux qui ne portaient pas d’étendard devaient jongler avec des bâtons, dévoilant leur magie pour faire jaillir des étincelles élémentaires, feu, glace, eau, foudre, terre, ombre, etc.

Ensuite le vrai spectacle commençait avec une introduction pour expliquer les batailles qui s’étaient déroulées entre chaque caste de dragon, apportant désolation et mort jusqu’à ce que mes parents viennent à amener la paix sur notre monde. C’était une idée d’Izaran, mais elle voulait représenter ma naissance. Je ne sais pas pourquoi elle s’est mise en tête de vouloir me montrer ainsi pour qu’ensuite à la mort de mes parents je sois comme pris d’un profond désespoir avant de mourir de la main de celui qui avait tué mes parents. J’étais mal à l’aise pour ce passage, et je préférais qu’on ne me réfère pas, mais quand Izaran a une idée en tête, il est difficile de la lui faire sortir. A côté de ça la fin de ce premier morceau révélait un autre fond. Moi ça me mettait mal à l’aise et Izaran avait tenté de me sortir les vers du nez pour savoir pourquoi j’étais autant crispé. Je ne lui ai pas dit que c’est parce que j’étais devenu le destructeur. Elle ne m’aurait probablement pas pardonné et encore moins accepté par la suite. Cependant, je lui expliquais que je n’aimais pas qu’on me mette en avant.

Enfin bon… La description de la fin de notre tranquillité était également bien tournée, et montrait tout ce qui disparaissait grâce aux petites mises en scènes du spectacle, jusqu’à tout mettre à feu et à sang avec mon arrivée, enfin, l’arrivée du destructeur qui tua celui qui avait pris la place de l’assassin de mes parents. A parti de ce moment-là, l’arrivée des ténèbres et la corruption totale du monde. Très joliment représenté par les petites danseuses et leur magie. Mais aussi la bataille contre les ténèbres des anciens dragons de mon peuple avec le morceau d’après. Et celui d’après encore. Toute cette partie de ténèbres et de destruction durant des millénaires, leurs batailles acharnées alors que de mon côté je m’amusais comme un fou. Détruisant, créant des armées de morts, réanimant de vieux dragons pour qu’ils deviennent mes généraux. Tout avait tellement bien été décrit, j’avais mis ma petite touche en expliquant quelques points en faisant passer mon imagination, et les idées avaient été acceptée et bien tournées. Dans tous les cas tous les morceaux avaient un certain rythme élancé et à la fois oppressant et malsain sans trop non plus diaboliser la chose. Le monde devint désespoir et leur bataille presque vaine, jusqu’à ce que je quitte se monde et les abandonne en pensant avoir tout détruit. Ce qui fut le morceau d’après. Jusqu’à la résurrection de ce monde. Un hommage à toutes les pertes qu’ils ont subi, tous les chagrins et les malheurs de la disparition de plusieurs dragons, mais leur corruption également après leur bataille. Ce qui donnait quelque chose de très malaisant en un sens. Jusqu’à l’arrivée d’Ynedo et Izaran qui réussirent à sauver le monde et à le faire renaître de ses cendres et de sa désolation. Une longue représentation et un air profond. Redonnant de l’espoir et de la vitalité sur les danses et le reste du spectacle. Le sacrifice de son père pour détruire une grosse partie des ténèbres de ce monde, des pères d’autres dragons également, remerciant et rendant hommage aux anciens seigneurs pour leur sacrifice pour faire renaître ce monde.

J’en étais complètement ému. Les fois où je ne devais pas jouer. Sauf que j’étais présent pour jouer de la basse, de l’orgue, du piano et de la guitare pour certains morceaux. Bah oui, quand je viens, je ne suis pas spectateur, je n’aime pas ça, je préfère faire quelque chose que regarder pendant des heures. Jusqu’à la fin de ce spectacle avec cette belle renaissance par le feu d’Izaran qui avait son propre rôle à elle. Il ne resterait après ça que quelques semaines avant le retour des mois chauds, et l’hivernation de certains dragons pour mettre bas à la venue des beaux jours. Chose plutôt originale d’ailleurs pour cette fin, car il y avait un mélange de coutumes et d’instruments. Jusqu’au retour des voix plus masculines. Haha ! J’adore quand les voix graves prennent le dessus pour terminer tout cela et donner encore plus de magie en jouant de leur magie tout en jonglant avec leur bâton et dansant de manière tribale et puissante, tout comme la danse que j’avais fait avec Ynedo la veille en beaucoup plus impressionnante. Surtout que les dragons volaient également dans le ciel, effectuant une danse céleste tout en crachant des flammes.

Bien entendu, durant toute cette préparation, j’avais confié Drakhys aux mains de notre expert en recherche, Genchi qui lui fit découvrir son laboratoire et ses inventions. D’ailleurs, il réussit même à gagner le troisième prix pour une de ses inventions de téléconférence holographique qui permettait de parler à distance avec un dragon à l’autre bout du pays. S’étant étrangement inspiré des technologies Terran pour venir à bout de ses recherches. Le premier prix avait été un système de téléportation dans différents lieux, et même certains mondes, pour ceux qui ne pouvaient utiliser ce pouvoir. C’était une grosse machine, un peu comme une cage au final, moi ça me faisait penser aux tubes dans lequel on nous mettait pour les terrains d‘entrainement. Cependant, le constructeur avait dit qu’il était déjà sur de nouvelles recherches pour que ce soit un appareil de téléportation portatif. Mais qu’il n’était pas encore au point. Quant au deuxième prix, c’était une arme capable de tout trancher et même les plus résistants métaux, grâce à une vibration sonique à très basse fréquence très discrète donc. Pour des guerriers comme nous, c’est plutôt utile. Mais le pire, c’est qu’il y avait différents modèles, dont un rétractable qui me faisait carrément de l’œil. Un jour, j’irais sur Titania et je récupèrerais un appareil cybernétique de ce monde pour que Genchi l’étudie.

A côté de ça, Drakhys apprenait à connaître les différents dragons qu’on pouvait croiser, comme j’étais pas mal pris, je ne la voyais qu’en la croisant, ou le soir. Histoire qu’elle ne pense pas que je la délaisse, mais comme je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit là, bah c’était pas prévu au programme quoi. Donc bon. Je faisais en sorte de lui accorder un peu de temps. Par contre c’était Ynelia qui était un peu jalouse d’elle, sachant que son frère était pratiquement toujours fourré avec et qu’il l’emmenait en sortie en ville ou ailleurs pour lui faire découvrir. Parfois accompagné de Frost, d’autres fois avec Sagis qui servait de monture. Et Yue qui venait de temps en temps squatter avec son père, il était vraiment trop mignon. Et Izaran, Ha ! Dès qu’elle voyait Drakhys elle cherchait à discuter plus en amont avec elle et lui proposait même se l’entraîner, lui apprendre quelques petites techniques et perfectionner sa voix avec Ynelia afin qu’elle apprenne un peu le même principe que le Thu’um. Bref, programme chargé jusqu’à la cérémonie du feu qui se déroula véritablement bien. Avec de multiples applaudissements et récompenses de la part des différents dragons. J’étais crevé mais ravi de voir que ça avait plu à beaucoup. Même si je savais que ça n’avait pas plu à tout le monde, on ne pouvait pas épater et plaire à tous. Chacun ses goûts comme on dit. Après la cérémonie du feu, un banquet avait été fait, des danses encore avec des chants, c’était le dernier soir et le dernier bal avant que tous les invités des autres contrées ne rentrent chez eux.

#####

Dernier jour avant de repartir… Je me tenais face à l’étendue sauvage des marais. Nous avions fait nos salutations à ma famille et dit au-revoir aux plus importants avant que je ne m’élève dans le ciel et ne parte enfin dans cette direction. D’habitude je prends un portail, là, c’était une exception. Prétextant la raison d’un dernier arrêt pour Drakhys. J’avais repris forme humaine et la miss était à côté de moi. J’inspirais profondément. En fait, j’avais le trac, je n’avais pas envie de rentrer dedans, parce que je savais pertinemment ce qui m’y attendrait. Je lâchais un soupire franc avant de m’avancer pour entrer dans le marécage.

-Quand faut y aller…

Je marchais lentement, légèrement à reculons et sur mes gardes jusqu’à ce que je nous trouve le bon chemin pour bifurquer à l’endroit du nid de mon ancien moi. Au plus nous avancions, au plus je ressentais son appel. Si je restais toujours aux abords de ces marais c’était bien pour éviter de revenir là, de sombrer une fois encore et d’être tenté de happer les ténèbres de ce cœur noir. Je savais ce que j’y avais laissé et pour la première fois, je ressentais de la peur. Peur d’affronter mon ancien moi et de me sentir faible face à lui. Je m’arrêtais en observant autour de moi avant de rentrer dans cette forêt ténébreuse. Nous devions traverser la forêt obscure avant de pouvoir tomber sur la tour de l’ermite qui m’avait accueilli autrefois. Tout était si sombre glauque et malsain. Je souriais à mesure que nous avancions. J’aimais cette sensation autour de moi, ce désespoir qui me prenait soudain. Cette envie de mourir et de retourner dans les bras de Null. Au début je paraissais tendu, mais a mesure que nous traversions les bois, je semblais beaucoup plus volage, gracieux, je pourrais sautiller comme une petite fille à la recherche de fleurs ou de papillons. Mais je trottinais presque, jusqu’à finir par rire. Rire d’une prise folle et malsaine. Je tournais sur moi-même en levant les bras avant de courir. Lâchant complètement les chaînes qui me gardaient à peu près stable.

-Suis-moi si tu le peux ! Hahaha ! Fis-je à Drakhys derrière moi en me tournant un instant dans sa direction avant de filer comme une flèche.

Ricanant de façon beaucoup plus malsaine à mesure que j’avançais jusqu’à tomber sur cette fameuse tour d’ermite. Je m’arrêtais net. L’observais avec un sourire torve, malsain, mon aura se dégageait de mon corps sans que je ne m’en rende compte finalement, comme des bras qui attraperaient quelque chose d’invisible. Mon regard devint rouge, je sentais fortement cette puissance qui m’emplissait d’une profonde joie. Mon cœur battait à tout rompre, je le sentais sur le point d’exploser à tout moment. J’attendis que Drakhys me rejoigne, plutôt Mox. Et la regardais avec ce même sourire torve. Murmurant quelques mots dans une vieille langue qu’elle saura reconnaître. Une langue serpentine et sifflée, murmurée très faiblement avec de légers claquements de langue. Puis je m’avance dans ce nuage de mort qui entoure la tour. Comme une espère ce tête de dragon d’ombre qui bloquait l’entrée à ceux qui n’étaient pas assez digne de franchir cette barrière. Mais le dragon me reconnut bien malgré mon changement d’apparence. En passant de l’autre côté, j’ai ris, ris parce qu’une douleur soudaine m’a transpercé de toutes part. Je sentais mon cœur lâcher prise. Mon corps de vivant ne me permettrait pas de rester très longtemps. Je posais ma main sur mon torse, le buste en avant et riais de plus belle. Là. Là !! Cette douleur je l’aime tellement ! Ce tourment qui s’empare de moi. Bon sang que ça m’avait manqué. Je passais l’encadrement dénué de porte en m’y appuyant un instant pour reprendre mon souffle. L’aspect était tellement sordide et corrompu.

Je reprenais une inspiration avant de continuer à l’intérieur. J’en avais presque oublié Mox à cet instant. Une vaste bibliothèque et un escalier central qui montait vers le sommet de la tour encore en état. La mort était plus que palpable. Mes maîtres, ceux pour qui j’ai voué toute mon existence dans la mort et la destruction. Ceux pour qui je ferais encore tout ce qu’il y aurait à faire pour les aider dans leur quête de mort et de destruction et que je continue encore malgré ma renaissance. Tamara doit être tellement déçue de m’avoir donné un corps vivant pour ce que j’en fais. Je savais que ce n’était que la plus basse partie de la tour, un leurre en somme, là-haut, c’était mon nid, mais le véritable lieu de repos était au sous-sol, qui ne se voyait pas. Je n’ai pas vraiment à m’inquiéter pour Drakhys, je sais que Mox veille sur elle.

© 2981 12289 0

intérieur de la tour:
 
avatar
Messages : 716

Date d'inscription : 14/10/2014

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu n'aurais pas dû! [PV Drakhys] Mar 5 Sep - 12:07
Drakhys Andar
Tu n’aurais pas dû !
Dans l'antre de la bête

Le geste du dragon sur son front sembla lui laisser une trace agréablement chaude sur le front. Après quoi, il gratifia sa garde du corps d’un regard qui ne laissait absolument aucune place au doute quant au fond de sa pensée. Ce qui provoqua une douce chaleur dans le cœur de la vampire. Elle comptait pour quelqu’un. C’Etait un sentiment vraiment agréable de savoir qu’on avait de la valeur aux yeux d’une personne. Jusqu’ici, les interventions sanglantes de sa jumelle avait conduit la blonde à un isolement forcé. Elle découvrait ce qu’était d’avoir des amis. Mais aussi, elle goutait à la crainte de les savoir en danger avec elle.

Une fois dans sa chambre, Leyrana veilla à ce que Drakhys trouve facilement une tenue confortable pour dormir, après quoi, elle s’installa dans son lit et fixa la soldate qui semblait rester en faction près d’elle. Elle l’invita à se détendre un peu et lui assura qu’il ne se passerait rien. Devant l’inflexibilité de la jeune femme, Drakhys lui demanda d’au moins prendre une chaise car elle n’arriverait jamais à fermer l’œil si elle restait ainsi, debout, planter à côté d’elle. Elle finit par obtempérer et la blonde se laissa tomber dans les coussins, s’endormant presque instantanément.

####

Ce qui suivit cette soirée fut un véritable tourbillon. Une tempête dans laquelle la jeune vampire se laissa absorber, voir même posséder. Le monde de Sword était tellement captivant, qu’il lui semblait que jamais sa soif de le connaitre se tarirait. Le dragon était rarement présent. Il s’occupait des préparatifs d’autres. Cependant, Drakhys n’était pas pour autant livrée à elle-même. Loin de là. Déjà parce-que Ley, elle avait fini par lui donner un surnom, ne la lâchait que rarement et ensuite parce-qu’elle passait beaucoup de temps avec le beau brun. Elle adorait passer du temps avec Genchi. Et ce pour plusieurs raisons. Déjà il lui montrait tellement et tellement de chose extraordinaire, mais c’était surtout la façon dont il lui faisait découvrir. Le timbre de sa voie, les étincelles dans ces yeux. Le dragon aimait son monde, sa transparaissait par tous les pores de sa peau.
Bien qu’il soit vraiment attirant et toujours très doux avec elle, Drakhys se rendit compte, à force de temps passé ensemble, que cette attirance n’avait rien à voir avec ce qu’elle ressentait pour un autre dragon bien plus jeune. Il arrivait parfois que leurs mains se touchent et même que leur corps se frôlent involontairement. Et dans ces cas-là, elle ne ressentait pas de décharge fulgurante d’électricité en elle. Elle ne s’embrassait pas complètement. Elle ne perdait pas son souffle et ses pensées restaient cohérentes. Genchi avait beau être terriblement sexy et avoir une liste de qualité aussi longue que l’était le corps de Frost… Elle n’en restait pas moins éprise de Caleb…
Quand l’inventeur lui présentait ces découvertes et autres nouvelles fabrications, elle ne pouvait s’empêcher de lui parler de ce qui semblait plus ou moins l’équivalent chez elle. Bien sûr elle était incapable de lui expliquer leur fonctionnement. Mais elle lui décrivait le mieux qu’elle pouvait leur utilisation et leur fonction. Il décrocha la troisième place au concours et bien qu’il soit fort applaudit, elle décela une lueur de déception dans ses yeux. Elle lui offrit un sourire d’encouragement. Il avait l’ambition d’être le meilleur dans son domaine visiblement. Mais il s’était montrer vraiment faire-play et avait voué une véritable attention au projet de son concurrent qui visait la téléportation. Et la vampire devait bien admettre que c’était vraiment extraordinaire.

- Quand ça sera au point, tu pourrais venir me rendre visite chez moi !

Ce serait à son tour de jouer les guides touristiques et cela l’excitait grandement. Lui rendre l’hospitalité dont elle avait jouit ne serai que le minimum.
Le second prix était une arme. Et au vu de ses capacités, Drakhys préféra rester distante. Sa jumelle la trouvait particulièrement intéressante et elle redoutait de la voir disparaitre pour la retrouver au milieu de ses affaires un peu plus tard. Le bleu aussi s’était montré conquis par le tranchant de ce couteau… Vraiment ces deux-là faisait la paire.

Quand il n’était pas au laboratoire, Drakhys apprenait tout ce qu’il faut savoir sur les dragons de ce monde, ainsi que leurs coutumes. Comme si elle allait rester sur Fortunia le reste de son existence. Cependant, cela ne dérangeait pas du tout Drakhys, bien au contraire. Avide de tout savoir, elle s’abreuvait littéralement de ce savoir et posait des milliers de questions. Cela provoquait la plupart du temps les rires de ses interlocuteurs, mais elle s’en fichait éperdument. Les dragons étaient un peuple fascinant, qui ne semblait jamais cesser de la surprendre. Elle était bien entourée, le plus souvent avec Genchi mais aussi avec sa sœur qui se montrait le plus souvent boudeuse. Ainsi que Frost qui se révéla ne jamais être bien loin du brun. Elle se retrouva aussi avec Yue et son père. Elle essayait de toujours se montrer très polie. Elle ne voulait pas être la cause d’un accident diplomatique, ce qui semblait amuser bon nombre d’entre eux. Sagis se montrait toujours aussi méfiant à son égard, mais elle ne pouvait lui en tenir rigueur. Et grâce à Genchi, il la prenait quand même sur son dos.

Finalement quand elle n’était pas fourrée avec le prince, c’était sa mère qui prenait le relai. Et là encore, cela provoquait la plus grande joie chez la blonde. Elle apprenait toujours, mais cette fois, c’était dans un tout autre domaine. Elle perfectionna sa voie et son chant avec Izaran et Ynelia et la reine lui proposa même de lui apprendre quelques techniques qui lui permettaient de moduler considérablement sa voix. Après de longues heures à s’entrainer, elle avait réussi à maitriser un chant assez court, mais terriblement envoutant. Elle était vraiment impatiente de le faire écouter à Caleb.

Et puis, vint la fameuse cérémonie. Izaran avait insisté pour fournir à la vampire une toilette de sa garde-robe personnelle. La blonde avait bien tenté de lui faire comprendre que c’était beaucoup trop pour elle et qu’elle ne pouvait accepter. Surtout que la reine semblait bien decider a ce qu’elle emporte avec elle la magnifique robe quand elle partirait. Mais on ne tiens pas tête à la dragonne bien longtemps et c,’est terriblement gênée que Drakhys c’était rendu aux festivités, dans une robe à manches longues et évasée, pourvue d’un décolté qui révélait la poitrine généreuse de Drakhys. Serrée à la taille, soulignant la grace de sa silhouette féminine, la jupe était fendue pour dévoiler une jambe à la peau de lait. Le tissu rouge, comme un lit de sang était leger et fluide. Pourvu de plume sur les épaules, la tenue rappelait la nature profonde d’Izaran. La vampire avait tenu à prendre également l’éventail qu’elle lui avait offert quelques jours plus tôt. Ses cheveux avaient été coiffés en une cascade blonde ondulée se terminant en bleu et rose. A des endroits stratégique, sa robe était soulignée de fioriture d’or et une paire de botte couleur crème, ainsi que des bas ouvrager mettait une dernier touche de glamour.
Drakhys se sentait à la fois terriblement belle, et complétement mal à l’aise tellement ce style n’était pas son genre.

L’ouverture de la cérémonie avait été… Indescriptible. Le spectacle était à couper le souffle. D’ailleurs à plusieurs reprise, Drakhys se retrouva a suffoquer tellement elle s’arrêtait de respirer. Et la musique… Bon sang ! Toutes les émotions qui étaient véhiculé par les sons, les chants, les intonations, les pauses et autres silences. Elle essuya a de nombreuse reprise ses yeux, saisie par la poigne de la musique. Personne n’avait besoin de traducteur. On comprenait parfaitement que ça retranscrivait l’histoire de Fortunia. Elle Fixa Sword qui jouait avec les autres musiciens. Il lui sembla qu’un passage lui était carrément dédié. Et effectivement, elle put lire dans l’inclinaison de ses épaules et de son menton qu’il n’était pas à son aise à ce moment-là. Inutile de se demander pourquoi. On le mettait limite sur un piédestal alors qu’il était le principal acteur de la destruction de son monde… Sauf que en dehors de lui, d’elle et de son cousin… Tous l’ignoraient.
L’entrée en scène d’Izaran et de son feu sembla plonger la blonde dans une sorte de transe. Elle resta figé, suivant des yeux la reine comme si il n’y avait plus qu’elle au monde. Son esprit se déconnecta complétement et une chaleur inhabituelle se dégagea de son corps. Les applaudissements de la foule là ramenèrent sur terre et elle s’aperçue qu’elle s’était levée et que tout son corps était tendue en direction de la dragonne. Perturbée par ce phénomène, elle se rassit, confuse, sous l’œil interrogateur de Ley.
Le spectacle avait laissé Drakhys un peu pantoise par sa beauté et son intensité et c’est avec le soutien de sa garde du corps, qu’elle s’était rendu au banquet qui suivait cette cérémonie. Elle mangea avec parcimonie, se méfiant de l’effet que le sang produirait sur elle et elle se retrouva rapidement sur la piste de danse. Elle passa dans bras en bras aussi bien masculin que féminin d’ailleurs. Elle dansa avec Ynelia une danse particulière. Bien loin de ce qu’elle avait assisté avec Sword et Ynedo cependant, la sœur cadette de Genchi semblait mettre en avant une certaine rivalité à son égard dans cette danse. Finalement, elles finirent la danse en riant toute les deux. A son plus grand bonheur, Genchi la fit danser également et elle ne parvint pas à lâcher son regard, oubliant tous ce qui pouvait se passer autour d’elle. Elle était captivée par leurs couleurs, leurs éclats. Il lui faisait penser à un feu ardent, de la lave en fusion, c’est quand il se mit à sourire d’une façon légèrement moqueuse qu’elle comprit que la musique était fini depuis un certain temps, qu’ils ne dansaient plus mais qu’elle continuait de se baigner allègrement dans son regard. Elle s’empourpra violement et se dégagea doucement de lui en s’excusant platement.
Elle finit par retrouver le géant bleu et le couvrit d’éloges pour son travail dans la préparation de la cérémonie. Elle lui décrivit dans les moindres détails ce que cette musique avait pu lui faire ressentir et surtout insista sur le fait qu’aucun son n’avait pu lui fournir autant de sensation qu’à cet instant. Il avait donné vie à la musique, littéralement.

C’est fatiguée et extatique qu’elle finit dans son lit. N’ayant pas la force de retirer sa robe, elle s’était laissé tomber sur le moelleux matelas, s’endormant instantanément.

####

Toute bonne chose à une fin. Malheureusement, il était temps de partir. Les au revoirs furent long. Déjà, il y avait beaucop de monde a saluer, et la blonde tenait à remercier comme il se devait ses hôtes. Elle remercia Ley d’avoir veillé sur elle pendant tout ce temps, lui serrant doucement les mains. Elle serra Ynelia dans ses bras. Elle adorait la princesse, même si elle sentait toujours cette rivalité venant d’elle, qu’elle ne comprenait pas vraiment d’ailleurs. Izaran sembla lui promettre qu’elles se reveraient bientôt. Qu’il serait bientôt temps. Cela laissa perplexe la blonde. Ynedo resta… Ynedo tout simplement.
Devant Genchi, et remit une mèche de cheveux en place derrière son oreille, consciente que tous la regardait. Elle lui sourit et le remercia pour tous ce qu’il avait faits pour elle. Posant une main sur son torse, elle se mit sur la pointe des pieds et déposa un baiser juste aux coins de ses lèvres. Pas vraiment sur la bouche mais pas vraiment sur la joue non plus… Après quoi elle s’éclipsa comme un chat agile sur le dos de Sword. Un grand sourire sur le visage mais les larmes aux yeux quand même. Et à grand renfort de geste d’au revoir, ils décollèrent et s’éloignèrent en direction des ruines, pour un dernier, sombre, arrêt.

Ils étaient à présent à la lisière des marais. Sword avait repris une forme humaine et fixait l’étendu devant eux. Darkhys avait laissé sa jeune sœur tranquille pendant tout le séjour, attendant patiemment qu’il se termine. A présent s’était son tour. Son aura se dégageait en volute léger. Elle en tremblait d’impatience alors qu’elle pouvait sentir la tension chez le dragon. Il soupira et elle le regarda du coin de l’œil. Elle appréciait sincèrement cette créature… à sa manière. Elle était parfaitement consciente que cela lui en coutait d’être là à cet instant. Elle lui suivit docilement et en silence. Inutile de provoquer un nouvel accident. Il marqua un arrêt. Son odeur avait changé et elle reconnue le délicat fumet de la peur. Elle le fixa sans mot dire et lui emboita le pas quand il s’enfonça dans la forêt.

Plus ils avançaient et plus elle pouvait les sentiers. S’en imprégner. C’était comme si vous approchiez d’une fabrique de chocolat et que vous pouviez vous diriger au nez, attirer par le fumé. Le pas d’abord lourd du dragon s’était alléger et il semblait que lui aussi se grisait de cette sensation. Les changements chez Drakhys semblaient ténus. Pourtant ils étaient. Encore plus pâle que d’ordinaire. Un sourire mauvais planait sur son visage fin. Ses yeux semblaient plus sombres et l’ambre qui d’ordinaire caractérisait son regard était comme éteint. Sword se mit à rire et le son qu’il provoqua donna des frissons à la blonde. Il perdait pied et s’était jouissif à voir. Il dansait littéralement et semblait libre. Le regard amusé et son aura plus épaisse que jamais, elle suivit son comparse quand il l’invita à le faire.

C’était comme si elle projetait son aura devant elle pour s’y déplacer. Elle semblait presque disparaitre dans ses propres ténèbres pour y apparaitre un peu plus loin, suivant la silhouette du dragon. En d’autres circonstances, elle n’aurait jamais pu se déplacer ainsi. Cela n’était possible que par l’effrayante concentration de ténèbres que l’endroit lui offrait. Elle était plus forte, plus rapide… Plus… ELLE. Sword s’arrêta net et elle se planta à côtés de lui. L’ambre de son œil avait disparu remplacer par un rouge profond, ses cheveux avait perdu toute couleur. La présence de Mox était telle, qu’elle avait annihilé toute trace de la petite Drakhys. Si ce n’est qu’elle avait toujours ses traits.
Elle coula un regard au dragon. Elle l’aimait quand il était ainsi. Elle lui sourit. La langue qu’il employa lui chatouilla les oreilles de façon agréable. C’était un très vieux langage, oublié de tous. Mais pas de lui visiblement. Son sourire s’étendit de façon malsaine et elle le regarda s’avancer, restant un peu en retrait. Elle ferma brièvement les yeux savourant ce que l’endroit lui apportait, sans compter l’aura de Sword. Elle rouvrit les yeux quand le rire du bleu se fit entendre. Elle plissa légèrement les yeux. Ce rire particulier était dû à la douleur. Il était un être vivant et cet endroit semblait vouloir lui retirer le souffle de vie qui l’habitait. La main sur la poitrine de Sword lui en donnait la preuve.
Il franchit la porte et elle le suivit. Dans sa tête, un cri aigue retentit. La petite perdait du terrain. Elle le sentait à chaque pas qu’elle faisait, elle se perdait. Bon sang ce que c’était jouissif de la sentir essayer de griffer les ténèbres. De s’y raccrocher comme si elle chutait. Quand elle n’hurlait pas, elle l’injuriait. Cet endroit pourrait éteindre Drakhys. Elle aurait alors son corps, comme elle avait toujours eu les autres corps. Plus de gêne. Elle pouvait sentir son pouvoir, qu’elle essayait d’activer en hurlant. Il était là, lattant. Il n’attendait qu’une voix pour le réveiller. L’air avait besoin de vibrer et au sein de son esprit, la petite Drakhys pouvait crier autant qu’elle voulait, l’air ne vibrait pas. Une joie indescriptible envahissait Mox. Elle aurait son corps, son pouvoir et elle allait repartir sur terre avec Sword. Elle accomplirait enfin ce pour quoi elle avait été faite. Mais il lui en fallait plus. Elle devait se nourrir encore.

- Descendons encore…

Sa voix n’avait plus rien de celle qu’on lui connaissait. C’était comme un souffle glacial, un murmure qui vous étreint le cœur. Il vous caresse l’oreille et vous déchiquettes les entrailles à la fois. Elle regarda le dragon de ses yeux avides de pouvoir, lui offrant un sourire cynique et mauvais. Les livres ne l’intéressaient pas. Elle avait besoin de se répéter de la mort palpable de sa tanière d’entant. Cette mort prendrait sa jumelle avec elle, lui laissant tout le reste.

Chut…. C’est bientôt fini…
(c) Codage par Crimi - Epicode


La robe de Drakhys:
 
avatar
Messages : 391

Date d'inscription : 16/02/2016

Age : 29

Chambre : 3

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
Tu n'aurais pas dû! [PV Drakhys]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» J'aurais cru que...
» « j'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes, et construire un empire juste pour ton sourire ... » 06.07.11 - 16h45
» Je t'aurais acceptée comme amie, mais le destin en a voulut autrement [PV Zéro]
» Moi quand je serais grand j'serais fermier, comme ça j'aurais pleins de vaches et pleins de kiri ! [PV:Booth]
» Ryan et Kath : J'aurais peut-etre du t'ecouter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esperanza :: Santa Juana :: Alentours :: Autres dimensions-
Sauter vers: