FORUM FERME, PASSEZ VOTRE CHEMIN
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez|
MessageSujet: Madame Andar, un mot. [PV Drakhys Andar] Jeu 2 Mar - 1:04
Néfir Onyx





Et même plus qu'un mot...



Parce qu'il n'y aurait pas meilleur endroit pour la trouver qu'au Nightmare. Certes, Sword et son petit y serait également mais il n'avait pas envie de fouiller l'école pour trouver cette vampire. Et les deux autres dragons savaient qu'ils n'avaient pas intérêt à s'en mêler. Il n'était pas d'humeur à ce qu'on lui mette des bâtons dans les roues. Il protégeait son petit et si personne ne voulait le comprendre, tant pis. Tant qu'il aurait fait ce qu'il fallait, le reste n'avait pas d'importance.

Il n'avait aucun mal à entrer dans la boîte de nuit, Caleb l'ayant fait passer pour le vrai propriétaire des lieux. Son regard errait sur l'endroit à la lumière encore tamisée pour l'heure. Il faisait plutôt chaud mais cela ne le convainquit pas d'enlever son manteau fait de sa propre peau. Dessous, il était habillé de noir. Chemise noire, blazer noir et bien sûr, ses bottes habituelles au pied.

Néfir avança, la foule s'écartait sur son passage. Sa hauteur lui donnant un avantage certain pour naviguer dans un tel lieu. Il vit son fils au bar, le salua d'un signe de tête, s'amusa de son regard étonné qui passa à inquiet. Il aperçut aussi Sword et fit pareil pour lui. Pour se tourner ensuite vers la scène où allait se tenir un spectacle à moins qu'il soit déjà terminé. Il se dirigea alors vers le bureau de son petit dans les lieux, faisant savoir à un serveur que la chanteuse se devait de le rejoindre dans les plus brefs délais.

-Je ne suis pas d'humeur à attendre.

Pas après la discussion qu'il avait eu avec son collègue Shintarô Ishirama.

L'Ancien se servit un verre tout en observant la pièce où il attendait... Il avait vraiment fait du bon boulot avec ce diamant qui permettait de voir sans être vu. Il but une gorgée de son propre alcool, non distribué dans le bar. Il avait amené un baril pour son usage personnel, évidemment. Il s'installa finalement à la place de son fils, lui fit savoir qu'il ne voulait pas voir une seule de ses écailles pendant sa conversation avec la vampire, et que ce fait valait aussi pour Sword.

-A nous deux...

Quand une odeur de sang et de mort lui parvint, il rouvrit des pupilles fendues à la verticale.

-Bonsoir, madame Andar. N'y allons pas par quatre chemins. Que voulez vous de mon fils ?

Sa voix était légèrement grondante. Il ne comptait pas être rassurant.

-Prenez place, je vous en prie. Cette conversation va durer un moment. Et vous ne sortirez pas tant que je ne serais pas certain que vous n'allez pas faire du mal à mon petit.

Et ça n'avait rien d'une plaisanterie...





avatar
Messages : 609

Date d'inscription : 24/06/2015

Maison : "Dragonia"

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Madame Andar, un mot. [PV Drakhys Andar] Jeu 2 Mar - 16:53
Drakhys Andar
Madame Andar, un mot.
C’est à quel sujet ?


Drakhys s’efforçait de rattraper son retard. Elle avait manqué des jours de travail et même si ce n’était pas ça faute, ça foutait le bar dans la merde. Et comme Sword devait aussi être là quand elle montait sur scène, elle ne pouvait pas non plus lui imposer de venir n’importe quand. Cependant, il avait bien voulu accepter de venir ce soir-là alors que ce n’était pas prévu. Visiblement, il n’avait rien de mieux à faire. Il y avait certain habituer et d’autre non. Tant mieux comme ça ceux qui ne venaient pas d’ordinaire pourrait la connaitre et peut-être que ça les insistera à revenir quand elle faisait son show les jours normaux. Enfin… Avec tout ça, elle n’avait pas trop eu le temps de changer sa playlist. Après son retour de Fortunia, elle n’avait pas trop eu de répit. Elle avait rencontré le beau Lycan avant de se perdre dans son étreinte. Quelques semaines plus tard, Eirik lui était tombé dessus, la mettant à mal. Caleb l’avait trouvé et l’avait secouru. Elle lui devait énormément pour ça. Elle avait réfléchis à la situation. Quand elle avait fait ce voyage avec le bleu, elle s’était préparer à subir l’assaut des aura puissante de son peuple et d’après lui et Genchi, elle s’en sortait bien. Alors pourquoi n’avait-elle pas écrasé le blanc ? Elle avait longuement réfléchis, se repassant ce moment très désagréable. Et finalement, la réponse s’était exposé. La douleur… La douleur l’avait détourné, l’avait empêché de réagir… Mais comment y résister… Elle avait fait tellement de recherche… Finalement, l’Inde s’était imposée… Mais… Elle était retenue ici… Elle ne pouvait pas se permettre de partir du jour au lendemain. Elle ne pouvait pas se permettre de laisser tomber encore une fois Caleb et le Nightmare…

Bref, elle avait ouvert les festivités avec une petite chanson entrainante. Histoire de chauffer délicatement la salle. Après quoi elle enchaina avec certain classiques qu’elle effectuait régulièrement. Ils avaient le don de les rendre fou. Elle termina sur quelque chose d’un peu plus doux, pour l’entracte. Elle disparut dans le noir après ça et retourna dans les coulisses. Là, un serveur l’attendait. Elle le regarda en haussant un sourcil interrogatif.

- Le propriétaire vous demande dans son bureau. Maintenant.

Elle fronça les sourcils. Elle avait bien sentit que Caleb était là, mais jusqu’à il y a encore quelques secondes, il était au bar… Alors c’était quoi cette embrouille ? Elle sortit des coulisses et jeta un coup d’œil dans la salle. Caleb était toujours là où elle l’avait vu. Il tourna la tête vers elle. Il semblait un peu soucieux. Ses yeux vairons glissèrent sur le géant. Lui aussi… Ça ne sentait pas bon cette histoire… Caleb devait être au courant vu qu’il laissait son bureau… Elle pinça ses lèvres avant de tourner les talons pour ce positionné sur le petit carré qui la mènerait directement dans le bureau.

Elle se retrouva instantanément au milieu du bureau du bébé dragon. Sauf que celui qui se trouvait à sa place, ce n’était clairement pas Caleb. Elle fonça les sourcils. Inutile de faire les présentations. Vu les yeux que ce nouveau géant braquait sur elle, il était un dragon, et d’après ce qu’elle savait, c’était le père de Cal, Nefir Onyx. Egalement prof de français, mari de Miley… Super… Elle passa rapidement en revu les dernier évènements mais franchement, elle ne voyait pas qu’elle connerie on pouvait encore lui foutre sur le dos. Le dragon la salua rapidement avant d’en venir au fait. Sauf qu’elle ne voyait pas trop où il voulait en venir… Elle afficha un air perplexe. Il se faisait menaçant dans sa voix. Mais ça ne l’effrayait pas vraiment. Et puis Sword et Genchi lui avait recommandé de ne pas paraitre à la merci de quelqu’un. Elle croisa les bras, venant s’assoir dans le fauteuil de l’autre côté du bureau.

- Bonsoir monsieur Onyx…

Ça lui faisait complétement bizarre de se faire appeler « madame Andar »… Elle avait du se retenir pour ne pas le reprendre et lui dire que elle c’était mademoiselle mais vu l’humeur dont il faisait preuve, il n’aurait surement pas bien prit la chose. Déjà que le peu de fois où elle avait croisé Miley, ça n’avait pas été franchement l’amour fou, alors elle préférait filer droit avec le père… Elle sentait déjà son entité intérieure bouillir. Elle le regarda droit dans les yeux, vu qu’il était sérieux, elle le serait aussi. Et comme il était poli, elle le lui rendrait également.

- Pardonnez-moi, mais je ne vois pas de quoi vous parlez…

Faire du mal à Cal ? Elle ? Qu’est-ce qu’y avait bien pu le conduire à un tel résultat ? Elle n’avait jamais pu lever la main sur lui, pas même quand il l’avait tatouée… Alors ce n’était clairement pas maintenant… Il devait être un gros papa poule…

- Je n’ai jamais été menaçante à l’encontre de votre fils, enfin pas à ma connaissance… Et je doute que ce soit un jour le cas…

Elle détourna les yeux et regarda en direction du bar. Les yeux de Caleb étaient rivés sur eux, comme si il pouvait les voir… Le pouvait-il ? Mais enfin qu’est-ce qui pouvait bien le préoccuper autant ? Craignait-il qu’elle s’en prenne à son père ? Il lui arrivait parfois d’être demeurée, mais pas à ce point-là. Surtout qu’elle savait parfaitement qu’il ne pardonnerait jamais qu’elle lève le petit doigt sur lui… Ni même qu’elle essaye… Voir même qu’elle y pense… Elle revint sur le brun, le regardant en penchant légèrement la tête.
(c) Codage par Crimi - Epicode
avatar
Messages : 391

Date d'inscription : 16/02/2016

Age : 29

Chambre : 3

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Madame Andar, un mot. [PV Drakhys Andar] Ven 3 Mar - 22:06
Néfir Onyx





Et même plus qu'un mot...



Bon point pour elle, elle prenait la situation au sérieux et avait même l'audace de le regarder dans les yeux. Mais ça ne serait pas suffisant pour qu'il cesse son enquête, qu'on se le dise. Au contraire, il avait encore bien des points à vérifier. Il balaya sa tenue et sa coiffure des yeux, un peu amusé de voir cette crinière blonde affublée de rose et bleue de chaque côté de la tête. Un tour de Caleb, évidemment, il doutait que la jeune femme aurait d'elle-même adoptée un tel look. Tellement peu sobre et normal... Mais très cartoonesque... C'était sûrement encore la faute à ces manga...

-Allons, dans votre situation, vous attendez forcément quelque chose de lui. Je pourrais vous croire si vous me disiez que vous ne savez pas quoi mais je considérerai comme un mensonge que vous pensiez me dire que vous n'avez aucune arrière-pensée inconsciente.

Il but une gorgée de son alcool, se faisant à l'odeur que traînait la vampire. Elle pourrait presque lui donner faim de massacres. Néfir sentait - avec son nez puisqu'il n'était pas des dragons qui pouvaient repérer les auras - qu'une partie de son être était noir. Ça avait une odeur, une sorte de parfum de pourriture à peine débutée. Mais il ne le dirait pas, cela ne plairait sûrement pas à la jeune femme. Il préféra donc brouiller son nez avec son alcool de pêche.

-Reprenons dans le bon sens, voulez-vous. Je n'ai pas dit que vous avez fait du mal à mon fils... Même si c'est le cas, nous le savons, vous l'avez fait pleurer. Je parlais de ne pas vous donner l'occasion de lui en faire plus dans l'avenir. Pour cela, je suis là pour vous... évaluer on va dire.

Et qu'elle ne lui balance pas que ça ne regardait que Caleb et elle. C'était un bébé, donc l'adulte qui devait le défendre - en l’occurrence lui - devait s'en mêler. L'Ancien se mit à jouer avec son verre. Depuis le début, il n'avait pas lâché des yeux la vampire. Il avait noté qu'elle semblait chercher à savoir ce que pensait son petit de tout cela mais ce n'était pas à travers le diamant qu'elle le saurait.

-Nous avons beaucoup de choses à voir sur votre personne. Et sachez que j'ai entendu des choses que je n'ai guère apprécié. A commencer par votre "deuxième" personnalité qui a un caractère fondamentalement destructeur et meurtrier de ce que j'ai compris. Or, vous vous doutez bien que je n'ai aucune envie que cette dite personnalité ait la chance de se déchaîner sur mon petit un jour. Une réponse à cela ?

Il se leva pour se dégourdir encore les jambes et se resservir. Il pourrait lui proposer à boire mais Néfir n'avait pas envie qu'elle se sente à l'aise. Il n'était pas là pour faire ami-ami, il était là pour la sécurité du dernier né des Dragons d'Orefia... Tout en se rappelant que Caleb n'allait plus être le dernier puisque Miley était enceinte. Par les éléments, il n'avait pas fini d'avoir une partie du cerveau retourné avec cette histoire. Son Dragon intérieur ronronnait de joie dans la lave et le sang...

-De plus, j'ai eu aussi vent du fait que vous avez été dans le lit de plusieurs hommes. Bien sûr, vous n'avez signé aucune relation exclusive avec Caleb, cependant, comprenez que je me demande si vous comptez vous fixer sur quelqu'un en particulier ou si vous allez continuer à aller voir un peu partout.

Il posa son verre plein sur le bureau de cristal - bon pour les ondes - et se rassit tranquillement.

-Bien sûr, Caleb ne peut pas tomber amoureux, pas à son âge. Mais il vous aime quand même à sa manière. De sorte que je n'ai nullement envie que vous puissiez penser pouvoir jouer avec lui. A un moment, il faut choisir. Soit vous êtes son amie, soit vous êtes sa sex friend. En somme, je vous demande...

( Même si l'on pouvait avoir l'impression qu'il ordonnait, oui mais il était Néfir Onyx, gardien des Lois de son peuple et représentant de celui-ci alors l'autorité, oui, il en avait un maximum )

-De mettre les points sur les I et de vous y tenir. Et avant que vous pensiez à me dire que je vais trop loin, pour Caleb, je peux détruire le monde entier sans que ça ne me fasse rien du tout. Tant qu'il ne souffre plus ensuite.

Néfir entrecroisa ses doigts et appuya son menton dessus. Il avait hâte de voir comment la vampire allait lui répondre.

Et peu importe que la partie sombre bout et ait envie de le tuer.

Il en avait à revendre de son côté.





avatar
Messages : 609

Date d'inscription : 24/06/2015

Maison : "Dragonia"

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Madame Andar, un mot. [PV Drakhys Andar] Dim 5 Mar - 12:12
Drakhys Andar
Madame Andar, un mot.
C’est à quel sujet ?

Elle plissa les yeux. Sa situation ? Mais qu’elle situation ? Il n’avait pas dit qu’il ne voulait pas y aller par quatre chemins ? Bon alors qu’il accouche parce-que là il tournait autour du pot… Des arrières pensées peut-être mais à quel sujet ? Plus il parlait et plus il la perdait.
Elle le regarda boire une gorger d’alcool. Après quoi il voulut reprendre dans le bon sens. Ah bah il allait peut-être chasser le brouillard qu’il avait installé dans ce cas parce-que là… Elle le regarda avec un grand étonnement. Une évaluation ? Wokééé…. Elle fronça les sourcils.

- Vous l’avez également fait pleurer, j’étais là pour ramasser ses larmes avant que votre femme n’arrive et ne l’emmène…

Oui, elle l’avait fait pleurer. Elle n’en était pas fière et elle s’était jurer que cela ne se reproduirait plus. Voir les larmes naitre dans ses yeux, puis un diamant s’écraser à ses pieds. C’était certes un spectacle magnifique mais ça lui faisait plus mal que toute autre douleur qu’elle avait pu ressentir… Mais bon… Lui en tant que père, devait sans doute avoir le droit de faire pleurer son fils comme bon lui semblait… Mais faudrait pas reprocher aux autres ce qu’on fait soit même… En plus elle s’était excuser auprès du principal intéresser et il les avait acceptées. Pour elle l’affaire était réglée.

- Je ne lui ferais jamais de mal…

Elle détourna les yeux, maudissant cette faiblesse. Cramponnant les accoudoirs jusqu’à s’en faire blanchir les articulations. Elle siffla entre ses dents.

- J’en suis incapable…

Elle lâcha un rire sans joie quand il déclara qu’ils avaient beaucoup de chose à voir sur elle. Putain mais c’était quoi ce bordel à la fin ? Il avait entendu dire ? Ouai, pas franchement étonnant. Qui n’était pas au courant… Elle soupira, lassée, se passant une main sur le visage. Non pas que la discussion était ennuyante, mais tout cela commençait à la conduire vers une issue douloureuse. Elle sentait que ça approchait…

- Elle l’est en effet… Et si cela peut provoquer mon malheur en plus de celui d’autre personne, c’est une possibilité à prendre en compte. J’ai un contrôle limité sur ma… Jumelle… Je ne peux vous promettre que jamais rien n’arrivera… Je vous prendrais pour un imbécile… Je peux seulement vous promettre de rester vigilante…

Son cœur se serra avec douleur. Elle venait de prendre un embranchement jonché d’épines inévitable. Sa réponse ne lui serait sans doute pas satisfaisante… C’était le mieux qu’elle pouvait lui offrir… Il s’était lever et avait de nouveau remplit son verre. Elle releva un sourcil. Non mais c’était qui ce type ? Batman ? Il avait enquêté sur elle ou quoi ? Non elle n’avait rien signé, par les dieux ! D’ailleurs, elle avait l’impression qu’elle venait d’en faire la demande pour être ainsi soumise à son… Évaluation… Elle finit par rire franchement…

- Vous devriez déjà le savoir, vu que vous êtes si bien renseigné…

Il était venu se rassoir avec son verre plein. Elle fixa son regard dans le sien. Elle prit une première claque, puis une seconde. En fait ce n’était pas bien compliquer. A chaque phrase, elle s’en prenait une. Même si elle savait déjà tout ça, l’entendre de vive voix était bien plus… Réel… De nouveau elle serra les accoudoirs du fauteuil. Le bois commença à gémir. C’est un rire sans joie qui lui répondit en premier lieu.

- Vous vous entendriez tellement bien avec Elle… Détruire le monde c’est sa vocation…

Le fait qu’elle ait mal et qu’une certaine colère face à cette douleur soit également présente donnait plus de force à son entité. Son corps dégageait des genres de fumets noirâtres. Les lèvres pincées et fixant toujours ses yeux à ceux de ce père qui voulait la sécurité de son fils… Elle ne voulait ni être son amie, ni être sa sex-friend… Elle voulait une place qui n’existait pas. Son regard était voilé et elle finit par le détacher du sien pour se lever et aller vers la paroi de diamant. Elle regarda le bébé dragon avec douceur et tendresse, posant une main sur la surface dur.

- Vous n’allez pas trop loin. C’est votre fils et je peux comprendre que vous vous inquiétez pour lui. D’autant plus que c’est un enfant.

Sa voix mourut sur ce mot. Sa main posée alors à plat sur la paroi se ferma. Elle avait envie de frapper de toutes ses forces.

- Il compte beaucoup pour moi… Sans doute plus, qu’il ne compte pour vous…

Elle ferma les yeux et fini par appuyer son front contre la vitre. Elle ne pouvait pas rester ainsi… C’était un enfant… Un putain de gosse ! Elle pouvait encore sentir ses doigts sur sa peau, ses baisers… Elle ne parvenait pas à le considérer comme tel… Ses ténèbres vibrèrent sous l’intense douleur. Elle ne pourrait pas le regarder prendre quelqu’un d’autre… Enfin, si elle était toujours vivante. Le fait d’abriter Mox, semblait réduire considérablement ses chances de survies. Surtout ces dernier temps… Sans compter le temps qu’il lui faudrait pour grandir… Pourquoi avait-il fallut que ce soit lui… Elle soupira, alors qu’une larme roulait sur sa joue, se rendant compte que l’amour qu’elle lui portait ne trouverait jamais de retour. L’aimer, c’était comme aimer les étoiles, elles-mêmes. C’est comme admirer un coucher de soleil. On n’attend pas de lui qu’il nous admire en retour… Elle avait l’impression de sentir son cœur se briser. Elle finit par se retourner, la mine grave.

- Si vous pensez qu’en m’éloignant de lui, se serait mieux alors je le ferais… Je ne veux pas plus que vous être une source de souffrance pour lui…

Elle serra ses bras autour d’elle, détournant une fois de plus la tête pour le regarder lui. Si elle devait ne plus le voir, pour son propre bonheur, elle le ferait… Même si elle devait s’abandonner à la douleur et aux ténèbres… Tant qu’elle se tenait loin de lui quand elle sombrerait définitivement… Finalement, ce voyage en Inde… Ce n’était pas une mauvaise idée… Certes il ne lui avait pas demander une tel chose, c’était elle qui lui demandait... Il connaissait bien son fils. Sans doute que de la voir s'éloigner lui causerait un peu de peine, vu qu'il avait affirmer qu'il l'aimait bien... Mais était-ce une "perte" acceptable?
(c) Codage par Crimi - Epicode
avatar
Messages : 391

Date d'inscription : 16/02/2016

Age : 29

Chambre : 3

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Madame Andar, un mot. [PV Drakhys Andar] Dim 5 Mar - 16:19
Néfir Onyx





Et même plus qu'un mot...



Eh bien, elle était elle aussi très protectrice avec son petit, surtout pour oser lui balancer ainsi une telle chose au visage. Elle pensait d'abord à Caleb avant de penser à elle-même. Ce qui était plutôt une bonne chose de sa part mais ça ne la sauverait pas s'il devait l'exterminer. Mais c'était encore un bon point pour elle. Et même si ce n'était pas son genre d'expliquer ses actes à une inconnue, il allait prendre le temps de le faire cette fois parce qu'elle s'était inquiété pour son fils.

-C'était un malentendu. Il était persuadé, comme vous devez le savoir, que ma femme et moi nous ne l'aimions plus. Il faut dire que les derniers événements qui se sont passé entre elle et moi ont accéléré bien des choses. Et nous ne nous attendions pas à ce qu'elle soit enceinte. Je suis conscient que l'avoir annoncé à Caleb par téléphone était une erreur mais tout ceci est arrivé parce qu'il a toujours peur d'être rejeté, pas parce qu'il y avait une réelle raison pour lui de penser cela.

Ceci étant dit et expliqué, Néfir allait passer à la suite. Et elle n'allait pas être plus joyeuse que le début de la conversation. Surtout au vu de la tête de la demoiselle qui semblait juste souffrir à l'idée de penser faire du mal à son petit. Ce qui lui mettait encore plus la puce à l'oreille et ne le rassurait guère sur un point. Il se demandait presque ce que son fils avait fait pour obtenir une telle fidélité et abnégation de la part de la chanteuse... Avant de se souvenir de combien Caleb savait être adorable et à croquer...

Par contre, elle allait finir par casser la chaise à serrer autant.

-Eh bien vigilance et mère de sûreté et je suppose qu'avec autant de temps à vivre avec elle, vous connaissez les éléments précurseurs annonçant une catastrophe de sa part. Donc, je vais accepter ceci.

Contrairement à ce qu'elle était en train de penser, il n'était pas venu pour lui faire du mal ou la condamner, il était venu se rassurer. Même si les volutes noirâtres qui s'échappaient de la vampire n'avaient rien de calmantes. Il se retint cependant de froncer les sourcils. Le moindre signe de méfiance pourrait envenimer la situation, tout comme le moindre geste menaçant. Pour elle comme pour lui.

-Je n'ai nulle envie de m'entendre avec qui que ce soit présentement, je veux juste que mon petit soit en sécurité.

Néfir la regarda se lever, aller à la vitre de diamant, exactement là où elle pourrait observer son petit sans mal. Le gamin était resté au bar, sûrement préoccupé par ce qui avait lieu dans son bureau. A sa place, il l'aurait été aussi. Cela lui tira un fin sourire. Avant qu'il ne perçoive le regard de la femme dans le reflet... Ses yeux... Ces émotions... Son pressentiment était juste. Elle était amoureuse de Calhiabel. Il continua de l'observer, autant que de l'écouter, reprenant son verre pour en boire une gorgée.

-D'une certaine manière, il compte en effet plus pour vous que pour moi puisque vous êtes amoureuse. Mais juste d'une certaine manière. Cela fait plus de 1 800 ans que je l'élève. Vous vous doutez que ce n'est pas rien.

L'Ancien frémit en sentant l'aura noire de la vampire mais plus parce que son Dragon se faisait plus présent. Il trouvait cela dangereux, de sorte qu'il était plus à la surface, près à se battre. Il inspira à fond alors qu'elle se tournait vers lui pour sa prochaine réplique avec quelque chose de presque mort dans les pupilles. De suite, elle pensait au pire... Il soupira lourdement et secoua négativement la tête. Ce qu'elle ne put voir puisque finalement, elle n'osait plus le regarder.

-Là, vous dites des âneries. Venez par ici, rasseyez-vous. Vous donnez l'impression que vous allez vous effondrer sur place.

Et Néfir savait que son fils n'apprécierait pas. Il lui servit enfin un bon verre de sang frais et fit craquer sa vieille carcasse.

-Déjà, cessez de penser cette ineptie. Si vous vous éloignez de Caleb alors que tout va bien, je boufferai votre cadavre après avoir longtemps joué avec.

Il était un Dragon, hein. Les menaces de mort, c'était normal et logique dans son esprit.

-Je crois que vous savez déjà qu'en effet, il lui est impossible de vous rendre vos sentiments tels que vous les éprouvez pour lui. Il n'a pas la maturité suffisante, c'est un fait, même s'il a été forcé de grandir très vite sur pleins de points.

Il se leva de nouveau, remarquant la fatigue de Caleb. Celui s'esquissa finalement vers sa zone VIP pour être un peu plus au calme, suivi par Sword qui prenait son devoir à cœur. Cela lui fit hocher la tête comme un père devant une bonne action de son enfant. Il se tourna vers la chanteuse pour reprendre, il valait mieux finir vite cette discussion. Et bien. Parce que la jeune femme se mettait à penser tout et n'importe quoi.

-Si je suis venu vous parler, c'était aussi pour avoir des confirmations. Les on-dit ne seront jamais suffisant pour se faire une opinion sur une personne. Or, vu combien vous êtes proches, il fallait que cela se fasse face-à-face.

Il croisa les bras.

-Pour finir de parler de votre amour pour lui, sachez qu'il s'en doute sûrement. Et naturellement, comme il n'est pas prêt, si cela vous échappe et cela arrivera forcément un jour, il paniquera. Mais il ne vous rejettera pas. La question est plutôt serez-vous vous satisfaire de ce qu'il pourra vous donner ?

Il revint au bureau, finit son alcool. Il fit disparaître ensuite le verre et attrapa son manteau. Il allait bientôt le remettre. Il était mal à l'aise avec le fait que quelqu'un puisse être amoureux de son petit. S'il avait eu un passage pour l'adolescence, il l'aurait compris... Mais là, comme ça, ça n'avait pas beaucoup de sens pour lui quelque part. Il ne saurait jamais se mettre à la place de la vampire. Et pourtant, ça ne pourrait pas lui faire de mal. Il lissa inutilement son manteau pour finalement le remettre en place.

-Bien sûr, il y aurait un moyen pour qu'il puisse vous aimer un jour mais il n'est pas applicable... Aussi ne devrais-je pas l'évoquer pour ne pas vous blesser. Mes excuses.

Son regard revint sur la vampire.

-Il y a une chose que je voudrais comprendre : si c'est Caleb que vous aimez, pourquoi vous mettez-vous entre Sword et Shintarô ?

Du coup, il se rassit pour écouter cette réponse. Très intrigué par ce que pourrait lui dire la demoiselle...





avatar
Messages : 609

Date d'inscription : 24/06/2015

Maison : "Dragonia"

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Madame Andar, un mot. [PV Drakhys Andar] Mar 7 Mar - 10:41
Drakhys Andar
Madame Andar, un mot.
C’est à quel sujet ?

Peur d’être rejeter… Quel genre d’événement avait bien put le conduire à nourrir une telle peur ? Avec l’arrivé d’un nouvel enfant, Caleb allait avoir de nouvelles responsabilités. Et ses parents devraient partager leur attention entre lui et ce petit… Elle espérait simplement qu’ils n’allaient se focaliser entièrement sur le nouveau-né et le laisser de côté. Ne serait-ce qu’au début. Car oui, là il se sentirait vraiment abandonné… Elle observa le dragon avec attention. Si il prenait la peine de venir la voir pour traiter avec elle de sa relation avec son fils, c’était surement qu’il ne le délaisserait pas ensuite… Elle l’espérait du fond du cœur…
Il n’avait pas tort, elle pouvait bien sentir la catastrophe venir, quant à l’empêcher… C’était une autre histoire. Mais tant qu’elle avait le contrôle elle pourrait mettre autant de distance que possible en elle et le reste du monde. Et si vraiment ça devait arriver, pas une seconde, elle n’hésiterait à le faire. Et il semblait enclin à lui faire confiance sur ce sujet. Elle inclina imperceptiblement la tête pour l’en remercier.
Il déclara qu’il ne voulait pas s’entendre avec Elle… Haha, c’était logique, fallait vraiment avoir un grain pour avoir envie de se payer le Mal personnifié en pote… Elle pensa à Ryan puis a Sword… Il était cramé tous les deux… Surtout le démon qui flirtait carrément avec… Irrécupérable…

La déclaration de Nefir l’avait faite serrer les dents, avant qu’elle ne lâche un soupir, vaincue. Bien sûr qu’elle en était amoureuse… Complétement et désespérément. Ce qui lui donna encore plus envie de tout fracasser. Elle offrait là une énorme faiblesse. Et au vu du nombre de personne qui ne pouvait pas l’encadrer… C’était assurément inconscient… Mais comment lutter contre son propre cœur ? 1800 ans… Si vieux et pourtant si jeune… Elle avait souri.

- En effet… Et ce n’est qu’un début.

Sa propre réflexion lui avait tiré une larme… Elle se devait de penser à lui avant tous parce-qu’il était un enfant et elle une adulte. Bien que ses actes laissent plus à penser le contraire… C’était lui qui était venue la secourir et qui avait pris soin d’elle. Lui qui lui avait offert le plus beau Noel de sa vie et encore lui qui lui avait fait découvrir sa première fois. Finalement, depuis le début ça avait été lui, maintenant qu’elle y réfléchissait.  Elle entendit son lourd soupir et elle sentait qu’elle allait se faire engueuler. Seulement quand il parla, ce ne fut pas de cette façon-là qu’elle avait pensé subir des réprimandes. Elle releva la tête et le fixa un instant. Il se faisait plus doux mais toujours aussi sévère. Elle ne chercha pas à discuter, elle retourna au fauteuil et y prit place. Il lui servit un verre de sang qu’elle regarda quelque seconde avant de s’en saisir et de le vider de moitié avant de le remercier. Après quoi, ça déclaration lui fit hausser les sourcils, mais d’inquiétude. Comme c’était… rassurant…
Pour elle, ce n’était pas une ineptie. Avec son entité plus qu’imprévisible, elle se devait de toujours envisager le pire. D’autant plus avec les personnes qui lui étaient chère. Parfois, la blonde se demandait si Elle n’avait pas fait exprès de l’amener ici en sachant qu’elle finirait par nouer des liens. Quand cette penser lui effleurait l’esprit, sa jumelle se mettait alors à rire de façon lugubre. Elle en frissonna.
Elle hocha la tête. En effet, elle en était parfaitement consciente. C’était ce qui rendait la chose tellement douloureuse pour elle. Savoir qu’on ne sera pas aimer parce-qu’il en aime une autre ou parce-qu’on ne lui correspond pas est moins dur que de ce dire qu’il n’est simplement pas prêt. Pour la simple et bonne raison qu’on garde l’espoir qu’un jour il le soit… Et que ce jour-là, son choix s’arrêtera sur vous. Elle fronça les sourcils.

- J’ai remarqué cela en effet…

Elle ne savait pas pourquoi d’ailleurs, il avait été obligé de grandir sur certain point, plus vite qu’il ne l’aurait dut. Finalement, à part quelque menu détails… Elle ne savait rien de lui. Elle regarda le dragon se lever. Il ne se ressemblait pas vraiment. Caleb ne lui avait jamais rien dévoilé… Surement qu’il n’en éprouvait pas le besoin, ou qu’il ne lui faisait pas confiance. Le regard de Nefir avait suivi son fils qui s’était réfugié dans la zone VIP, Sword sur les talons. Il sembla apprécier le fait que Sword protège Caleb. C’était un peu son boulot… Enfin c’était surtout de la protéger elle en fait, mais étant de le bureau… Elle ne craignait pas grand-chose, sinon celui qui s’y trouvait avec elle. Il se retourna vers elle. Elle pencha légèrement la tête sur le côté. Les « on-dit » à son sujet n’étaient pas franchement flatteur… Elle espérait qu’il avait un peu changé d’avis. Elle en avait légèrement grimacé alors qu’il croisait les bras. Et son expression fini de se décomposer. Elle n’était pas franchement très douée pour cacher ses sentiments… On pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert. La principal raison était qu’elle avait été principalement seule toute sa vie. Contrainte d’éviter les gens pour ne pas leur faire du mal. Ici… Les personnes qu’elle côtoyait étaient pour la plupart plus puissante qu’elle, alors elle pouvait se laisser aller.
Elle avait baissé la tête pendant un instant avant de la relever et de le regarder.

- Je chérirais ce qu’il me donnera… Peu importe ce que cela sera… De l’amitié ou du méprit… Je serais également plus attentive à mon comportement avec lui… Si cela doit m’échapper un jour, le plus tard sera le mieux…

Même si le dragon lui affirmait qu’il ne la rejetterait pas… Elle n’avait pas envie de lire de la peine dans son regard. Parce-qu’elle était sure que ce serait le cas… Il finit de boire son verre avant de le faire disparaitre et de se saisir de son manteau. La blonde fini également son verre, voyant Nefir sur le départ. L’entracte avait déjà dépassé son temps normal et certain clients s’impatientait, interpelant le serveur et désignant la scène avant que le serveur secoue la tête en haussant les épaules. Elle tourna la tête vers le vieux dragon. Un peu étonnée.

- Comme vous l’avez dit… Il a grandi trop vite sur certain point. Je ne serais pas celle qui finira de briser son enfance… Même si ce moyen était applicable, je n’en ferais pas la demande… Ne vous excusez pas…

Elle baissa un peu la tête. C’était en effet inutile d’alimenter son espoir. Elle resterait près de lui, à la place qu’il choisirait de lui donner… Même si ce n’était pas au sein de son trésor… Il avait fini par ranger son manteau avant de poser une question qui l’a désarçonna complétement. Lui s’en rassit, attentif à la réponse qu’elle lui donnerait. Elle le regarda avec des yeux ronds. Certes elle avait prit un malin plaisir à rendre Shintaro jaloux, mais en voyant que ça finissait par retomber sur le bleu et à le rendre malheureux, elle avait arrêté… Elle évitait même autant que possible de se trouver avec Sword, quand l’autre roux était là…

- Je n’ai pas l’impression de m’immiscer entre eux… Sword est mon ami… Un frère même. Il veille sur moi et je veille sur lui à la hauteur de mes capacités… Il n’y a jamais rien au d’autre entre nous et il n’y aurait jamais rien de plus… Je ne comprends pas ce qui vous a conduit à avoir cette réflexion… Je ne le vois même pas comme un homme… C’est pour dire…

Ça lui semblait complètement stupide. Elle se sentait bien avec Sword, parce-qu’elle pouvait lui faire confiance aveuglement. Parce-que si elle perdait le contrôle, même totalement, il n’hésiterait pas à faire le nécessaire. Mais penser qu’elle pourrait avoir une relation avec lui… Elle grimaça… Ah non… Juste pas possible… Elle se leva.

- J’espère avoir répondu à toutes vos questions de façon satisfaisante… Caleb n’est pas en danger avec moi, et si je sens que ça pourrait être le cas, je disparaitrais… En attendant… Je dois retourner travailler sinon, certain vont mettre le souk…

Elle lui offrit un sourire d’excuse avant d’aller vers le petit carré noir qui la ramènerait là où elle le voulait.

- Je suis contente de vous avoir rencontré… Au revoir…

Elle se plaça sur la forme et disparu pour revenir directement sur scène.

- Et bien alors ? Ne savez-vous pas qu’une femme doit se faire désirer ? J’espère que ça a été le cas !

Après quoi la blonde reprit son Show, ne laissant rien paraitre de cette entrevue dans son attitude. Une fois sa prestation terminée, elle salua son public et sorti de scène. Elle se changea et en sortant de sa pièce, elle tomba sur Sword. Evidemment, c’était son garde du corps donc si elle voulait aller au bar, c’était avec lui ou pas du tout. Elle lui offrit un sourire fatigué, coupant court aux possibles questions qu’il allait lui poser.

- J’ai besoin d’un verre là… Tu viens ?

(c) Codage par Crimi - Epicode
avatar
Messages : 391

Date d'inscription : 16/02/2016

Age : 29

Chambre : 3

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Madame Andar, un mot. [PV Drakhys Andar] Lun 13 Mar - 13:37
Néfir Onyx





Et même plus qu'un mot...



Oh mais elle avait fini de pleurer ? Elle avait tout de même su depuis un moment que Caleb ne pourrait pas lui rendre ses sentiments, non ? Il pouvait passer comme insensible mais il fallait dire que c'était plutôt épuisant pour les nerfs de voir une femme pleurer. Parce qu'il ne savait pas s'il devait la consoler ou la frapper pour qu'elle se réveille. Ce n'était pas la fin du monde, elle était jeune en plus, elle saurait trouver quelqu'un qui pourrait lui rendre ses sentiments. A moins qu'elle n'ait un problème avec l'inaccessible et ça, c'était un truc psychologique qu'il ne pourrait pas soigner.

Parce que ça n'était pas le problème de Néfir.

-Du mépris ? Non, Caleb est un trop gentil bébé pour ça. Il faudrait que vous lui fassiez un sacré coup de trahison pour qu'il en vienne à y penser et possiblement à le faire. Et en réalité, comme vous seriez déjà morte, il n'aurait pas le temps.

L'Ancien haussa les épaules. Si la vampire pensait qu'elle pourrait le cacher encore très longtemps, elle était à côté de la plaque. Elle débordait de sa propre émotion, sinon il ne l'aurait pas deviné, l'amour et lui, ça faisait deux et il se moquait que l'on puisse tomber amoureux, être triste et tout le reste sauf si cela concernait son entourage le plus proche. Oui, il savait prodiguer des tas de conseils mais non, il n'avait pas toujours envie de faire face à malheur des autres. En treize mille ans, il en avait assez vu. Et pourtant, il fallait bien qu'il continue à garder le cap.

-Son enfance, hein... Vous ne la briseriez pas. Le travail a déjà été accompli par un autre. Caleb se l'est reconstitué avec brio cependant. Vous pouvez le féliciter de cela.

Enfin, j'en arrivais à sa relation avec Sword. Et je me permis de ricaner. Elle ne le voyait pas comme un homme ? Non, elle ne le voyait pas comme un reproducteur potentiel, ce serait bien mieux comme formulation. Ce qui était une bonne chose quelque part car Shintarô ne le supporterait pas du tout. Ce qui ne changeait pas le fait qu'il avait vu son trouble donc elle avait quand même fait quelque chose...

-Ce qui m'a conduit à dire cela, c'est ma conversation avec Shintarô avant de vous voir. C'est un collègue assez précieux et plutôt supportable quand il n'est pas colérique.

Tout simplement.

-Il a l'impression de ne pas pouvoir retrouver Sword. Et vu son état d'abattement, c'est possiblement encore plus profond. Enfin, je n'en parlerai pas plus avec vous, vous êtes une élève et cela ne vous concerne plus si vous restez en dehors.

Il la regarda s'éloigner, enfila son manteau. Il était vrai que le public la réclamait et qu'il était temps qu'elle retourne travailler. Il esquissa un sourire en coin quand elle dit que certains mettraient le souk. Oh non, pas alors qu'il était là. Il allait surveiller un peu la boîte avant de s'en aller. Le temps que l'alcool disparaisse de son organisme.

-De même, je suppose. Bon spectacle, madame Andar.

Il sortit quelques secondes plus tard pour calmer aussi les esprits de son côté alors que la vampire reprenait son show. Il n'aimait pas du tout mais si ça convenait à ses poireaux, alors il n'avait rien à dire. Il vérifia rapidement les comptes par ailleurs mais cela, Caleb les gérait du tonnerre donc il n'avait là encore rien à en dire. Puis sans un mot, il vint voir son fils et le ramena chez lui, laissant la vampire reprendre un semblant de contrôle sur sa vie pour la soirée. Son petit fut ravi de passer un moment jeu-vidéo avec lui et s'endormit sur ses genoux.

Néfir le coucha avant d'enfin rejoindre sa femme.

Ce n'était pas une sinécure d'être père.






[RP terminé]


avatar
Messages : 609

Date d'inscription : 24/06/2015

Maison : "Dragonia"

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Madame Andar, un mot. [PV Drakhys Andar]
Contenu sponsorisé
Madame Andar, un mot. [PV Drakhys Andar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Remettre en question le leadership de Madame Maryse Narcisse !
» Madame Duvivier a-t-elle un programme de gouvernement ?
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Esperanza :: Hors RP :: Archives :: Archives RP-
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: