FORUM FERME, PASSEZ VOTRE CHEMIN
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez|
MessageSujet: Vous me réclamiez à grands cris Ven 24 Mar - 15:36
Black Lord









Regrettez maintenant.


-Ce monde à bien changé.

Il ne me plaît pas.

Une chevelure blanche comme neige, de grands yeux turquoise, une voix douce et un corps fin, l’enfant qui remontait les rues n’avait rien de commun avec l’adulte qu’il avait été. Il progressait, calme, lent, observateur a travers la ville, cette nouvelle création des deux tarés. Une ville entière, rien n’était de trop pour satisfaire leur immense égo de toute évidence.

Ils ont tous l’air heureux… c’est écœurant.

Personne ne pleure, aucun  bruit de fond où des fouets sifflent en fendant l’air. Rien… pas même un petit humain enchainé, se faisant torturé. Les deux tarés avaient réellement le don de retiré a ce monde tout ce qu’il avait d’amusant. L’enfant poursuivit sa marche, s’attardant d’avantage sur une des créatures. Il s’approcha, venant poser un genou à terre et porta son regard sur cette nouveauté.

« Qu’est ce que tu veux gamin ?! »

Un homme que personne ne semblait voir, un homme sombre, triste, un homme glacé. Assis au sol, à la voix rauque, aux traits dure. Et dans ses mains, un vieux morceau de pain très dur.

« T’es perdu c’est ça ? »

Enfin un visage plaisant.

« Je vois… »

Qu’est ce qu’il fait…

L’homme avait pris son morceau de pain entre ses deux mains et le brisa, il prit ma main dans la sienne, presque aussi froide, et y glissa le morceau.

« Tu retrouveras ton chemin, gamin »

Suis-je perdu ? Déjà ? Je n’ai pourtant pas cherché à retrouver la poiscaille, Nessa me l’a interdit.

-Tu vas mourir.

« Sans doute oui, il fait froid la nuit, mais toi, tu devrais aller te réchauffer. »

-Non, je vais te tuer.

Impossible pour l’enfant de comprendre le sourire de l’homme, malgré ses siècles de vie.

« Rentre vite, et cesse de répété ce que tu as entendu, peu importe ou tu l’entends mon garçon. »

L’Homme reste une créature étrange.

-Tache de te réchauffer, ou que tu ailles.

Et si tu descends, revoyons-nous.

Une fine fumée noire vint se glisser dans une des oreilles de l’homme et quelques secondes plu tard, il s’endormait a même le sol pour ne plus jamais s’éveiller. Le jeune garçon déposa le pain qu’il tenait encore, frappant ses main pour les nettoyer, puis repris sa route, jusqu’à croiser une longue chevelure bleu sur laquelle il s’arrêta.

Death dealer… comme tu es laid sans ton aura de mort.

Lord s’éloigna d’avantage, prenant le dragon en chasse les quelques jours suivant, observant ses gestes, ses connaissances… ses chants…

-Diable, jusqu’ou t’es tu abaisser en mon absence.

Dans le bar, il fut contraint de s’’assoir dans un coin sombre, se faisant servir un lait menthe… l’inconvénient de sa taille d’enfant. Mais pour rien au monde, il ne perdait de vue son ancien ami. Des jours, des semaines durant, il n’avait rien fait d’autre que l’observer a distance, évaluant combien son dragon pouvait avoir changé. Puis un soir, fatigué, il s’assit au bord du toit de l’école.

-Ne crains rien Sword, je vais te ramener à la raison.

Il tendit le bras et une épaisse brume s’éleva du sol, se répandant comme un poison a travers toute l’école pour semer des cauchemars a tous les dormeurs. Ils devaient tous le savoir, le croque mitaine faisait son retour. Et sword le devait plus qu’un autre. Alors pour lui,  l’ancien Daeron se glissa dans son rêve, le guidant vers le toit, puis il fini par sauté, relâchant une bombe de peur dans son corps.

Viens à moi, mon dragon.

Puisque le mort revenu à la vie avait décidé de devenir une star, son ancien maitre l’attendait sagement, avec une belle chemise, une cravate, et un pantalon à pince un peu court, de quoi lui donner un vrai look d’enfant. Puis bien sûr, le bouquet de fleurs carnivores venant tout droit de l’enfer, il avait vu des femmes de peu de vertus en offrir, alors, ça devait être une nouvelle coutume.




avatar
Messages : 24

Date d'inscription : 24/03/2017

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Ven 24 Mar - 18:45
Sword Fylbers
Vous me réclamiez à grands cris! ▲BLACK▲
Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais cette sensation constant d’être épié. Autant ça ne me dérangeait pas. Autant j’avais cette désagréable sensation qui m’oppressait et qui me mettait à mon aise plus que de coutume. Drakhys était partie, je la remplaçais durant les soirées au Nightmare, et malgré le regard avisé et tranchant de Shintarô qui ne cessait de fusiller toutes les personnes du regard qui bavaient sur moi avec un peu trop d’insistance, il y avait autre chose qui me dérangeait. Je ne savais pas pourquoi, et ce n’était pas Shin, non, il y avait quelqu’un d’autre dont j’étais persuadé être familier à mon sens. Les soirs après mon Show, j’embarquais Shin pour continuer ça plus en privé et profiter de lui. Désormais réconcilié, je ne comptais pas me séparer de lui, et même s’il faisait son râleur de service, ça m’amusait, parce qu’il ne faisait ça que pour la forme. Les jours durant, les semaines, je croisais plusieurs fois un gamin aux cheveux blancs en ville. Son regard insistant sur moi était étrange, bien que j’ai cherché quelquefois à chercher un sujet de discussion, rien ne me venait, et je finissais toujours pas ne rien lui dire au final. Comme si quelque chose en moi m’en empêchait. Comme si, inconsciemment, et sans savoir pourquoi, j’avais envie de frapper ce gamin et de lui tordre le cou pour qu’il arrête de me fixer. Même au Nightmare il était là.
J’avais un sale pressentiment !
Ce soir, je dormais dans ma chapelle, accompagné de Shin qui me servait de doudou pour certaines nuits, toujours enfermé dans un sarcophage pour mon plus grand plaisir. Mais cette nuit-là, Shin semblait pas mal agité. J’avais fait un rêve étrange en plus de ça. Un doux rêve, habituellement, je ne rêve pas. Ce soir, j’étais persuadé qu’il s’agissait d’un cauchemar. Le seul capable de me donner des cauchemars c’était… Non. Impossible. Il ne pouvait pas être là ! Je me levais brusquement de mon sarcophage, refermant derrière moi pour aller dans mon hall et me poser avec un thé histoire de penser à autre chose. Il fallait que j’arrête de penser à lui à chaque fois qu’il se passait quelque chose. Les ténèbres qui me donnaient des flashs de Black, puis maintenant les cauchemars en souvenir au croque-mitaine. Bon sang ça suffit à la fin ! Je me frottais calmement le visage et buvais une gorgée de mon thé avant de me diriger vers l’orgue de la chapelle. Il fallait que je me libère l’esprit et que je pense à autre chose.


J’écoutais le silence de mort qui régnait là avant de me lancer dans une mélodie d’abord douce, puis plus mouvementée ensuite. Mes doigts glissaient tout seul sur l’ivoire des touches de l’orgue et je me laissais emporter par la mélodie. Chaque passage de touches et sons me parvenait comme lointains. Je jouais bel et bien, mais mon expression livide me donnait un air possédé. J’étais possédé par l’inspiration qui me parvenait. Je me détendais peu à peu. Mais les visions de Black, de moi étant mort restaient toujours là. Je fermais les yeux, le froid griffait ma chair et j’avais des frissons. Mon cœur battait de plus en plus vite et ma respiration se faisait plus saccadée. Je me revoyais en présence de Black en train de faire souffrir des humains. J’arborais un sourire et un air profondément malsain au fur et à mesure que je jouais. J’entrais en transe sans même me rendre compte de ce qui se passait autour de moi. Tout ce qui comptait à l’instant même c’était ces souvenirs que j’avais de Black. De moi, puis une profonde douleur dans ma poitrine se réveilla, m’ôtant des rires incertains mauvais. Je sentais Shin souffrir dans son sommeil avec le lien que nous avions, et ça me faisait le plus grand bien. Allez savoir pourquoi, je ne m’inquiétais même pas. Je savais que son sommeil était agité, et je savais pourquoi il l’était. Je me contentais de rire comme un fou alors que je continuais de jouer de l’orgue avec plus de dextérité encore, m’arrêtant pour laisser des temps lorsqu’il le fallait avant de reprendre de plus belle.

J’adorais la sensation que toute cette atmosphère malsaine me procurait. Je me calmais pour enchaîner sur un air plus lent, mais toujours plus sinistre avant de pousser mes notes encore. Je fermais les yeux en souriant, un air mauvais, enjoué sur mon visage, je m’agitais lentement de gauche à droite en me laissant bercer par le son qui me parvenait. Les enfers ! Ces cris si plaisant de douleur, de peine et les pleurs qui venaient avec. J’étais au treizième sous-sol et j’en étais tout excité. Depuis combien de temps n’avais-je pas ressenti un tel plaisir en jouant ? Je ne savais plus. Je retrouvais simplement ce plaisir qui s’était perdu avec ma réincarnation. Jusqu’à-ce qu’une image claire me parvienne à l’esprit, je rouvrais les yeux, prenant un air abasourdi et choqué. Black… Je ressentais son appel, tout mon sang me hurlait brusquement qu’il était là, de retour dans l’école. Son aura, son odeur, subitement me parvenait sans mal. Et je lâchais un profond cri de rage. Mes notes en suspens, je me redressais. Il m’appelait ? Il osait m’appeler après ce qu’il m’avait fait ?!  

Je me redressais brusquement, mon armure noire vint à moi par réflexe, m’habillant de ses écailles d’onyx. Je poussais un lourd grondement avant de partir en trombe en expulsant les portes de la chapelle en dehors par pure rage. Je fonçais à toute allure vers l’aura si reconnaissable de Black en prenant ma forme de dragon adulte pour voler jusqu’à lui. Il se trouvait sur les toits de l’école. J’allais l’accueillir comme il se devait. Il ne perdait rien pour attendre ! Mais à mon grand étonnement, ce n’était pas un Black adulte aux cheveux sombres qui s’offrait à ma vue, mais le gamin qui, à plusieurs reprises, m’avait donné cette envie de lui taper dessus. Je poussais un profond rugissement avant de cracher une flamme bleue dans sa direction avant de me poser lourdement en reprenant ma forme humaine.

-TOI !

Je savais qu’il esquiverait mon attaque de feu et j’attendais qu’il redevienne tangible et physique pour l’attraper et le plaque contre un mur en serrant sa gorge furieusement. Je serrais les dents et grognais, ma voix n’était même pas douce, elle gardait cette sombre tonalité rauque de mon apparence draconique, j’étais en colère, contre lui, ce qu’il m’avait fait.

-BLACK ! Tu oses revenir! Tu oses revenir ici après ce que tu m’as fait?!

Gamin ou pas, il va prendre cher ! Peu m’importe qu’il soi une ombre ! Je prenais son col et le frappais contre le mur qui se fissurait avec la force que j’utilisais. Je cherchais à lui donner un coup de poing. Je me fichais de savoir si ses ténèbres arrêterait mes coups, j’avais besoin de me vider ! De lui faire payer.

-Tu m’as humilié!!  !

Un autre coup, et ma rage ne faisait que monter d’un cran, je voyais rouge, ma pupille était fendue et aussi fine qu’une lame.
-Tu m’as ignoré! ET tu m’as ABANDONNÉ !!

J’étais furieux. Diable que je détestais ça! Pourtant je l’aimais, il était mon ami, mon seul ami en tant que Death Dealer et je me suis senti trahi. J’aurais pu rester le même même après m’être réincarné, mais il a préféré m’abandonner, me laisser seul à affronter toutes ces merdes de la vie !


-JE TE DÉTESTE!!!

J’ai donné un coup plus violent encore et j’ai fracassés le mur qui donnait accès au toit et l’escalier de l’étage supérieur. Je me tournais vers Black. Laissant échapper mon aura dans un vortex de flammes bleues.
-Tu oses revenir après ça?!

© 2981 12289 0
avatar
Messages : 723

Date d'inscription : 14/10/2014

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Ven 24 Mar - 19:47
Black Lord









Regrettez maintenant.



La brume se rependait a travers l’école, les cris commençaient à se faire entendre, la peur était presque palpable, absolument parfaite. Et sur le toit, on pouvait apercevoir un jeune garçon qui laissait ses jambes pendre et battre dans le vide, patientant sagement sur ce rebord glissant en attendant que le principal convié à la fête de retour ne se décide.

Tu es devenu lent…

Puis soudain, un grondement, un cri transpirant d’une rage destructrice qui tira un sourire au jeune garçon. Celui-ci ne bougeat pas, il attendit sagement, déposant tout juste le bouquet a l’abri alors qu’une flamme fendais les airs pour venir sur lui.

Tu es devenu faible.

Le croque mitaine se fait un mur d’ombre dont il fit sortir des dizaines de mini bombes de fumée noire, et une a une, elles vinrent exploser sur la flamme, la réduisant a la taille de celle d’une allumette, il s’en saisit en douceur et vint souffler dessus en observant la créature qui se présentais enfin.

-Bonsoir.


Tu te décide enfin à me reconnaître.  

Une main large vint violement saisir la gorge blanche du garçonnet, s’en suivit un choc qui le laissa… froid.

Tu es devenu prévisible.

Black ne chercha pas à se dégager de la prise du dragon, au contraire, il se laissa faire come un enfant l’aurait fais a sa place, à ceci près qu’il ne pleura pas, se contentant de fixer Sword de ses grands yeux turquoises. Le garçonnet écouta les reproches, ne perdant rien de l’expression de douleur sur le visage de son vieil ami.

-Je  …


Un coup de poing…

-T’ai apporté…


Encore…

-Des fleures.


Fini t’il de dire en encaissant le dernier coup de poing, finissant de brisé le mur qui se tenait derrière lui.

-Arrête.  


Bien sûr, le croque mitaine avait encaisser les coups avec une certaine dignité, il n’avait pas montré la moindre douleur, pas la moindre petite trace de blessure sur son visage, il s’était tenu droit, calme et n’avait pas perdu son agresseur des yeux jusqu’à ce que celui-ci le relâche.

-J’ai dis …


Toute la puissance du nouveau roi infernal se libéra d’un seul coup alors qu’il revenait tranquillement vers son dragon, glissant ses petits doigts fins sur sa joue.

-Arrête.


Le sol, l’air, tout ce qui entourais les deux jeunes gens semblait glacial, pourtant, tout était à la température qu’il devait avoir, s’était simplement le résultat de la libération de l’énergie négative du croque mitaine.

-Je suis revenu, pour toi, mon dragon.  


Dit il de sa voix de petit garçon, toujours calme pourtant, il n’avait pas montré la moindre force pour arrêter Sword, mis a part celle qui avait éteint les flammes. La main sur la joue du dragon se fit caresse alors que les fleures étaient ramenés par un lien d’ombre.

-Mais ça n’est pas ainsi qu’on salut son maître.


Comme si tu pouvais me haïr, tu peux t’en persuader, tu peux frapper et gronder, tu seras toujours mon dragon à moi, comme Nessa est ma reine.

-J’ai été un très mauvais maître, je n’aurais pas du t’abandonner, quel qu’ai été ma déception, j’en suis désolé.


Un fin sourire vint se tracer sur la bouille d’ange du roi démon alors qu’il souffla :

-Je ne partirais plus, je t’en fais la promesse, plus jamais sans toi.





avatar
Messages : 24

Date d'inscription : 24/03/2017

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Ven 24 Mar - 22:20
Sword Fylbers
Vous me réclamiez à grands cris! ▲BLACK▲
Je me tournais vers lui, j’avais toujours les pupilles fendues et je le défiais du regard alors qu’il m’imposait son aura. S’il croit que je vais me faire écraser parce-que monsieur décide que je devais arrêter. Il se mettait le doigt dans l’œil. Arrêter ? Il m’ordonne d’arrêter ?!

-De quel droit tu oses m’ordonner quoi que ce soit !!

Quand je vis le bouquet de fleurs dans ses mains je me souvins qu’à chacun de mes coups qui atterrissaient sur son visage il cherchait à me dire quelque chose. Lorsque les mots s’assemblèrent, je clignais des yeux, m’arrêtant dans mon élan de lui en mettre encore une en augmentant mon aura qui fit s’effriter le toit et trembler tout le bâtiment. Toute mon aura s’évapora brutalement et je le regardais un peu bête.

-Tu m’as apporté des fleurs ??

Je cillais un peu plus. Je me sentais étrangement… décontenancé. Je n’avais même plus aucune envie de me battre. J’écoutais ses paroles. Il était revenu pour… moi ?! Moi ?! Est-ce une blague ? Je serrais les dents et l’attrapais par le col en reprenant un peu contenance et le fixais avec une envie meurtrière. J’avais envie de le tuer. Mais… Il était tellement mignon. J’avais mal. Ca me faisait mal au cœur de… Je grimaçais de douleur en le fixant, je perdais mes mots. Je gémissais et grinçais des dents. Maître ? Mais je vais vraiment le tuer. Sa main sur ma joue, la caresse qu’il me donnait. Ca me faisait mal. Pourquoi je n’arrivais pas à abattre ce fichu poing dans sa figure. Pourquoi je n’arrivais pas à le brûler, lui cracher mon feu à la figure. Son énergie affluait sur ma peau, je frissonnais, parce que je le retrouvais, parce que mon sang réclamait ses ténèbres. Je déserrais l’étreinte de ma poigne et mon regard devint livide un instant. Qu’est-ce qui m’arrive. Pourquoi ? Pourquoi tu es revenu maintenant ? Ta petite main froide sur ma peau si chaude… Je n’arrive pas à t’en vouloir définitivement. Tu m’as manqué, espèce d’enfoiré. Tu m’as manqué et… À rester ici, je me suis affaibli. Je serrais les dents à nouveau en relevant la tête vers lui, mon regard toujours haineux. Je lui attrapais le col de ses vêtements avec mes deux mains et le ramenais à moi.

-Pourquoi es-tu revenu !? Je te hais Black !

Je lâchais un hurlement de rage, glacial et à demi draconien avant de m’effondrer à genoux en continuant de serrer ses vêtements de mes deux mains. Je posais ma tête contre son petit torse en serrant les dents. Une larme coulant sur ma joue. Pourquoi a-t-il fallut qu’il revienne ? Pourquoi est-ce que ma rage ne me permet pas de le tuer une bonne fois pour toute ? Je m’y étais pourtant préparé. J’étais préparé à le revoir un jour. Mais pourquoi j’ai aussi mal ? Je n’ai pas la force… Il reste… Il reste mon ami, celui avec qui j’ai passé le plus de moments amusants. Je n’arrive pas à me le sortir de la tête.

-Black…  
J’avais la gorge serrée. Je me déteste. Pourquoi j’agis ainsi. Raah bon sang. Je me déteste tellement.

© 2981 12289 0
avatar
Messages : 723

Date d'inscription : 14/10/2014

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Sam 25 Mar - 14:39
Black Lord









Regrettez maintenant.


Le dragon avait perdu, il avait perdu a la seconde ou sa route avait croisé celle du croque mitaine, dès leur première rencontre il avait perdu toute chance de s’extirpé de l’engrenage mortel où il venait de mettre la main…de se jeter tout entier. Ses grands airs, sa pseudo colère, n’étaient rien aux yeux de l’enfant qui restait tout droit et neutre face a lui. Le visage légèrement rougis par les coups, un artifice bien sur, de simples coups de poing ne pouvaient rien contre lui, seul la lumière pouvait être blessante, et encore, pas n’importe laquelle, il fallait une lumière forte et pure pour transpercer sa nouvelle armure.

-Je suis Black.


C’est une raison suffisante, et il le sait.


Le fait qu’il décide de cesser son coup avant qu’il ne soit porté état une bonne idée, cette fois ci, il n’aurait pas atteint sa cible. Tant que l’enfant ne s’était pas imposer, il aurait put accepter les coups et l’avait fait, mais une fois exprimée complètement, interdiction de lever la main sur un roi.

-J’ai vu des femelles t’apporté ces offrandes.


J’ai aussi vu ta femme, as-tu honte, ou pas encore ?


- J’ai donc supposé que tu appréciais.


Bien sûr, le dragon revint a sa colère et se saisit de nouveau de beau vêtement du garçonnet, levant sa chemise qui sorti de son pantalon et déplaçant légèrement sa jolie cravate. La vitesse du geste lui fit cligner des yeux, mais rien d’autre ne changea à ses mouvements.

Tu es devenu, si faible.


Le garçonnet ne répondit pas aux interrogations du dragon, pas immédiatement.

-Cesse de pleuré.


Il le laissa finir de réalisé que son maitre était enfin pleinement de retour et lorsqu’il fini a terre, ses bras vinrent embrasser la tête de son ami.

-Je suis revenu pour toi.


Il lui avait déjà dit pourtant, mais son dragon semblait comprendre difficilement.

-Tu n’as cessé de m’appeler, dans tes peurs, dans tes nuits, tes jours.


Je n’avais juste pas envie de venir, et pour cause, tu es devenu… humain.

-J’ai senti ton besoin de me retrouver, il était devenu vital, alors je suis venu.




avatar
Messages : 24

Date d'inscription : 24/03/2017

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Sam 25 Mar - 22:56
Néfir Onyx





Te réclamer et t'aduler...



Ça avait été des cris dans la nuit...

Pourtant, ce n'était pas cela qui l'avait réveillé. Non, c'était ce cauchemar atroce qui avait envahi un songe plutôt doux et même morose. Il se passa une main sur le visage, pas très surpris que ses peurs aient un peu changé mais il aurait préféré ne pas les voir. Ne pas les sentir le prendre aux tripes comme elles l'avaient fait... Il tourna la tête vers sa femme, mais ne sut dire si son sommeil était troublé ou non. Il caressa doucement la chevelure d'or et se leva pour aller boire un peu d'eau. La peur ne le quittait pas et il se massa le torse. Ça n'était pas normal. Il n'était pas le plus téméraire des dragons mais ça... Non, ça ne pouvait pas être normal.

Néfir regarda la nuit, un long frisson courant le long de son dos. Une longue hésitation le garda là, debout, à observer l'extérieur... Puis il se décida. Il avait besoin d'en avoir le cœur net. Il revint à la chambre et s'habilla chaudement, le plus discrètement possible. Il laissa tout de même un mot sur la table de chevet et observa une dernière fois son plus beau trésor avant de sortir de leur maison.

L'Ancien marcha à pas vif vers l'école. Et plus il s'approchait, plus il sentait combien... Ça ne pouvait qu'une chose. Ou plutôt qu'une personne. Il leva la tête pour renifler l'air, prit sa forme de dragon pour s'envoler vers les toits... Il prit quelques secondes pour enfin trouver deux silhouettes. Il se posa soigneusement auprès d'elle. Pour trouver un Sword à terre... Mais tenant un enfant aux cheveux blancs et aux yeux turquoises. Se serait-il trompé ?

-Cette aura... J'avais cru que monsieur Black était de retour. Bonsoir à vous...

Néfir était perplexe. Il avait été pourtant sûr et certain que c'était Daeron. Et Sword qui pleurait... C'était sans doute des larmes de crocodile, sinon tout ceci n'avait aucun sens.

-Sword, j'espère pour toi que tu n'es pas en train de maltraiter cet enfant parce que je n'hésiterai pas à te faire la peau dans le cas contraire...

Toujours protéger les innocents. Même si avec l'aura que dégager cet enfant. Et cet odeur... Il devait être le fils de Black, ce n'était pas possible autrement. A moins que ce soit le croque-mitaine et que celui-ci profite de la situation pour se moquer de lui. Son cauchemar lui revint... Pour qu'il voit Miley et leur petite mourir le jour de l'accouchement... Il approcha sa gueule du "couple" et renifla encore, c'était plus fort que lui.

-Bon sang... Daeron, est-ce vous ?

Il reprit forme humaine, de la sueur froide coulant le long de son dos... Quand, comment, pourquoi ? Est-ce que cela l'inquiétait tant que cela ? Néfir était incapable de le dire... Il mit une claque à l'arrière du crâne de Sword.

-Vas-tu te reprendre, enfin ! Tu as l'air ridicule... Ce n'est pas ainsi qu'on accueille un ami.

Quoique... Étaient-ils encore amis ces deux là ?     





avatar
Messages : 609

Date d'inscription : 24/06/2015

Maison : "Dragonia"

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Dim 26 Mar - 9:56
Sword Fylbers
Vous me réclamiez à grands cris! ▲BLACK▲
Mes coups s'étaient arrêtés mais en me redressant pour attraper son col j'avais donné un coup brusque en envoyant le bouquet de fleurs loin. Parce-qu'il pensait m'acheter avec des fleurs le con. Est-ce qu'il savait au moins où elles finissaient les dites offrandes de ces femelles sans cervelle?! Est-ce que franchement j'avais une tronche à recevoir des fleurs et m'en occuper? Je ne suis pas la femelle blonde !

Je lui avais crié dessus mais il n'avait pas bronché. J'étais tombé à genoux et relâchant ma prise sur son col. Je sursautais lorsqu'il m'intima de cesser de pleurer. Je pleurais? Bon sang je me dégoûte! Je fermais les yeux et grognais glissant une main sur ma joue. Récupérant le liquide visqueux et sombre entre mes doigts. Les observant avec un regard livide. C'était du sang, mon sang. Mon oeil saignait et je relevais les yeux sur Black. Ses bras m'enlacèrent et je sentais toutes les ténèbres me traverser. J'avais des frissons c'était si bon... C'était si bon de ressentir ça. Je fermais les yeux et glissais mes mains sur cette petite taille d'enfant, arborant un sourire. Oui... Quelque part il n'a pas tort, j'ai bien dû l'appeler, le voir alors qu'il n'était pas là, l'imaginer jour et nuit.

J'étais prêt à le tuer, résigné à le perdre. Qu'aurais-je fait ensuite? Je ne sais pas. Je me suis senti tellement mal quand il m'a humilié, j'ai eu tellement mal quand il est parti. Je me suis senti perdu. Je serrais les dents et me laissais envahir par cette peur qu'il dégageait naturellement. Qu'est-ce que c'était bon de le retrouver. Je l'ai serré contre moi. Fermant les yeux pour mieux ressentir toutes ces ténèbres et cet effroi.

-Tu m'as... Manqué Black... 

Je crois que c'était assez clair. Je me suis redressé pour me décaler un peu de lui alors qu'arrivait un gêneur potentiel. Je serrais les poings, pourquoi faut-il que nos retrouvailles soient importunées... Il fallait dire que j'aurais pensé que Néfir resterait dans son coin à s'occuper de sa femelle plutôt qu'à venir ici. Je le fusillais du regard lorsqu'il s'adressa à moi, ne reconnaissant pas Black. Ho ouii~! Vu dans quel état se trouve le toit je n'ai fait aucun mal au gamin, mais plus au toit en fait. Je regardais Black, pas une égratignure, mis à part une petite rougeur qui commençait à disparaître doucement. Je plissais les yeux et serrais les dents avant d'esquiver le coup que Nefir chercha à me donner et je le fixais froidement.

-Ne parle pas si c'est pour raconter des conneries!  Sifflais-je entre mes dents.

Ridicule! Oui je suis ridicule! Mais il était là la dernière fois et l'humiliation a été encore plus blessante à cause de son fils qui en rajoutait à tout va. Qu'il ne vienne pas dire ce que je dois faire. Qu'est-ce qu'il peut bien comprendre à ça lui?! Sérieusement! J'avais envie de le cogner pour le coup. Quand bien même j'avais un certain respect pour lui, là je n'étais pas d'humeur à recevoir des brimades d'un vieux dragon qui ne sait rien de ma relation entre Black et moi. Je serrais les poings tellement fort que je me faisais saigner. J'allais exploser ma mâchoire a force de serrer les dents aussi. Je fermais les yeux et lâchais un soupire. Rangeant calmement cette haine en moi.

-Tu n'as pas ta femelle à veiller?! Black a dû l'effrayer avec ce qu'il a fait, non!? 

Je le toisais d'un regard froid et livide. Mes pupilles étaient toujours rétractées. Je n'avais pas franchement besoin qu'un gêneur vienne me dire ce que j'avais à faire bon sang. Je suis devenu faible. Je déteste ça. Je me déteste. Et je venais prendre Black, le soulever et le prendre dans mes bras. Il était tellement mignon comme ça. Il joue sur mes faiblesses et je déteste ça. Je regardais ses fleurs qu'il m'avait apporté que j'avais expulsé avec rage. J'avais envie... Besoin de m'imprégner de ses ténèbres, bien que celles des autres soient agréable, elles ne me satisfaisaient pas, c'est indéniable et je le sais... C'était Black que je voulais. Il a raison, je l'appelais... Même inconsciemment. Je l'ai blottit contre moi. Oui je n'ai aucune dignité. En étant mort je n'en n'avais déjà pas alors bon.

-Bon retour Black...  

Même si je t'en veux encore. Ton retour ne sera pas agréable! Je vais te faire la misère! Et je ne suis pas TON dragon! Je n'ai pas de maître rentre toi bien ça dans le crâne.

-Alors comme ça je grandis, et toi tu rapetisses? 

Je le garde quand même contre moi.  Et je lui caresse la tête. Regardant Néfir d'un air impassible.
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 723

Date d'inscription : 14/10/2014

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Dim 26 Mar - 14:54
Black Lord









Regrettez maintenant.


Inutile de rouspété, le dragon savait très bien qu’il se montrait faible face a son maître, mais quelque part, le garçon ne pouvait pas réellement lui en tenir rigueur, il l’avait laissé là, sachant la mauvaise influence des êtres de ce monde. Puis il revenait sous la forme d’un enfant, petit, fragile, bien sûr qu’il devrait s’imposer de nouveau, mais chaque chose en son temps. Sa responsabilité serait rendre sa véritable nature à la créature, et il le ferait, dès que son dragon aurait expulsé son surplus de rage.

-Je sais.


Les fleures avaient décollées et les yeux du croque mitaine les avaient suivit. Pas qu’il soit blesser ou regrette de els avoir apportés, à ce moment, sa seule pensée tournait autour de :

Qui sera leur première victime ?

Abandonner un bouquet, s’était un moyen comme un autre de pousser certains à approcher, et ceux qui le faisaient avant le plaisir de se faire paralysé pour dévoré, lentement, douloureusement, d’une façon délicieusement amusante. Certains démons se faisaient tuer ainsi sous ses yeux en enfer, juste pour offrir une distraction au roi qui trouvait le spectacle beaucoup moins intéressant avec les démons.

Puis une nouvelle connaissance se présenta. Un dragon, tout sauf inconnu qui venait se joindre au duo infernal. Bien sûr, le roi tourna les talons pour l’apercevoir et pencha légèrement la tête alors que celui-ci s’inquiétait de ce que Sword aurait put lui faire.

-Bonsoir, monsieur Onyx.

Le costume fonctionnait plutôt bien, sil n’était même pas reconnaissable par son cher tuteur. Une légère grimace traversa le doux visage du garçonnet, puis il redevint aussi impassible qu’il l’était plus tôt.

-Condoléances.

Père, à la rigueur, il l’était déjà, mais père d’un enfant que la fille aurait porté…. Beurk.

La toute petite main fraiche du jeune homme se posa sur le museau du dragon qui venait de l’approcher. Relâchant une partie de ses ténèbres dans celui-ci.

Quel manque de prudence…

-Je constate que, tout le monde avait besoin de moi.

Vous avez baissé votre garde….

-Non, Daeron n’est plus.

Le garçon était calme, sa main revenant à Sword pour une douce caresse pleine de mauvaise énergie, de celles qui traversent le corps, donne l’impression de semer la mort et de détruire l’âme sans plus sortir du tout.

-Je suis Black, souverain de l’enfer, croque mitaine et enfin libéré de la pollution sentimentale que vous vous obstinez à laisser entré.

Une nouvelle qui devrait ravir le dragon, mais au lieu de profité, celui-ci pris l’enfant contre lui et le serra comme une peluche.

-Death.

Sans se servir de sa magie, le jeune garçon repoussa légèrement son ami. Il n’avait rien d’une poupée enfin.

-Non, elle a été protégée par la vie qui s’éveille en elle.

D’où le condoléance. Troqué sa peur de perdre sa chère Orefia et son Caleb contre celle de perdre sa petite famille, le dragon avait réellement perdu au change. Puis, légèrement lasser de servir de peluche, le croque mitaine se fondit dans une brume noir, reprenant forme sur les épaules de Sword, une jambe de chaque coté et les bras sur sa tête. Non, il ne jouerait pas au cheval, tout au plus au dragon.

-Je te remercie Sword. Et te retournerais cette charmante intention, lorsque tu seras également de retour.

Par contre, pas toucher, le croque mitaine étendit juste un de ses tout petits doigts, une épaisse main d’ombre vint se placer entre le dragon humain et la monture. Pas question que l’un frappe l’autre, ils étaient tout de mêmes, tous deux, serviteurs du roi, à différents degrés, Sword étant plus une charmante compagnie, et Néfir, une expérience intéressante de retour à la nature bestiale, mais ils restaient tout deux intéressants.

-C’est une façon de voir les choses.

Pas une bonne façon, mais une façon.

-Ferme donc les yeux et visualise des démons, maîtres de leurs contrées respectives, cruels tirants, tortionnaires, assassins, bourreaux.

Vision intéressante en sois.

-Cette apparence m’a beaucoup amusé, elle les forçait à l’ultime soumission.

Le jeune homme croisa les bras sur la tête de sa monture, posant le menton sur ceux-ci en observant le professeur.

-Tous, sans exception se sont agenouillés, de gré, ou de force, face à un enfant dont les jambes étaient encore trop courtes pour atteindre le sol une fois assis sur son trône.



avatar
Messages : 24

Date d'inscription : 24/03/2017

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Lun 27 Mar - 17:59
Néfir Onyx





Te réclamer et t'aduler...



Condoléances ? C'était la première fois en un an qu'il se voyait et la première chose que Daeron Black lui disait, c'était ce mot là, outre les salutations ? Et de quoi donc devrait-il être triste ? L'Ancien était un peu perdu, jusqu'à ce qu'il se rappelle que le croque-mitaine était bien au courant de ses peurs. Et donc de son cauchemar... Et donc... Que son trésor était enceinte. Il ne savait pas si c'était une bonne chose ou non qu'il le sache mais en tout cas... C'était fait.

-J'aurais préféré des félicitations mais je me contenterai de cela. Merci.

Quant à Sword, il était en train de le chercher. Le coup de queue de Néfir partit avant même qu'il y pense vraiment mais fut arrêté par Black. C'était là le problème avec le croque-mitaine, il réveillait la partie la plus sanguinaire que lui. Sword était stupide d'oublier qu'il n'était pas le seul à être atteint par l'aura de cet homme. Surtout que celui-ci avait déversé une partie de son pouvoir en lui. Son souffle faisait une belle fumée alors que son Dragon essayait d'avoir le contrôle complet.

-Ne me parle pas sur ce ton, Sword. Respecte tes aînés.

Sa voir polytonale devait leur écorcher les oreilles mais présentement, l'Ancien n'en avait pas grand chose à faire. Il avait juste envie d'arracher la tête de Sword avec ses crocs et la balancer au loin pour voir combien de fois elle rebondirait sur les toits avant de tomber par terre. Il lui en voulait encore pour ce qu'il avait dit à Miley alors le plus jeune ferait bien de ne pas trop la ramener. Il avait bien plus de facilité à tuer à cet instant, il ne fallait pas se leurrer.

Et le pire, c'était que ça devait faire plaisir à Daeron... Qui lui faisait alors savoir qu'il ne répondait plus à ce nom et que pire... Roi des Enfers ?! Rien que ça ? Néfir ne savait plus exactement s'il avait peur ou non. Par contre, la fin de sa réplique lui donna envie de ricaner comme rarement. Libéré des émotions ? Il voulait faire croire cela ? Alors pourquoi était-il là dans ce cas ? Même la plus impitoyable et inhumaine des créatures avaient des émotions. C'était le propre de chaque chose pensante. Aucun esprit ne pouvait être totalement objectif.

-Permettez que j'émette quelques doutes à ce sujet, Majesté. Après tout, vous semblez être ici pour récupérer ce qui vous appartient. Or l'égoïsme est une forme de sentiment...

Ce n'était pas une bonne idée de discuter les dires du croque-mitaine, il le savait mais en même temps, celui-ci avait réveillé une telle... Profondeur de... malsain, chez lui. Il n'y avait pas de meilleur mot : malsain.

Ce qui ne l'empêcha pas de ressentir un soulagement sans nom en sachant que le bébé avait su défendre sa mère et lui-même contre Black. Il gronda tout de même envers Sword.

-Ne parle pas de ma femme après ce que tu as fait dans la forêt. Crois-moi, à cet instant, si ton roi ne te protégeait pas, son aura m'aurait déjà poussé à te tuer et à me repaître de tes entrailles.

C'était bien pour cela qu'il avait repris forme humaine malgré la peur. Il était aussi rempli de toute cette violence latente et ses yeux améthystes restaient fendus à la verticale. Sword se mettait à serrer Black comme s'il était un doudou perdu depuis longtemps. Doudou qui ne resta pas en place, finissant sur les épaules de son serviteur. Néfir le voyait bien. Il n'y avait pas "d'amitié" en ce moment entre ses deux êtres mais un rapport de maître à serviteur. Peu importe combien ex nécromancien le nierait.

-En fait, tu es mignon à apprécier le retour de Black.

Néfir croisa les bras, conscient que cette boutade pourrait fortement irritée Sword. Mais ses nerfs à vif le rendaient presque téméraire. Presque. Parce qu'il savait encore ce qu'il faisait. Et il ne comptait pas sérieusement se frotter à la colère du Roi des Enfers. Pas aujourd'hui, ni jamais si possible. Black ajouta sa propre boutade qui fit sourire l'Ancien pour ensuite expliquer la raison de cette nouvelle apparence des plus adorables. Il ne fallait pas se voiler la face, il était même trop mignon.

-Oh, le sadisme poussé à l'extrême. Tout à fait vous, Majesté.

Néfir ricanait sombrement. Les démons n'avaient pas dû faire les fiers. Et bon sang, ce qu'il ne ferait pas pour tuer quelque chose, maintenant. En fait si, il y avait tout de même pas mal de choses qu'il ne ferait pas. Question d'éthique. De pouvoir continuer à se regarder dans un miroir. Le vieux Dragon était assez fier de ce qu'il était, il voulait que ça continue. Encore plus avec sa petite, sa femme et son fils. Pas question de basculer comme ça.

-Sur ce, je pense que vous allez rester avec votre dragon de compagnie préféré. Je vais donc vous laisser et aller m'occuper de mon trésor.

Il toisa un peu Sword.

-Une dernière chose pour toi. Si tu te ridiculises, c'est seul. Alors si tu ne veux pas me voir alors que tu es en compagnie de sa Majesté, soit. Mais n'oublie pas que le respect se gagne. Comme la dignité. Si tu es humilié, c'est de ta faute, non de la mienne. N'oublie pas. Parce que la prochaine fois, je te rappellerai que tu n'es plus tout puissant si tu m'y pousses.

Et Néfir s'inclina galamment.

-Majesté, Sword...

Il reprit sa forme de dragon et s'envola dans un panache de fumée pour retrouver son trésor. Non mais, Sword devrait vraiment remettre ses neurones en place avant qu'il ne lui arrive des bricoles qui pourraient amuser son maître.     





avatar
Messages : 609

Date d'inscription : 24/06/2015

Maison : "Dragonia"

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Lun 27 Mar - 20:27
Sword Fylbers
Vous me réclamiez à grands cris! ▲BLACK▲
Je sentais ses ténèbres pénétrer en moi. Mon âme suffoquer et noircir plus qu’elle ne l’était déjà. J’avais un air livide l’espace d’un instant, relâchant un souffle de feu plus sombre qu’habituellement avant de redresser la tête vers Néfir. Respecter ses ainés ? Qu’il ne croit pas ça, j’ai du respect pour lui, mais actuellement il ne vaut pas cette peine. Tout simplement parce que ses propos envers moi ne m’aident pas à rester calme, ni ses gestes. J’ai regardé Néfir en montrant mes crocs, le regard fendu, sans la moindre expression mis à part l’envie de le tuer. Toute cette noirceur qui influe en moi, il faisait longtemps que je n’avais pas ressenti autant de pulsions meurtrières à la seconde. Je plissais les yeux avant de me reprendre un peu pour répondre au vieux dragon.

-Je ne te renvoie que le change de ce que tu as évoqué. Et encore je n’ai pas tenté de te frapper. Fis-je en récupérant le petit dans mes bras pour le serrer contre moi.

M’imprégnant un peu plus de sa noirceur. Me nourrissant de ses ténèbres si denses. Mox est encore différente de ce que Black dégage. Je ferme les yeux et mon cœur bat plus fort encore avant d’en ressentir une certaine douleur. Je ne sais pas pourquoi, mais il fait quelque chose sur mon corps de vivant. Quelque chose de purement malsain. J’étais mitigé entre écouter Black et Néfir, et vouloir les tuer tous les deux. Seulement Black s’évapora pour arriver sur mes épaules. Ce qui ne me plut pas du tout sur l’instant.

-Descends de là Black ! Dis-je en grondant.

Serrant et desserrant les poings. Je vis arriver le coup de queue lorsque je parlais de la femelle et avais levé la main dans l’intention de la trancher nette et en faire des rondelles par la suite, mais c’est une main de ténèbres qui arrêta le coup. Il avait de la chance parce que même si j’ai encore un peu de respect pour le dragon, je ne l’aurais pas fait… beaucoup souffrir. Je le regardais alors qu’il grondait et me parlait de sa femme. L’air écœuré quand j’imaginais la chose, ou même ce qui le poussait à se coller à elle de la sorte. Je soulevais le petit roi pour le poser près de moi et m’avançais de quelques pas.

-Je demande à voir. Et crois-moi, même sans Black je t’aurais montré que tu as tort de me provoquer, Néfir !

Je ne suis peut-être plus mort, il manipule peut-être les minéraux, mais je ne suis pas non plus incapable de me défendre tout seul, même contre lui. Qu’il ne croit pas que Black me protège, non, je dirais plutôt qu’il évite que nous nous battions dans l’école et faire de cet endroit une ruine. Mon regard bleu, fendu, croisait ses améthystes et je grondais en me retenant vraiment de l’empêcher de respirer pour qu’il cesse de parler. Cette pulsion ne me quitte vraiment pas. L’étriper et l’écarteler, le torturer juste un peu avant d’exploser le rubis qui lui sert de cœur. Ensuite peut-être m’occuper de son rejeton et sa femelle. J’eus un temps de latence avant de lui sourire de façon malsaine. Il fallait que je me calme, cette envie de le tuer, de plonger mes crocs dans sa gorge et de lacérer sa cage thoracique… Hum ! Ce pourrait être plaisant, mais ce n’était pas de mon œuvre. C’était l’œuvre de Black. Je ricanais en secouant la tête à ses propos. Par Garyxx ! Mais qu’il cesse de parler où je vais vraiment le faire. Je fermais les yeux et inspirais profondément avant de les rouvrir sur le vieux dragon et faire un moulinet du poignet avant d’incliner brièvement la tête en ramenant ma main contre mon torse. Laissant mon vêtement s’imbiber de mon sang alors que je fixais avec un regard mauvais Néfir. Qu’il vienne ! Je me ferais un plaisir de lui rappeler que je ne suis peut-être plus tout puissant, mais que je sais parfaitement me débrouiller seul.

-Néfir~ ! Malgré toute ma reconnaissance envers vous, gardez-vous bien de ne pas me provoquer… Vous le regretteriez… Amèrement !

Je ne souriais pas, mais mon regard en disait long pour le dragon qui s’envola et me laissa seul avec Black. Je baissais le bras, et plantais mes griffes dans la paume de ma main avec une profonde rage. Je savais que Black influait sur nos plus sombres desseins, et je l’avais suivit longtemps dans cette voie, j’étais moi-même un beau salaud et je peux encore l’être. Ce que beaucoup semblent avoir oublié. Quand je reverrais Néfir, ça ne sera pas de gaité de cœur.

Je me tournais vers Black, plissant les yeux en le fixant. Je me retenais de faire un horrible carnage, mais bon. Je passais près de lui et le regardait sur ses petites jambes. Je restais silencieux un instant tout en l’observant. En fait, il n’avait pas tant changé, d’apparence si, mais il restait celui que j’avais connu, aussi sadique et malsain qu’à l’époque. Et moi qui avait tellement changé par rapport à lui. Je n’étais même plus à sa hauteur, tout juste le dragon de compagnie de sa seigneurie comme disait si bien Néfir. Je crois qu’il était temps, oui… Il était temps que je reprenne ce que j’ai laissé sur Fortunia, et dans les autres mondes que j’ai détruit. Je m’agenouillais face au petit et récupérais mon sang dans ma paume blessée, puis prenais sa petite main et traçais dans sa paume un trait au sang. Peut-être que ça ne lui dirait rien comme ça. Mais moi… C’était ma parole que je ne me rabaisserais pas plus que je ne le suis déjà.

-Il serait peut-être temps en effet… De me ressaisir…

Je me relevais en soupirant un peu et fermant les yeux, puis me léchais la paume en reprenant ma forme de dragon. J’avais besoin de me défouler sur quelque chose. Et je n’avais plus envie de taper Black ou qui que ce soit dans cette école. J’enroulais ma queue autour du gamin et le posais ensuite sur mon dos pour m’envoler rapidement dans les airs.  Dans un endroit où nous pourrions être plus tranquille qu’à l’école. Et où je pourrais faire un carnage.
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 723

Date d'inscription : 14/10/2014

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Mer 29 Mar - 0:40
Black Lord









Regrettez maintenant.


Félicitation ? Pour quelles raisons, le dragon avait persisté dans sa relation avec la fille, ce qui en soit n’était déjà pas plaisant, mais en plus, il s’était permis de lui faire un enfant, comme si une seule comme elle n’était pas suffisante. Condoléance était donc tout a fait naturel, contrairement à l’autre terme.

Ils ont déjà perdu toutes leurs défenses face à ma seule présence.

Le jeune garçon observait les deux adultes qui se chamaillait d’une façon assez violente, leurs gestes, leurs postures, leurs mots, tout ressemblait a une agression, même leurs yeux et leurs voix commençaient à se faire violentes. La présence d’une entité faite d’ombre et de peur avait souvent cet effet, sans oublier que le croque mitaine laissait son aura ténébreuse se répandre sans retenue, aussi, rien de très étonnant a leur réaction, mais il ne tenait pas à les voir s’attaqué l’un a l’autre, aussi, il empêchait els coups d’atteindre leurs cibles.

Aussi, une fois descendu des épaules de Sword, le garçonnet parti tranquillement récupéré le bouquet de fleure, laissant les autres se disputer, il le lâcha du haut du toit, posant ses bras sur le rebord pour voir l’atterrissage, et laissant ses pensées partir vers celui ou celles qui les trouverait. Celui là perdrait une partie de sa personne, peut être même tout.

-A très bientôt, cher tuteur.


Oui, c’est une promesse.

A peine quelques secondes plus tard, Sword venait d’agenouiller près du garçon, prenant sa main pour y étaler de son sang, un geste qui fit sourire le jeune homme.

-Voilà une nouvelle qui me ravi, mon dragon.


Une simple promesse qui donnait enfin une véritable raison au retour du roi en ces lieux indignes. Pas trop de le temps d’en discuter en revanche, le dragon pris sa forme d’imposante créature et s’envola, laissant a son maître le plaisir de redécouvrir les cieux, lui qui n’avait jamais volé que porté par des dragons, n’ayant pas réellement d’ailes propres.

-Tu es affecté par mon aura.


Preuve que le dragon avait bien changé. LE croque mitaine attendit sagement son moment, et surtout l’atterrissage, puis il descendit tranquillement, demanda a Sword de changer de forme de nouveau et s’entailla la main pour venir saisir celle que le dragon s’était ouverte.

-Puisque l’heure est à la promesse, je te promets sur mon sang et mon royaume que je ne t’abandonnerais plus comme je l’ai fait.





avatar
Messages : 24

Date d'inscription : 24/03/2017

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Mer 29 Mar - 14:30
Sword Fylbers
Vous me réclamiez à grands cris! ▲BLACK▲
J’inclinais la tête en fermant les yeux avant de me relever en prenant ma forme de dragon adulte et emmener Black dans un endroit plus calme. J’avais besoind e me défouler. Mais j’étais ravi de le retrouver quelque part. Avant que je ne me pose, ses paroles m’ont remis brutalement en question. C’est vrai, j’étais affecté par son aura, parce qu’elle m’avait manqué, parce que mon corps vivant ne l’absorbait pas comme lorsque j’étais mort. Il arrivait à me nourrir par sa simple présence, et je n’avais pas besoin de manger de viande pour me sustenter. Oui, mon corps de vivant était finalement un maillon faible. Je reprenais ma forme humaine en me posant délicatement, attendant qu’il soit descendu également pour se faire. Et l’ai observé en silence faire comme je l’avais fait un peu plus tôt. Je regardais avec un air surprit, triste et ému à la fois ce petit roi qui me fit sa promesse, par les enfers et par son sang. Je regardais ma main dans laquelle il déposa son sang sur ma plaie. Je grimaçais en sentant quelque chose entrer en résonnance avec mon être. Son sang était si sombre. Je fermais les yeux et me laissais envahir par ces ténèbres.

Puis je me mettais à genoux pour être à peu près à sa taille et je relevais les yeux sur sa petite main blessée. La prenant délicatement avant de venir pourlécher la plaie et me délecter de cette sensation qui me parvenait. Mon cœur s’emballait. J’étais… Oui… Je peux le dire, j’étais heureux qu’il revienne pour moi et qu’il me fasse la promesse de ne plus m’abandonner comme il l’a fait. Je soufflais par les narines et soignais sa plaie après avoir lécher suffisamment… Pas assez à mon goût, mais je n’allais pas en abuser. Je le regardais avec une lueur plus vive dans le regard avant de l’enlacer tendrement en le ramenant un peu plus contre moi. Oui, j’allais me ressaisir, mais j’avais besoin de le sentir contre moi un peu plus. Après quoi, je le relâchais et me reculais pour m’assoir en tailleur en face de lui.

-Mon corps vivant est un peu plus affecté par ton aura, oui… Mais ça m’avait tellement manqué… Vivre… M’a énormément changé… Trop de sentiments dont j’ai encore du mal à cerner le sens…

Je soupirais et fronçais les sourcils en détournant la tête pour l’abaisser vers mes jambes, serrant les poings. Je… Je me sentais encore plus perdu maintenant. Vivre, c’est tellement difficile, mais tous m’ont dit qu’il fallait que je l’accepte et que j’apprenne à vivre avec ce sentiment. Au début, j’avais vraiment la sensation d’avoir perdu quelque chose. Cette sensation ne m’a pas quitté, elle s’est juste légèrement estompée. Je redressais la tête et regardais Black. Si petit, si mignon… Je n’avais pas envie qu’il me laisse… Et je suppose qu’à son départ, sa demeure avait été rasée. Puis, le cimetière c’est un peu la même chose que sa maison hantée. Je posais mes mains sur mes genoux et continuais à… l’admirer, ses grands yeux turquoises, ses cheveux blancs immaculés, cette pureté qui se dégageait de son côté infantile, et dire que la pureté de ce petit être cachait toutes les peurs de l’univers… J’avais envie de ne le garder que pour moi.

-Que dirais-tu de rester avec moi, au cimetière, Black ?

Je l’observais calmement. Puis reprenais.

-Je pourrais m’occuper un peu de toi.

© 2981 12289 0
avatar
Messages : 723

Date d'inscription : 14/10/2014

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Mer 29 Mar - 15:19
Black Lord









Regrettez maintenant.


Le garçonnet observa la réaction du dragon, souriant de le voir recevoir à la fois si bien et mal son sang. La douleur que la chose devait provoquer ne devait rien avoir de doux, ni de plaisant, mais au fond, Sweety avait toujours eut cette capacité extraordinaire a supporté, et même adoré la douleur eu point d’en être plus friand encore que le croque mitaine lui-même. Puis, il fini par venir lécher directement ce concentré de noirceur à l’état liquide, de quoi rendre fou n’importe quel ange, mais ça, Death en avait trop conscience.

Mon sang est une drogue, il suffit d’une simple gorgée pour qu’un sentiment de besoin se fasse sentir.


De ce fait, rien de bien choquant lorsque le dragon montra une mine légèrement renfrogner a l’idée de refermé la blessure, s’était la fin de la prise, et personne ne pourrait décider d’en avoir de nouveau, pas sans le consentement direct du donateur.

-Les sentiments, ce sont de drôle de pollution, seul certains valent la peine d’être explorées.


Non, il ne se mentait pas, le jeune homme savait qu’il avait fait le pas de trop lors de sa dernière visite et s’était attacher a une créature vivante, un pas dangereux qui avait corrompu sa nature, mais à ce jour, il ne comptait plus se laisser avoir de la sorte.

-Je t’apprendrais.


A redevenir toi, à redevenir mon Sword, mon dragon.


-Je suis aussi là pour ça.


Quand bien même son attachement pour ses propriétés restait intact, comme pour Sword, il ne chercherait plus a comprendre l’amour, ou les bonnes sensations, tout ceci étant tout juste éphémère, une faiblesse qu’on peut laisser filler après un tour en enfer.

-Et si mon aura t’aide à te souvenir de qui tu es vraiment, alors profite en sans retenue, je t’arrêterais, si tu dépasse les seules limites qui comptent.


Les miennes.


Le garçonnet pencha légèrement la tête sur le coté et observa le dragon qui lui proposait de venir directement chez lui. S’était un fait, sa maison n’existait plus, mais la maison du dragon était polluée par la présence de la tache rouge.

-Tu t’occuperais de moi ?


Cela supposerait que le roi ait besoin qu’on s’occupe de lui, pourtant, il avait toujours su se débrouiller.

-Et ta femme ?


Pas que la tuer me dérange, mais je doute qu’il me laisse faire pour l’instant, trop épris pour ça.

Que du mépris dans la voix du bonhomme alors qu’il évoquait le vampire, en même temps, l’autre n’étant pas foutu de se présenter en règle ou de ne pas agresser son hidden… forcement.

-Pourquoi pas, je pourrais m’entrainer à passer pour un véritable enfant.


L’idée était amusante aux yeux du roi, se faire passer pour un enfant pur, innocent, intouchable, ce serait si facile de berné n’importe qui.

-D’accord, je viendrais vivre chez toi.


Rester proche de quelqu’un pour pourrir lentement mais surement tout son être et faire du plus doux des anges le plus sale des démons… oui, l’idée qui venait de naitre se faisait particulièrement intéressante aux yeux du croque mitaine.

-Qui sait, peut être que cela pourra apprendre à ton vampire à se conduire correctement.





avatar
Messages : 24

Date d'inscription : 24/03/2017

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Mer 29 Mar - 19:06
Sword Fylbers
Vous me réclamiez à grands cris! ▲BLACK▲
De drôles de pollutions ? Hunhun ! Je souriais faiblement en fermant les yeux, penchant légèrement la tête sur le côté en inspirant profondément. Oui, les sentiments étaient de drôles de pollutions, pour moi… Ça ressemblait à du poison. Ou du venin. Doucement et lentement se frayant un chemin dans le sang pour aller atrophier tous les muscles.
-Je verrais plus ça comme… Du venin, lent… brouillant les sens, atrophiant les muscles, la raison… et finalement mortel lorsqu’on s’y laisse submerger complètement.

Quelle douce perspective oui. Peut-être au final que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre de la vie, la vie est une douleur qu’un mort ne peut comprendre. Peut-être finirais-je par apprécier la douleur des sentiments à force de les subir, de m’en faire submerger en m’y noyant sans cesse dans ce monde. Et pas seulement. M’apprendre… Est-ce que je veux vraiment apprendre à faire abstraction des sentiments s’ils finissent par m’apporter un certain plaisir jouissif ? Je ne dis pas que certains polluent plus que d’autres… L’amour par exemple, l’amour et l’attirance que l’on ressent envers une personne… Qui nous pousse à tuer pour elle… Hmmm… De l’amour nait la rage, le désir de vengeance, j’ai déjà connu ça et laissé place à cette rage, m’y consumant corps et âme. Je relevais les yeux sur le petit roi en esquissant un sourire malsain. M’arrêter si je dépasse les limites ? Les limites qu’il m’a fixées au moment où ma route à croisé la sienne ? Hunhun ! Je le toisais avec ce même sourire machiavélique, oui, je ne manquerais pas de profiter de cette sensation qu’il m’apporte. Comme je l’ai fait autrefois. Avant de m’en éloigner… Quelle idée absurde.

J’inspirais et lâchais un soupire avant de me redresser lorsqu’il reconsidéra mon offre, puis posa la question existentielle qui me fit rire. Ho ! Mon petit Black, tu es tellement mignon.

-Ma femme, devra accepter mon choix. Je me demande combien de temps il va mettre pour se rendre à l’évidence de qui tu es réellement. Entre temps, je me contenterais de dire que je t’ai recueilli.

Et puis… L’idée semblait lui plaire, même qu’il avait l’air d’avoir quelques idées qui germaient dans sa petite tête. Je lui souriais en croisant les bras contre moi. Hochant la tête fermement lorsqu’il finit par accepter ma proposition. J’étais impatient et tellement excité à l’idée de le garder pour moi qu’il fallait que je ricane de plus belle. Retenant intérieurement un petit « Yosh » de victoire à son acceptation.

- Passer pour un véritable enfant ? Ca ne devrait pas être trop dur… tu es déjà tellement adorable ainsi.

Puis ça m’entraînera à m’occuper d’un gamin. Qui sait… Avec le fait que Shin veuille récupérer cette petite chose de familier, pourquoi pas, deux enfants c’est aussi amusant que d’être un vrai calvaire par moments. Enfin, je baissais les bras et venais le prendre contre moi en le soulevant.

-Peut-être qu’il finira par t’accepter. Et vous ne vous battrez probablement plus verbalement.

Je peux toujours rêver éveiller non ? Je me dirigeais calmement dans la ville sur laquelle j’allais jeter mon dévolu et tout détruire. Avant de rentrer avec Lord et de m’occuper de lui dans ma chapelle. Lui réserver une place chez moi. Lui préparer des vêtements. Bref, j’avais du boulot.
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 723

Date d'inscription : 14/10/2014

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris Jeu 30 Mar - 13:08
Black Lord
avatar
Messages : 24

Date d'inscription : 24/03/2017

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous me réclamiez à grands cris
Contenu sponsorisé
Vous me réclamiez à grands cris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Connaissez-vous la nationalité de ces grands scientifiques..
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !
» Simpsonisez vous

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Esperanza :: Hors RP :: Archives :: Archives RP-
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: