FORUM FERME, PASSEZ VOTRE CHEMIN
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez|
MessageSujet: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Mar 28 Mar - 18:15
Gaia Lockheart

L'appel
de la
nature

Ciryiel Valàreir
Gaia Lockheart



Les dernières semaines avaient été intenses pour la jeune femme. La rencontre avec Drakhys avait donné lieu à une lourde révélation. Il s’était avéré qu’elle subissait la pression d’une entité maléfique qui avait été le maitre tirant les ficelles des bourreaux de son passé. C’était donc étrange pour elle d’avoir lié une amitié avec ce vampire, sachant ce qui réside en elle. Mais elle faisait tout de même abstraction de cela, et appréciait fortement la blonde. Ensuite, il y avait eu le moment passé avec Drakhys justement, ainsi que le médecin de l’école, Ankh. Cherchant à décrypter les marques médicales de son passé. Et enfin avec Sword, les lourds combats menés au manoir de ses parents qui n’était désormais plus qu’un souvenir. Tout ça pesait lourdement sur le mental de Gaia, mais elle n’était pas abattue pour autant. Non, certainement pas car elle était bien entourée et avait des amis sur qui compter. De plus, beaucoup d’indices avaient été récoltés pour lui permettre de mieux répondre à ses interrogations.

Pour l’heure elle n’était pas en train de chercher des solutions, enfin, pas tout de suite du moins. Elle venait encore de se réveiller en pleine nuit et foulait désormais les gravillons du jardin. Vêtue d’un simple kimono blanc qui mettait en valeur ses courbes mais aussi ses cicatrices, sa tête était ornée d’un petit diadème blanc. Ses longs cheveux virevoltant sous la douce brise, faisaient un joli contraste avec son vêtement. Malgré la fraicheur de la nuit, elle n’avait pas froid et elle leva la tête vers le ciel, pour se donner une idée de l’heure qu’il pouvait bien être. L’obscurité se levait doucement, signe que l’aube arrivait…

- Hum…


Elle ferma les yeux un instant, prenant une profonde inspiration de cet air si pur. Le silence qui régnait avait aussi le don de l’apaiser. Elle était bien mieux la que dans son lit à se tourner et se retourner pour chercher le sommeil. En plus, elle n’était pas fatiguée. Elle était même en pleine forme. Elle brisa ce petit moment de calme et de bien être pour reprendre sa marche discrète, cherchant un endroit où s’installer. Dans ses mains, elle tenait le grimoire qu’Alexander lui avait donné au manoir. Depuis leur retour dans l’établissement, elle ne cessait de se pencher dessus pour essayer d’en extraire ses secrets. Mais comment faire parler un livre qui possède des pages vierges ?

Gaia se mit à chantonner et tourna doucement sur elle-même, avançant tranquillement dans ses jardins endormis. Malgré la faible luminosité, l’aube qui pointait son nez donnait source de lumière suffisante. Esquissant un sourire discret, le regard rougeâtre de la brune se posa sur un grand arbre. Elle serra son ouvrage contre elle, se disant que l’endroit était parfait, et alla s’installer contre le tronc de cet arbre. Assise paisiblement sous ses grands feuillages, elle posa son grimoire sur ses cuisses.

- Voyons si aujourd’hui tu vas me dévoiler tes secrets…

Elle caressa la surface de son ouvrage au cuir noir, surmonté d’écriture runique de couleur d’or et d’azur. Elle ne savait toujours pas les déchiffrer et ignorait totalement qu’elles étaient l’écriture du monde des ténèbres. Ouvrant ensuite son grimoire en son centre, elle posa ses mains sur chacune des pages vierges et ferma les yeux. Elle essayait de se concentrer pour essayer d’extraire l’énergie qu’il y avait. Car oui, il n’y avait pas de doute que quelque chose y était attaché. En se concentrant bien, l’on pouvait ressentir une faible aura de magie. C’est donc dans le silence nocturne que Gaia essayait de communiquer avec ce qu’il pouvait y avoir dans son ouvrage…




CSS par Gaelle

avatar
Messages : 146

Date d'inscription : 05/12/2016

Age : 23

Chambre : N° 5

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Lun 3 Avr - 19:57
Ciryiel Valáreir

Ft. Gaia Lockheart


L'appel de la nature


Ce qui devait arriver était arrivé malheureusement… Et bien plus rapidement que ce que je n’avais escompté à mon plus grand malheur… Après que Cassandre m’est laissé dans la serre… J’étais resté dans un état émotionnel assez… Instable… Même la belle muse avait remarqué que j’avais mal au cœur. Je ne savais pas exactement si j’étais amoureux de l’enseignant en science… Je n’irais pas jusque-là… Mais j’aimais être en sa présence et j’affectionnais les moments que nous passions ensemble… Même en songe… Seulement, le voir s’enfuir m’avait vraiment ébranler… Et je ne sais pas exactement comment, mais ça avait fini par remonter jusqu’aux grandes oreilles de Père… Je pense qu’il avait dû me faire surveiller… Je ne vois que cette hypothèse. Dans tous les cas, ils se sont bien garder de m’informer de leur manœuvre… Comme ça… Ils peuvent recommencer…

Bref… La cause de mon humeur avait été dévoilée et on m’avait convoqué sans sommation auprès du conseil… J’étais passé entre les mains de Mère avant cela. Elle m’avait préparé, car elle, elle savait déjà et bien qu’elle ne l’accepte pas, elle ne me reprochait rien. Je m’admirais tellement. C’est donc devant des anciens et un père courroucé que je m’étais retrouvé. Je m’étais tenu droit, la tête haute et j’avais encaissé. Je n’avais de toute façon pas d’autre option que celle-ci… Ils n’allaient pas de nouveau me bannir… Sinon leur crédibilité auprès de notre communauté en aurait pris un coup… Cependant, j’avais maintenant un ultimatum au-dessus de la tête. Soit je revenais rapidement dans « le droit chemin »… Soit j’étais destituer et un autre héritier serait élu… A défaut de pouvoir être conçu. La prochaine fois que je serais convoquer ou que je venais à me présenter, je devais avoir à mon bras celle que j’aurai choisi… Oui… j’ai bien dis CELLE… C’était la mine abattu que j’étais retourné chez moi, auprès de Mère. Comme toujours elle m’accueillit avec sa douceur et son soutien. Elle m’intima d’être fort et que j’arriverai à passer cette épreuve et que je serai heureux. Je doutais vraiment que ce soit un jour le cas… Je n’avais jamais trouvé femme à mon gout, sauf une fois étant jeune et vu comment cela avait été accueilli… Je n’avais nullement envie de retenter l’expérience… Mais mon peuple attendait mon règne et je ne pouvais pas le décevoir… Après avoir eu le réconfort de Mère, je décidais de rentré à Esperanza. De toute façon, je ne pouvais m’absenter à tout bout de champ… En partant, je croisais mon jeune cousin Elros. Je lui souris, comme je l’avais toujours fait depuis sa venue au monde, m’apprêtant à l’accueillir dans mes bras comme chaque fois… Mais pas cette fois. Il passa près de moi, baissant la tête et murmurant d’une voix froide que je ne lui connaissais même pas :

- Ne me touche pas…

Je restai un moment planté là, à regarder le tronc de l’arbre le plus proche… Je crois que c’est ce qui m’avait achevé… Je changeai de forme et rentrait, reprenant le chemin de l’école. Une fois arrivé, je m’aperçus que je ne pouvais pas rester chez moi. Je ne contrôlais pas du tout mon pouvoir tellement mon abattement était grand et mon arbre maison en pâtissait… J’avais donc marché dans les jardins et j’avais trouvé un rocher sur lequel de m’était couché, comme un félin qu’on aurait abattu d’un coup de feu… C’était presque le cas… Mais au moins je ne pouvais pas contaminer la vie végétale autour de moi…
Je crois que je m’endormis, c’est un chant qui me fit remuer les oreilles avant de finalement les redresser complétement. Je gardais les yeux fermés, sans rien bougé d’autre. Je connaissais cette vois, c’était celle de l’enfant que j’avais rencontré dans la bibliothèque. Une jeune femme aux longs cheveux bruns. Dans la brume de mon esprit, son visage se reforma à mon souvenir. Gaia… Elle s’assit non loin de moi, surement sous le grand frêne que j’avais vaguement discerné la veille. Je ressentis une certaine magie et je fini par ouvrir les yeux et bouger la tête. Elle tenait un livre entre ses mains. Cela venait de là, ce pouvoir…
Je jetais un coup d’œil au ciel. Il était encore bien tôt… Ne dormait-elle donc jamais ? Toujours sans me redresser, et de ma voix profonde et désincarnée je lui demandais.

- N’avez-vous donc jamais sommeil Gaia ?

Mon ton n’était pas agressif. Je m’interrogeais réellement en fait. Déjà lors de notre première rencontre, elle avait le sommeil en fuite et j’étais resté près d’elle, la gardant contre moi pour qu’elle s’endorme… Mes yeux d’émeraude la fixaient tandis que le reste de mon corps était parfaitement immobile et complètement éteint. Mes rayures étaient tellement foncé qu’elles en étaient presque noire et dans le crépuscule, seul un œil avisé pourrait en discerné leur véritable couleur.

avatar
Messages : 122

Date d'inscription : 07/04/2016

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Lun 3 Avr - 21:40
Gaia Lockheart

L'appel
de la
nature

Ciryiel Valàreir
Gaia Lockheart



Toute l’attention et la concentration de Gaia se portaient sur son ouvrage. A tel point qu’elle n’avait pas remarqué l’aura si particulière du professeur de botanique, qui se trouvait non loin d’elle. Dans la fraicheur nocturne, la brune essayait d’en apprendre plus sur son grimoire. Depuis leur retour dans l’établissement, elle avait déjà fait plusieurs essais qui n’avait rien donné de très concluant. Elle n’en démordait pas pour autant, et c’est pour cette raison que toute sa concentration était tournée vers son livre. Les deux mains posées sur les pages vierges, après quelques instants, elle crut apercevoir une petite flamme bleue se former. Etait-ce son esprit qui imaginait cela ? Ou bien le livre qui lui adressait un message ? Quoi qu’il en soit, elle ne peut creuser plus car cette image subtile se dissipa rapidement. Elle voulut alors ouvrir les yeux pour voir si cette flamme n’avait pas été un reflet devant elle, mais elle se dit qu’il fallait mieux éviter, tant qu’elle arrivait à se concentrer. D’ailleurs, rien que ce raisonnement fit vaciller le potentiel lien avec son ouvrage et elle soupira.

Gaia finit par ouvrir ses yeux qui avaient pris leur plus belle lueur rougeâtre. Vif au possible, ils ne cessèrent de fixer l’ouvrage qu’elle tenait entre ses mains. Ce n’était vraiment pas évident de trouver quelle sorte de magie il émanait et comment la mettre à profil, mais elle était certaine qu’avec le temps, il finirait par délivrer les secrets qu’il renferme. Alexander avait gardé ce livre depuis longtemps, et le protégeait afin de le lui remettre. Il devait donc y avoir une bonne raison à ce qu’elle l’a en sa possession. Du moins, elle l’espérait fortement. Cet ami de son père, ne pouvait pas avoir menti…

L’Ombre effleura délicatement du bout des doigts les pages de son ouvrage avant de s’étirer. On ne dirait pas comme ça, mais porter autant de concentrations sur quelque chose d’intangible fatiguait un peu. Toutefois, elle avait de l’énergie à revendre et elle ne s’arrêtera pas de sitôt ! S’apprêtant à recommencer sa conversation avec son livre, si on peut appeler sa conversation, elle fut interrompue par une voix profonde et désincarnée. Voix qui la connaissait de surcroit.

Haussant un sourcil et se redressant légèrement, la brune tourna la tête vers la source de ces dires et vit un drôle d’animal. Un tigre avec des bois était allongé sur un rocher, et son regard étincelant se portait sur la jeune femme. Cette dernière inclina la tête et ferma aussitôt son livre. Elle ne connaissait pas de telle créature… Enfin elle ne pensait pas… elle l’observa un instant. Ce tigre était imposant mais sa position et les couleurs qu’il émanait était plutôt triste. On verrait plus un tel animal comme fort, avec une prestance qui vous écrase mais il n’en était rien. Il avait plutôt l’air abattu et cette vision donna un petit pincement au cœur de l’Ombre.

- Bon-soir…

Elle se leva, resserrant au passage la ceinture de son kimono et se rapprocha de la créature qui la fixait. Il lui fallut un peu de temps pour passer outre son apparence et s’occuper de l’aura qu’elle émanait. Ce ne pouvait pas être…

- Ciryiel ?! Oh euh… enfin je veux dire, Monsieur Valàreir ? Excusez-moi.

Oui l’énergie qu’il émanait, la profondeur de son regard… Il n’y avait aucun doute. Attendre sa réponse ne rimait à rien car Gaia était désormais sûre de l’interlocuteur qu’elle avait en face d’elle. Elle n’aurait jamais pensée qu’il puisse revêtir une telle apparence. C’était vraiment magnifique, bien qu’on sente une certaine tristesse en lui. Enfin, non, plus que de la tristesse. Un déchirement profond… Et bien que la brune était heureuse de revoir son ami… professeur, elle était attristée de le voir en tel état. Ainsi les problèmes qui l’avait déjà troublé lors de leur première rencontre ne c’était pas arrangée ? Ou quelque chose d’autre était arrivé ? Elle ne pouvait pas l’assaillir de questions comme ça… Elle risquait de remuer le couteau dans la plaie en plus. Il fallait déjà qu’elle réponde à sa question.

S’approchant un peu plus de l’Elfe, elle plaqua son grimoire contre elle et esquissa un infime sourire en regardant l’enseignant.

- Sommeil ? Qu’est-ce que … Désolé mais je ne connais pas ce mot.

Vu l’état dans lequel il se trouvait, peut-être qu’un peu d’humour adoucirait ses traits. D’ailleurs ceux de Gaia n’étaient pas aussi froids que d’habitude. Ils émanaient même une certaine douceur. Finalement arrivée à la hauteur de ce tigre massif, elle lui fit face et lui adressa un autre infime sourire. Elle allait quand même répondre sérieusement à sa question.

- Cela m’arrive parfois, mais je n’ai pas besoin de dormir très longtemps pour reprendre des forces. Et puis, il y a tellement de choses intéressantes à faire que dormir empiète sur mon temps.

Elle hocha la tête et posa délicatement son ouvrage sur un endroit libre du rocher. Toujours en face du tigre, elle se dit que lui aussi n’avait jamais sommeil. Deux fois qu’ils se rencontraient, et c’étaient deux fois au milieu de la nuit. Cependant, Gaia se doutait que la raison de l’éveil de Ciryiel était loin d’être joyeuse.

- Mais je peux vous retourner votre question Ciryiel.

Nyah Monsieur Valàreir… Trop tard de toute façon. Elle avait du mal à l’appeler Monsieur mais si cela le dérangeait elle essayera de faire plus attention. Il avait été là pour l’aider et avait veillé sur elle jusqu’à ce qu’elle trouve le sommeil. Et même s’il ne c’était vu qu’une seule fois, ce professeur comptait déjà beaucoup pour elle car il avait fait beaucoup. Le voir plongé dans une telle tristesse, lui faisait donc mal au cœur, et elle n’allait certainement pas le laisser ainsi. Gaia posa alors sa main dans la grande crinière du tigre, pour le caresser tendrement.

- Vous m’avez l’air dans un bien triste état…

Elle se pinça les lèvres et le regarda avec intensité.

- Je ne voudrais pas m’initier dans votre vie privée mais, que vous arrive-t-il ? Je ne peux décemment pas vous laisser comme ça.

Elle posa son autre main sur lui et glissa celle qui caressait sa douce crinière pour prendre délicatement sa tête imposante. Se dressant face à lui, elle le regarda droit dans les yeux.

- Où est votre si beau sourire qui me réchauffait le cœur ? Votre aura si douce est bien ravagée aujourd’hui…



CSS par Gaelle

avatar
Messages : 146

Date d'inscription : 05/12/2016

Age : 23

Chambre : N° 5

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Mar 4 Avr - 18:01
Ciryiel Valáreir

Ft. Gaia Lockheart


L'appel de la nature


Je l’avais un peu observée avant de l’interpeler. Son livre n’était certainement pas un de la bibliothèque de notre Djinn national… Je pouvais ressentir le pouvoir qu’il recelait. Ce n’était pas quelque chose d’inconnu pour moi de voir un objet enchanté. Nous aussi, elfes, y avions recourt quand cela est nécessaire. Soit pour transmettre ce pouvoir, soit parce-que celui-ci est trop grand pour être contenu dans un corps…
Elle avait réussi a tiré un effet de l’ouvrage. Je l’avais non seulement clairement vu mais également sentit. Elle s’apprêtait à recommencer quand je m’étais fait entendre. Elle sembla surprise. Ce qui était plutôt logique, elle ne connaissait que mon corps d’elfe. Cependant je ne fis pas la moindre remarque. Elle avait refermé son livre et je remuais légèrement de la queue. Elle se leva et resserra la ceinture de son kimono autour de sa fine taille. Elle s’approcha un peu et les premiers rayons du zénith miroitèrent sur le diadème qui ornait son front. Je ne m’étais pas tromper en la nommant princesse des ombres. Je plissais légèrement les yeux et regardait les couleurs de son aura. Elles étaient sensiblement plus vives que lors de notre rencontre. Elle quittait la grisaille et entrait dans le spectre lumineux des émotions. C’était une bonne chose.

Je remuais les oreilles alors qu’elle me reconnait, amusé d’entendre mon prénom dans sa bouche. En fait, ça m’importais peu voir pas du tout. Je n’avais aucune envie de me formaliser pour quoi que ce soit ni pour qui que ce soit. Elle se rattrapa et je fermais paresseusement les yeux avec une lenteur calculer avant de les rouvrir et de les garder plisser. Je lâchais enfin un profond soupir.

- Ce n’est rien…

Il me sembla inutile de confirmer qu’il s’agissait bel et bien de moi… Son aura se teinta de jolies couleurs, bien qu’un peu pales encore. Je compris qu’elle était contente de me voir. Je l’étais également, bien entendu, seulement je ne me sentais pas vraiment de le manifester… Couleurs qui se mêlèrent à de plus froides. Je rouvris les yeux, complétement et penchais légèrement la tête sur le côté. Elle était plutôt sensible…
Elle s’avança un peu plus vers moi, je ne bougeais toujours pas d’un poil, coucher sur le côté, la tête poser contre la pierre dure et froide, seul mon regard vert ne la quittait pas des yeux. Je vis naitre un léger sourire. Aucun doute, elle avait bien progressée. Ce sourit semblait timide, mais il éclairait son visage. Semblant chasser l’ombre de son être.
Je remuais les oreilles et redressais un peu la tête… Elle ne savait pas ce que c’était ? Vraiment ? Je la fixais avec intensité pendant plusieurs secondes. Elle finit par franchir les derniers mètres qui nous séparaient et son sourire m’indiqua que cela était une boutade. Je remuais légèrement le nez. Je m’étais fait avoir sur ce coup-là… Je remuais la queue et entrouvrait la gueule. J’aurai souri en temps normal… Elle finit par me donner une réponse plus proche de la vérité.

- Vous êtes jeune… Vous avez encore beaucoup de temps devant vous pour apprendre…

Ça m’allait bien de dire ça… Je pouvais me montrer tout aussi impatient sur certaine chose. Et il n’était pas rare qu’on me réprimande et qu’on m’invite à plus de retenu et de patience… Elle posa son livre sur le rocher et je le fixais avant de revenir sur elle quand sa voix retentit. J’émis un grognement qui se rapprochait d’un rire, mais ce n’était peut-être pas évidement de le savoir.

- En effet… C’est plutôt moi qui fuis le sommeil que l’inverse…

J’avais peur de sombrer… Je ne savais pas si ma peur était due au fait de recevoir l’éventuelle visite de Cassandre… Ou de ne pas la recevoir… Mais je savais que ces rêves que j’avais pensés anodin ne l’étaient pas du tout. Cela m’avait rendu heureux alors… Mais maintenant… Ça ne rimerait à rien d’essayer d’entretenir quelque chose. Je devais reprendre une relation normale de collègue à collègue avec le beau démon blond… Sinon, je ne sortirais jamais de l’abime dans lequel je sombrais actuellement. L’aura de la jeune femme vacilla, elle posa sa main dans ma crinière dans une caresse douce et tendre. Je fermais les yeux sous se contact bienvenue et lâcha un léger soupir.
Je couchais mes oreilles, contrarié. Je ne me soustrayais pas quand elle glissa sa main pour me relever la tête, suivant même son mouvement. Je remuais de la queue, la fouettant contre la pierre. La voix qui s’échappa de moi, bien que complétement désincarnée se fit très douce.

- Bien sûr que vous pouvez me laisser ainsi… Et vous le ferez car je vous le demande…

Hors de question de tirer quelqu’un avec moi quand mes humeurs sombres. Et encore moins Gaia qui s’ouvrait seulement à la palette d’émotion que pouvait offrir des sentiments. Je la fixais avec intensité et vint la pousser légèrement avec mon nez.

- Cette forme ne me permet pas de sourire… Enfin… Ça n’a pas le même effet…

Pour illustrer mes propos, je me fendis d’un « sourire ». Ce qui eut pour effet de découvrir mes crocs de façon menaçante. Je fis rapidement disparaitre cette vision et venait frotter ma grosse tête dans ses mains. J’avais envie de me faire câliner…

- N’en prenez pas ombrage, mais je ne souhaite pas parler de moi aujourd’hui… Parlez-moi plutôt de vous… Vous semblez bien vous portez…

Je décollais ma tête de ses caresses pour la me plonger dans ses yeux rubis.

- Vous êtes ravissante quand vous souriez… Je suis heureux de pouvoir le voir…

Je remettais une nouvelle fois ma tête dans ses mains et commençait à émettre un bruit sourd et régulier. Je ronronnais, car j’appréciais vraiment sa compagnie.
avatar
Messages : 122

Date d'inscription : 07/04/2016

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Mar 4 Avr - 20:38
Gaia Lockheart

L'appel
de la
nature

Ciryiel Valàreir
Gaia Lockheart


Lorsque Gaia se leva pour rencontrer ce tigre si particulier qui s’adressait à elle, elle mit un peu de temps à capter qu’il s’agissait du professeur de botanique. En même temps, elle ne l’avait jamais vu ainsi. C’était donc impressionnant de pouvoir l’observer sous une telle forme. Pour le coup, elle n’était pas la seule à observer longuement son interlocuteur. Ce dernier la regardait aussi avec un peu plus d’insistance. S’intéressait-il au livre qu’elle avait contre elle ? Hum, non… il avait l’air de s’attarder sur quelque chose présente autour d’elle. La brune laissa cette réflexion de côté et salua le professeur à sa façon.

Elle l’avait appelé Ciryiel mais se rattrapa vite en disant Monsieur Valáreir. Elle avait du mal à ne pas faire preuve de proximité envers lui car il comptait beaucoup pour elle. Toutefois, elle essayait de faire attention au statut qu’il occupait et marquer le respect que tout élève devait à son professeur. Cependant, le tigre n’eut pas l’air très contrarié par la façon dont elle l’avait appelé. Remuant d’abord les oreilles avant de fermer doucement ses yeux. Il lâcha dans un soupir que ce n’était rien. La brune hocha alors la tête, ne cessant de le fixer du regard. Elle était vraiment heureuse d’être une nouvelle fois en sa compagnie. Mais elle aurait préféré qu’il soit en meilleur forme…

L’Ombre esquissa un léger sourire à l’Elfe et s’avança un peu plus vers lui. Il dût capter ce petit mouvement de ses lèvres car son si beau regard vert ne le quittait pas des yeux. Répondant ensuite à sa question, sur le ton de l’humour, la brune put voir Ciryiel remuer les oreilles et redresser légèrement sa tête si imposante. Alors qu’elle parvint totalement à sa hauteur, elle fut intriguée de recevoir un regard si intense de sa part. Il avait l’air plongé dans une certaine réflexion… n’avait-il pas capté sa petite dose d’humour ? En même temps, elle n’était pas vraiment douée pour faire des blagues alors ça pouvait se comprendre… Gaia haussa un sourcil en voyant le museau du tigre s’agiter et esquissa un autre petit sourire quand elle vit qu’il remuait la queue. Il avait fini par comprendre.

- Il est vrai. Mais en dormant je peux rater des occasions. Regardez là, si j’étais en train de dormir, j’aurais raté l’occasion de passer un peu de temps avec vous.

Elle hocha la tête avant de poser son livre près du tigre. Il le fixa un moment avant de revenir sur la brune. Pour un enfant de Mère Nature, il devait surement ressentir la magie qu’émanait cet ouvrage mais il préféra reporter son attention sur l’Ombre. Emettant un grognement que Gaia prit comme quelque chose de positif, car elle n’était pas traductrice de fauve, il reprit la parole. Ainsi il fuyait le sommeil. Eh bien… Ses raisons avaient l’air d’être plus dures que celle qui poussait Gaia à se lever, et elle eut un autre petit pincement au cœur. Elle vint toutefois extraire le bon côté des dires qu’il avait tenu.

- Ça nous fait un point commun comme ça !

Malgré une bonne humeur qu’elle voulait laisser apparaitre, Gaia avait le cœur serré. Ça l’attristait vraiment de voir Ciryiel aussi mal en point. Mais quand elle n’avait pas été bien, il avait été là pour lui apporter la lumière. Et même si c’était difficile pour une ombre de réussir pareille prouesse, elle comptait bien essayer. Hors de question qu’elle le laisse ainsi. Posant sa main dans la crinière du tigre pour lui faire de douce caresse, elle inclina légèrement la tête en le voyant fermer les yeux. Si ce contact pouvait lui faire un minimum de bien, alors elle était heureuse. D’ailleurs, elle prit sa tête de ses deux mains et la leva doucement. L’Elfe suivit son mouvement, remuant la queue qui fouettait la pierre, et lui donna une réponse qu’elle n’appréciait guère.

- Ah désolé mais je n’ai entendu aucune demande Ciryiel. Vous laissez ainsi… et puis quoi encore… apprêtez-vous à avoir une deuxième ombre car je ne vous lâcherais pas tant que vous n’irez pas mieux.

Elle s’exprima d’une voix douce et ne voulait aucunement le brusquer. Elle pouvait bien comprendre qu’il ne souhaitait pas la déranger avec ses problèmes, mais il avait été là pour elle. Ce n’est donc clairement pas possible qu’elle le laisse ainsi. Tous ses choix et demandes, elle les respectait, mais celle qu’il avait formulée n’aurait jamais dû être prononcée. Elle sera là pour lui, pour lui remonter un minimum le moral, même si elle n’était pas très douée pour ce genre de chose. La brune le regardait d’un regard aussi intense que celui qu’il avait à son encontre, et elle lui fit une autre douce caresse quand il vint la pousser doucement avec son nez.

L’Ombre laisse échapper un petit rire discret quand il illustra ses propos en lui montrant comment était son sourire sous cette forme. Elle vit parfaitement ses crocs et il avait plutôt l’air menaçant mais c’était amusant de le voir ainsi. Alors qu’il arrêta cette expression plutôt bizarre pour un sourire, il vint frotter sa tête dans les mains de la jeune femme. Son regard toujours posé sur lui, elle lui fit d’autres caresses. Derrière les oreilles cette fois.

- C’est plutôt mignon je dirais. On dirait même moi quand je souris !

A peine sa phrase terminée elle essaya de lui faire un grand sourire qui se solda par une grimace douteuse. Même si elle arrivait à faire des beaux petits sourires, l’exprimer clairement était encore difficile pour elle. Elle reprit donc une expression plus normale dirons-nous, et se concentra sur les prochaines paroles de l’Elfe.

- Je comprends. Hum, oui moi ça va effectivement.

Elle s’apprêta à continuer sa phrase quand il se décolla légèrement d’elle afin de plonger son beau regard vert dans le sien. Et autant dire que ce qui lui annonça fit faire un léger bond à son pauvre petit cœur de pierre. Elle était ravissante quand elle souriait ? Il était heureux de pouvoir l’observer ? Mah… Heureusement qu’il cala de nouveau sa tête entre ses mains car elle allait presque rougir. Elle n’était vraiment pas habituée aux compliments… Comme avec Drakhys ou Sword récemment, elle ne savait pas trop ou se mettre dans ce genre de situation. Elle fit donc de plus vive caresse au tigre, qui laissait clairement transparaitre que son rythme cardiaque c’était quelque peu accélérer.

- Euh hum m… merci beaucoup… Je suis... heureuse dans ce cas moi aussi.

Gaia s’emmêlait un peu les pédales là, mais entendre le tigre ronronner sous ses caresses lui fit esquisser un autre petit sourire. Il était vraiment attachant ainsi… Elle avait envie de l’envelopper dans ses bras et coller sa tête contre la sienne et ne plus jamais le lâcher. Un chat, même un gros chat, c’était toujours attachant… Enfin, s’il avait pris sa forme humaine elle aurait tout autant envie de se blottir contre lui et lui faire des papouilles pour le calmer. Toutes ses idées s’entrechoquèrent un peu dans tous les sens dans sa petite boîte crânienne. Comme quoi les compliments, ce n’est pas une chose qu’elle sait gérer.

Elle prit ensuite appuis sur le rocher, pour pouvoir se pencher vers le tigre. Toujours en le caressant, elle se dandina afin de trouver une position dans laquelle elle pouvait se mettre pour s’assoir et après quelques secondes, en trouva enfin une. Elle posa alors sa tête contre celle du tigre pour dépose un doux baiser entre ses deux oreilles avant de se relever légèrement, faisant attention à ses bois massifs. Maintenant qu’elle était calée sur le rocher, elle pouvait facilement se mettre en position semi-allongée en posant sa tête sur le tigre. Ce qu'elle fit d’ailleurs. Confortablement installée dans sa fourrure si douce, elle pouvait même continuer de lui caresser la tête de sa main gauche. Quant à sa main droite, elle caressait une de ces grosses pattes griffues. Regardant le ciel, elle reprit la parole.

- C’est vrai que j’ai bien évolué depuis la dernière fois. Et c’est grâce à vous, car vous m’avez remis dans ce chemin de lumière. Je suis plus en phase avec moi-même et mon passé.

En parlant, elle s’amusait à essayer d’entourer sa patte avec sa main droite. Mais elle avait de bien petit doigt pour parvenir à son résultat. Elle reprit donc les caresses, ça au moins, il n’y avait aucun mal.

- J’ai même pu retourner dans le manoir de mes parents, dans lequel j’ai vécu avant de partir pour les sous-sols. Justement, le grimoire prés de vous vient de cet endroit. C’est quelque chose d’important qui referme surement de lourds secrets mais je n’arrive pas à mettre la main dessus pour l’instant. Les pages sont vierges, c’est amusant non ?

Elle lâcha un petit rire avant de tourner la tête pour regarder la sienne.

- Mais assez parler de moi ! Dites-moi ce que vous voulez faire Ciryiel ? Si je ne peux pas savoir ce qui ne va pas, autant vous changer les idées ! Qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? Dites-moi ce qui vous passe par la tête.

Gaia lui adressa un sourire un peu plus grand, elle avait vraiment envie de l’aider. Et comme elle lui avait annoncé, elle restera auprès de lui. Qu’importe le temps que ça prendra pour qu’il aille mieux. Elle sera là.


CSS par Gaelle

avatar
Messages : 146

Date d'inscription : 05/12/2016

Age : 23

Chambre : N° 5

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Mer 5 Avr - 18:41
Ciryiel Valáreir

Ft. Gaia Lockheart


L'appel de la nature


Elle m’assura que si elle avait dormit à cet instant, elle aurait raté une occasion de passer du temps avec moi… Je ne pensais pas que cela aurait été raté… Simplement repousser tout au plus. Elle avait souri une nouvelle fois. Elle ajouta que le fait que nous fuyons tous deux les bras du saint Dieu du sommeil nous faisait un point commun… Je plissais légèrement les yeux à cela. Elle cherchait le bon côté des choses. Mon état d’esprit et sentimental transpirait vraisemblablement beaucoup trop. Il fallait que je me reprenne… En avais-je seulement l’envie ? Pour l’instant je devais bien reconnaitre que je me complaisais quelque peu dans cet état…
En relevant mes yeux sur elle, je m’aperçus que son aura ternissait. Je n’étais pas très sûr de moi, mais il me semblait bien qu’elle se faisait du souci pour ma personne. Son aura était beaucoup plus vive avant que je ne l’interpelle… Peut-être aurai-je du m’abstenir dans ce cas… J’essayais de faire en sorte que cela ne s’aggrave d’avantage en lui demandant plus ou moins à demi-mots de ne pas tenir compte de mon état. Seulement… Elle ne semblait absolument pas l’entendre de cette oreille… D’ailleurs les miennes se redressèrent bien droite tellement je fus étonné de sa réponse. Bien que sa voix reste douce et chaleureuse, elle était parfaitement inflexible. Une seconde ombre… J’agitais ma longue queue tout en la fixant de la même intensité qu’elle me fixait. Et bien… Voilà une jeune femme bien têtue… Je lâchais un faible soupir de résignation. Je sentais que quoi que je lui dise… Rien ne la fera changer d’avis, alors pourquoi me fatiguer ?

Mon « sourire » eut pour effet de me faire découvrir une bien belle mélodie. En plus de sourire, elle riait. Que de progrès en si peu de temps. Elle qui dans cette bibliothèque obscure ne laissait rien paraitre et semblait aussi froide que la pierre sur laquelle j’étais couché… J’étais vraiment contente de voir cette fleur éclore lentement… Elle m’offrit des caresses derrière les oreilles, ce qui déclencha un mouvement reflexe de ma patte arrière qui s’agita comme si je me grattais moi-même. Je fermais légèrement les yeux et grognais. C’était bien agréable que cela. Je les rouvris pour la regarder me sourire… Je clignais des yeux à plusieurs reprises avant de secouer la tête. C’était adorable…

- J’étais plutôt menaçant… En revanche vous étiez adorable.

Certes c’était plus une grimace qu’un véritable sourire illustrant un sentiment, mais je dois avouer que cette expression sur ses traits fins c’était… J’avais eu envie de rire en fait… Mais… Cela aurait été déplacé…
Je redevins sérieux et elle confirma le fait qu’elle allait bien. Je lui confiais mon appréciation et quand je recalais ma tête entre ses mains, je sentis que ses caresses se faisaient plus vives. J’ouvris les yeux et regardais son aura qui était un véritable chaos. Et bien… Je l’avais donc troublé à ce point ? J’étais pourtant sincère et ne faisait qu’exposer la vérité. En tout cas les battements de son cœur étaient proches du petit oiseau affolé au centre de sa cage, qu’autre chose. Elle me remercia et m’appris qu’elle était également heureuse. Je fixais l’aura autour d’elle. Ce n’était pas faux… Je me mis à ronronner. Cela avait un effet apaisant autant sur moi que sur les autres. Ca la calmerait un petit peu. Elle s’agita et je me dégageais légèrement afin de lui laisser le loisir de s’installer où bon lui semblait. Avec son kimono blanc, cela ne devait pas être simple. Je l’observais sans mot dire. Sa tête vint se poser contre la mienne et elle déposa un baiser entre mes oreilles. Oreilles qui remuèrent. Je me laissais plus facilement aller au contact sous cette forme. Sans doute parce-que mon épaisse fourrure ne me permettait pas vraiment de contact direct. Cependant ce baiser me troubla un peu. Aurait-elle eut le même geste si je n’avais pas cette forme ? L’aurai-je laissé faire ? Je ne savais que répondre à mes propres interrogations. Elle avait fini par s’installer contre moi, continuant de fourrager ses doigts dans les poils de ma tête tandis que son autre main, si minuscule, caressait ma patte.
Grace à moi ? Je l’avais remis sur le chemin de la lumière… Je fermais légèrement les yeux, respirant calmement.

- Vous étiez déjà sur ce chemin, vous ne la distinguiez pas…

Elle jouait avec ses doigts sur ma patte, je la regardais faire, m’interrogeant encore sur ce qu’il se passerait si je n’étais en forme d’évanescence. Pour Erato aussi cette forme lui était plus confortable… Peut-être valait-il mieux que je reste toujours ainsi… Non, c’était impossible. Comme de nombreuses autres choses…
Elle m’apprit être retourné à l’endroit où elle avait vécu ses premiers instant. J’étais impressionné par son courage. Car cela avait dû être éprouvant pour la brune d’affronter son passé en face. Je blottis mon museau contre son épaule et mes yeux se posèrent sur le livre. Les pages étaient vierges… Pourtant je sentais très bien qu’il était loin de l’être. Cependant, la magie n’avait pas forcément besoin qu’on trace des mots sur du papier pour être. J’étais assez intrigué par cet ouvrage tout en étant méfiant.

- Restez prudente avec cet ouvrage. Son pouvoir est grand et il pourrait vous blesser si vous le libérez d’un seul coup…

Comme n’importe quel artefact, il fallait toujours ce montré prudent en le manipulant, même après des siècles de connaissances. Un rien pouvait rendre le flux de magie instable.
Son rire me détourna de mes pensées et je fixais une nouvelle fois mes émeraudes dans ses rubis. Ce que je souhaitais faire ? Rester ainsi et attendre de ne faire qu’un avec ce rocher m’avait semblé être une bonne perspective. Seulement, elle ne l’accepterait pas. Je réfléchis quelque seconde, levant les yeux sur le zénith.

- Veux-tu bien chanter pour moi ?

Je l’avais entendu plus tôt. C’est ce qui m’avait sorti de mon coma dépressif. Je m’aperçus que je l’avais tutoyée et remuait le nez et aplatissait mes oreille à l’horizontal comme si j’étais pris en faute. Cependant j’espérais sincèrement qu’elle accepterait de bien vouloir me faire entendre sa voix à nouveau…
avatar
Messages : 122

Date d'inscription : 07/04/2016

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Mer 5 Avr - 21:36
Gaia Lockheart

L'appel
de la
nature

Ciryiel Valàreir
Gaia Lockheart


Bien que sa voix c’était faite calme et douce, Gaia n’avait pas laissé le choix au tigre. Elle ne le laissera pas dans cet état et ne le quittera pas d’une semelle tant qu’il n’y aura pas d’amélioration positive. D’ailleurs, ce dernier compris bien vite que ça ne servait à rien de vouloir discuter du sujet avec la brune car elle ne changera pas d’avis. Alors qu’il lâcha un faible soupir pour en quelque sorte s’avouer vaincu, l’Ombre hocha la tête contente de ne pas devoir lutter contre lui pour qu’il accepte sa présence à ses côtés. Elle ne voulait vraiment pas avoir de conflit avec lui, même si c’était pour son bien. Ciryiel était ce genre de personne auxquelles on pourrait tout pardonner. Comment pouvait-on faire, ne serait-ce qu’hausser le ton sur quelqu’un comme lui, c’était impossible…

Elle lâcha ensuite un petit rire quand il lui montra son sourire assez spécial sous cette forme. La jeune femme trouvait ça plutôt amusant et vint lui faire de douces caresses entre les oreilles. La réaction qui s’ensuivit fût encore plus amusante que son sourire menaçant. Comme un reflex, sa patte arrière s’agita comme s’il cherchait à se gratter. Fermant ensuite les yeux et grognant sous ses caresses qui lui étaient agréables, la brune se dit qu’il était aussi mignon qu’un bébé chat  bien que de taille XXL. D’ailleurs, elle ne trouva pas que ça mignon mais son sourire aussi, ne manquant pas de le lui faire remarquer avant de lui avouer que son expression pouvait rappeler celle qu’elle prônait quand elle essayait d’émettre un grand sourire.

Gaia n’attendit pas pour lui montrer le résultat et il la fixa, clignant plusieurs fois les yeux avant de secouer la tête. Trouvait ça-t-il amusant lui aussi ? Il pouvait rire, la jeune femme ne lui en voudrait aucunement. Elle préférait même, ainsi ça montrerait que sa peine était un petit peu moins grande que lorsqu’elle vint vers lui. Elle avait tellement envie de le sortir de son état de déchirement. Oh que oui, qu’elle le désirait… La tristesse n’était pas une belle parure pour lui, elle voulait le voir de nouveau étinceler de son aura si douce…

- Adorable ? Oh euh… merci.

L’autre compliment qu’il lui fit ensuite, eut pour effet de la perdre encore un peu plus. Ne sachant toujours pas vraiment comment se comporter quand on était ainsi à son égard. Ciryiel dut vite le ressentir, car il releva la tête qu’il avait calé entre ses mains pour la fixer un instant. Elle espéra alors qu’il ne pensait pas qu’il l’avait mis mal à l’aise avec ses dires. Non, elle n’était pas mal à l’aise bien au contraire. C’est juste que ce sentiment positif nouveau et fort qui naissait en elle, ne fût pas des plus évidents à gérer. Toutefois, le ronronnement du tigre sous ses caresses qu’elle ne cessait de lui apporter eut pour effet de la calmer quelque peu. Elle se surprit même à fermer les yeux un instant et décida alors qu’elle serait bien mieux installée contre lui, que de rester debout. Planter là. Et puis, elle avait toujours cette envie de se blottir contre lui. Dire qu’au début, eux deux n’étaient pas à l’aise avec le contact et que maintenant ils en recherchaient.

Gaia déposa un doux baiser entre les oreilles du tigre avant de se dandiner pour trouver une position adéquate. Il faut dire que son vêtement n’était pas le plus adapté pour ce genre de situation. Elle parvint quand même à se caler confortablement contre l’Elfe, tout en ayant la possibilité de continuer ses caresses. Elle adorait faire des gratouilles dans sa crinière toute douce, et elle ne se faisait pas prier pour l’assaillir de ses doigts fins.  Et puis, vu qu’il s’emblait apprécier cela, elle n’allait pas s’arrêter de sitôt. C’était limite reposant finalement…

- Il se peut. Quoi qu’il en soit, c’est à vous que je le dois, et je ne pourrais jamais vous remercier assez.

Jouant avec sa grosse patte, elle put capter son regard d’émeraude observer sa main. Il avait l’air perplexe, enfin non… il avait plutôt l’air de se poser des questions. La brune se demanda bien sur quoi elles pouvaient porter mais ne chercha pas à se creuser les méninges pour autant. Il y avait tant de chose auxquelles il pouvait penser. Mais tant que ça n’aggravait pas son état, la jeune femme ne chercherait pas à savoir. D’ailleurs, elle finit par lui parler d’elle, comme il lui avait demandé. Lui expliquant le petit périple qu’elle a vécu dans le manoir de ses parents, pour finir par parler du grimoire qu’elle y avait trouvé, elle ne s’attarda pas plus sur le sujet.

A l’évocation de son ouvrage magique, elle sentit le museau du tigre contre son épaule et ça lui fit esquisser un autre petit sourire. Son regard vert se portait sur le livre, lui aussi était intrigué quant à ce qu’il pouvait contenir ? C’était compréhensible. Qui ne serait pas curieux de savoir ce qu’il recèle en ressentant son aura ? Toutefois, Ciryiel lui indiqua de rester prudente avec cet objet. Il est certain qu’elle devait faire attention au pouvoir qu’il pouvait contenir mais elle ne le pensait pas si grand que ça. Ressentait-il plus de chose qu’elle pour arriver à une telle conclusion ? Bien que curieuse, elle n’allait tout de même pas l’embêter avec ça. En fait, elle ne voulait pas se prendre la tête avec quoi que ce soit cette nuit. Juste, profiter de l’instant.

- Merci pour vos conseils. Je me montrais donc extrêmement prudente en le manipulant.

Quand elle lui expliqua que les pages de cet ouvrage étaient vierges, elle lâcha un petit rire qui vint le sortir de ses pensées. Il la fixa de nouveau et elle se laissa hypnotiser par son regard d’émeraude tout en lui demandant ce qu’il voulait faire. Qu’il réfléchisse bien à ce qu’il allait lui annoncer. Même si elle n’était pas un tigre, elle pourrait très bien sortir ses griffes et montrer les crocs si la réponse n’était pas à son gout. Ses beaux yeux verts finissent par se détourner d’elle afin de fixer le ciel et sa réponse, qui était finalement une question, lui fit hausser un sourcil. Elle arrêta même ses caresses quelques secondes comme choquer par deux choses. Enfin choquer était un bien grand mot mais tout de même…

Déjà, il l’avait tutoyé. Et bien qu’elle fût surprise de cela, elle était plutôt heureuse de cette soudaine proximité. Bien qu’il ait l’air d’être pris sur le fait, en abaissant ses oreilles de la sorte, elle trouva sa réaction touchante. Ensuite, il lui avait demandé de chanter. Il avait donc surpris ces quelques paroles tout à l’heure ? Elle n’aurait pas pensé qu’il était sur ce rocher depuis si longtemps. Elle devait vraiment avoir la tête ailleurs pour ne pas l’avoir vu plus tôt. Non mais franchement, tellement obnubiler par son livre qu’elle était passée à côté de l’Elfe. Inadmissible…

- Bien sûr, ça me fait même très plaisir.

Autre sourire qui vint illuminer son visage pâle alors qu’elle passa sa main sous la gueule du tigre. Bien qu’elle soit plutôt timide pour chanter devant quelqu’un, elle voulait faire cet effort pour faire plaisir à Ciryiel. Enfin, ce n’était pas vraiment un effort pour le coup. Sa volonté était présente et elle n’avait même pas à prendre sur elle pour franchir sa timidité. Malgré la profonde tristesse qui touchait le tigre, elle se sentait bien en sa compagnie et une grande confiance était instaurée entre elle et lui. C’est donc les yeux fermés qu’elle se mit à chanter, d’une voix délicate, dans la fraicheur de la nuit.

- Enchanters!
The time has come to be alive
In the Circle of Magi, where we will thrive
With our brothers.

Enchanters remind
That time will not unwind.
The dragon’s crooked spine,
Will never straighten into line.


Elle fit l’intégralité de sa chanson, son cœur se soulevant délicatement car heureux de partager ce genre de chose avec Ciryiel. Pendant qu’elle chantait, elle avait cessé ces caresses sur sa tête mais avait continué celle sur sa patte. Son pouce ne cessait de faire de petit va-et-vient comme elle ferait pour caresser la main de quelqu’un. Elle n’avait même pas vraiment remarqué qu’elle se comportait ainsi, trop concentrée sur sa douce musique et l’envie de la rendre parfaite pour le tigre. Une fois les dernières paroles prononcées, elle se tourna vers lui et le regarda avec douceur mais intensité.

- J’espère que tu as apprécié. Je ne suis pas experte dans cet art.

Elle passa une main dans ses longs cheveux noirs avant de faire un petit saut pour se lever. Elle l’avait aussi tutoyé et espéra qu’il voudrait continuer dans cette voie. Se plaçant face à lui, elle s’abaissa légèrement pour être à sa hauteur et posa ses deux mains autour de sa grosse tête. Son visage proche du sien, elle fixa ses beaux yeux d’émeraude et lui adressa un sourire un peu plus marqué avant de lui dire.

- J’ai envie de danser avec toi. Tu voudrais bien reprendre ton apparence humaine pour me le permettre ?

Bien que ce qu’elle lui avait chanté ait été lent, elle avait envie d’apporter un peu plus d’entrain et de danser avec lui. En plus, elle savait parfaitement ce qu’elle pourrait chanter. Laissant glisser doucement ses mains pour les ramener vers elle, elle espéra que sa proposition l’enchanterait. Lorsque l’on ne se sentait pas bien, l’on n’avait pas vraiment envie de bouger et c’était compréhensible. Toutefois, elle voulait lui apporter un peu de chaleur et de lumière pour son aura si triste. En plus d’avoir énormément envie d’échanger quelques pas avec lui. D’ailleurs, pour le pousser à agir, elle enchaina par dire avec beaucoup de motivation :

- Dansons Ciryiel !

Se redressant totalement, elle fit quelques pas de danse solitaire. : Délicat, rapide et entrainant. Se remettant ensuite à chantertout en fixant le tigre d’un air doux, l’on aurait juré voir son regard pétiller sous l’envie de partager cela avec lui. Gaia espéra fortement que tout cela lui donne envie de se joindre à elle, et chasser quelques-unes de ses noires pensées.


- Sera was never quite an agreeable girl -
Her tongue tells tales of rebellion.
But she was so fast,
And quick with her bow,
No one quite knew where she came from.



CSS par Gaelle

avatar
Messages : 146

Date d'inscription : 05/12/2016

Age : 23

Chambre : N° 5

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Sam 8 Avr - 19:54
Ciryiel Valáreir

Ft. Gaia Lockheart


L'appel de la nature


Bien que je compris rapidement que ma sincérité excessive la mettait dans l’embarra, je ne pouvais cacher que ses réaction m’amusait en plus de les trouver très mignonne. Ce qui me donnait envie de continuer encore plus. Oui, je savais aussi être taquin. Surtout avec les personnes que j’appréciais. Mais ça, c’était d’habitude chez moi que…
Oh… Mes pensées redevinrent sombres alors qu’elle effleurait Elros… C’était douloureux, comme une brulure. Non pas « comme » c’était exactement ça… Ronronner me donna un certain réconfort en plus de mettre un peu plus à l’aise la jolie brune.
Elle finit par s’installer contre moi, mettant un certain temps à trouver la position qui lui convenait le mieux. Son habit n’étant pas un meilleur allié pour ça d’ailleurs. Alors qu’elle me prodiguait des caresses fort plaisantes, elle déclara que c’était à moi qu’elle devait d’avoir trouvé ce chemin de lumière dont elle avait fait mention juste avant.

- Vous ne me devez absolument rien et il est donc inutile de me remercier…

Je ne pensais pas avoir fait quoi que ce soit sinon l’avoir aider à s’endormir. Ma voix restait toujours douce et posée. Je retrouvais un semblant de calme sous le passage de ses doigts fin dans ma fourrure. Je regardais sa main évoluer sur ma patte tandis que je ne pouvais m’empêcher de m’interroger sur son comportement si je n’avais pas cette forme. Elle me parla d’elle ce qui me ravit. Ça me changeait les idées. Je compris que ça n’avait pas dû être facile pour elle ces jours-ci. Mais elle était forte et s’en était bien sortie. J’avais regardé le grimoire et lui intimait d’être prudente. Si un artefact existait, ce n’était jamais anodin. Elle me remercia une nouvelle fois et me dit qu’elle serait extrêmement prudente. J’hochais la tête, lui faisant confiance. Mais je garderais un œil sur elle tout de même… Je serai à l’écoute.

Elle me demanda ce que je souhaitais faire et après un temps de réflexion je lui donnais ma réponse. Je sentis tous ses mouvements se suspendre et je finis par la regarder de nouveau. Elle avait les sourcils relevés dans une expression d’étonnement. Je m’étais aperçus que je l’avais tutoyée et j’avais aplatit mes oreilles en signe d’excuses. Cependant, les couleurs de son aura pouvait m’indiquer qu’elle ne semblait pas s’en offusquer, bien au contraire. Et contre toute attente, elle accepta ma requête. Je redressais mes oreilles, plein d’attention, prêt à recevoir le doux son de sa voix mélodieuse. Mais surtout à mieux pouvoir l’apprécier, surtout après l’échantillon que j’avais eu. Elle me sourit et je plissais doucement les yeux. Elle me faisait penser à la lune. Oui c’était complétement ça… Étincelante au milieu des ténèbres. Sa main glissa sous ma gueule et elle commença à chanter.

Le rythme lent allié à sa voix clair… C’était vraiment magnifique. Je ne m’aperçus que très tard que j’avais cessé de respirer. Je pouvais sentir des frissons parcourir mon échine et ce, bien que ses caresses aient cessées. Enfin pas complétement, sa main sur ma patte continuait. Je pris une grande inspiration quand je commençais à sentir la brulure caractéristique dans mes poumons, dus au manque d’oxygène. Je regrettais que son chant se finisse. Elle me regarda avec douceur, regard que je lui rendis.

- C’était parfait…

Je le pensais vraiment. Je venais frotter mon gros museau contre sa joue. Je ne voulais pas qu’elle puisse penser une seule seconde le contraire. Elle se leva brusquement et je la regardais, déconcerté. Son aura trembla d’incertitude et je cherchais ce qui avait bien put causer cet effet. Je réfléchis à ses dernières paroles. Je compris qu’elle s’inquiétait de me tutoyer. N’avais-je pas fais de même le premier ? Elle n’avait pas pris ombrage et je fis de même.  Elle se pencha prenant ma tête volumineuse entre ses deux mains, venant suffisamment près pour que je puisse sentir son souffle sur ma truffe. Je me perdis dans le rouge intense de son regard alors qu’elle me souriait. Je clignais des yeux à plusieurs reprises. Danser ?
Je penchais un peu la tête alors qu’elle me relâchait. Danser… Non, je savais bien entendu danser… Quel précepteur ne l’apprenait pas au futur héritier… Et j’aimais ça bien entendu… Seulement là tout de suite… Mais, elle avait accepté ma requête. Ce serait un cruel manque de savoir-vivre que de lui refuser… Elle m’encouragea avec entrain avant d’effectuer quelques pas seule. Je levais la lourde masse et après avoir posé mon arrière train et ramené ma queue autour de mes pattes, je changeais de forme.
Je me retrouvais de nouveau face à elle, un air fatigué sur le visage, malgré un doux sourire. Ma couronne me semblait bien lourde et je résistais à l’envie de l’enlever et de la jeter au loin. Je ramenais mon manteau pourpre autour de moi et m’inclinais devant elle. Ma tenue elfique était de la même couleur que la lune et se composait d’un pantalon léger, d’une tunique et d’un manteau. Le tout semblait être fait de soie argentée et c’était plus ou moins le cas. Si l’on prêtait un regard attentionné, on distinguait les milliers de petites broderies qui dessinaient un fin dessin très compliqué.

- Je serais donc ton cavalier, princesse des ombres.

Son regard pétillait et bien que je n’avais pas vraiment le cœur à danser, la voir ainsi était plaisant. Elle s’était remise à chanter, et cette fois, le rythme était entrainant. Je m’approchais d’elle et la saisit délicatement par la taille d’un bras, la ramenant contre moi tandis que mon autre main se glissait dans la sienne. Et je l’entrainais rapidement de le pas de la chanson qu’elle chantait. Si je la lâchais, ce n’était qu’un court instant et uniquement dans le but de la faire tourner sur elle-même. Je me surpris à étendre mon sourire, finalement pas mécontent de danser avec la jeune femme. La chanson se fini relativement rapidement. Ou alors le temps me jouait des tours. Je m’inclinais après avoir lâcher sa taille. Je gardais en revanche sa main dans la mienne. Je me redressais et portais sa main à mes lèvres y déposant un léger baiser.

- Ce fut un réel plaisir mademoiselle…

Je lui souris avec sincérité, scrutant son aura pour y lire son ressentit. Bien qu’aucun de mes fardeaux n’aient disparut, je me sentais sensiblement plus léger. Je glissais ma main sur sa joue, venant capturer une de ses mèches foncées entre mes doigts.

- Je te remercie Gaia…

C’était agréable de partager ce moment en sa compagnie. Je ris légèrement avant de déclarer.

- Je suis content que tu ne dormes pas.

Mes doigts glissèrent le long de sa mèche, passant sur son épaule et continuant de descendre le long de son bras jusqu’à ses doigts, qu’ils effleurèrent avec légèreté avant de retrouver une place le long de mon propre corps.
avatar
Messages : 122

Date d'inscription : 07/04/2016

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Dim 9 Avr - 1:51
Gaia Lockheart

L'appel
de la
nature

Ciryiel Valàreir
Gaia Lockheart


Revenant sur le fait que le beau blond était celui qui l’avait amené sur ce chemin de lumière, Gaia fit non de la tête en entendant sa réponse. Hum… Ne rien lui devoir, ne pas le remercier. Il ne se rendait pas compte de ce qu’il avait vraiment fait pour elle. Il ne se rendait pas compte quel fort soutien il avait été, dans cette bibliothèque. Il n’imaginait pas qu’il avait été l’étincelle qui allume la lumière sur son chemin d’ombre. Elle posa donc sa main près de sa gueule, levant son index comme pour lui dire de se taire. Son geste n’était pas autoritaire vu qu’elle le regardait avec douceur, mais elle voulait tout de même lui faire comprendre.

- Chut chut. Je vous dois beaucoup Ciryiel et même si vous n’arrivez pas à le concevoir, je vous en remercie.

Elle hocha ensuite la tête pour clore le débat, se concentrant davantage sur les douces caresses qu’elle prodiguait sur son poil doux. Enchainant alors par raconter brièvement son passage dans la demeure de ses parents, à l’évocation de son grimoire et de son pouvoir, elle sentait qu’il allait quand même suivre cette histoire de plus près. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, mais en plongeant dans son regard vert, c’est le ressenti qu’elle avait. Si tel était le cas, elle aurait donc l’occasion de le remercier une nouvelle fois.  

Gaia finit par lui demander ce qui lui ferait plaisir. Elle ne voulait aucunement le laisser dans un pareil état et comme elle ne le connaissait pas encore très bien, elle ne savait pas quoi lui apporter pour le faire sourire. Bien qu’il ait semé quelques indices pour le lui permettre, elle voulait vraiment lui apporter ce qu’il voulait. Et après un bref temps de réflexion, il avoua son envie. Légèrement décontenancée par ce qu’il voulait et la façon dont il l’annonça, la brune reprit vite ses esprits et se retrouva enchantée d’une telle demande. Elle l’accepta bien rapidement et la réaction de l’Elfe lui fit esquisser un sourire. Il était plein d’attention à son égard, et ça lui faisait chaud au cœur.

La brune ferma ensuite les yeux en voyant ceux de Ciryiel se fermer doucement et se mit à chanter. Elle mettait tout son cœur à l’ouvrage afin de rendre sa prestation la plus parfaite que possible. D’ailleurs, elle sentit les poils du tigre se dresser ce qui lui déclencha un petit frisson. Bien que concentrée sur sa chanson, elle ne put s’empêcher d’esquisse un autre petit sourire. Pour elle, la musique était une façon de faire parler directement l’âme, et le fait qu’elle arrive à toucher celle de l’Elfe, la rendait vraiment heureuse. Enfin, en imaginant que ce qu’elle ressentait actuellement était du bonheur, car elle n’en savait pas réellement la définition. Et en parlant de ressenti, elle crut s’apercevoir que son spectateur avait cessé de respirer. Depuis tout à l’heure elle se faisait légèrement bercer par le rythme de sa respiration, et pour l’heure, ce n’était plus le cas. Elle eut vite sa réponse en l’entendant prendre une grande inspiration, ce qui la fit sourire encore une fois. Décidément, elle n’aurait jamais autant sourit qu’avec l’Elfe, c’est un jour à marquer d’un grand J dans son petit livre.

Une fois son chant terminé, elle le regarda avec douceur. Le compliment qu’il lui fit eut pour effet de lui faire prendre quelques couleurs. Et quand il vint frotter son museau contre sa joue, elle tourna légèrement la tête plusieurs fois pour s’y frotter à son tour. Geste pas vraiment réfléchi pour le coup, elle avait juste suivi une envie appréciant les contacts avec le tigre.

- Ravi de savoir que cela soit à ton gout.

Elle laissa ensuite une autre envie s’emparer d’elle. Gaia se leva brusquement sous le regard un peu surpris de Ciryiel. Prenant ensuite sa grosse tête entre ses mains, elle s’approcha relativement près de lui. Appréciant son regard d’émeraude dans lequel elle se perdait volontiers, elle lui sourit avant de lui faire une proposition : Danser ! Elle vit bien qu’il réfléchissait et que ça fusait dans sa boite crânienne, mais pour l’aider dans son choix et faire peser la balance de son côté, la brune fit preuve de plus d’entrain. Elle commença même à danser et à chanter.

La jeune femme fut donc ravie de voir Ciryiel se lever et prendre sa forme humaine. Désormais face à elle, elle aurait préféré voir son visage plus resplendissant. Bien que son sourire était présent, il affichait un air fatigué et ça lui fit presque mal au cœur de le voir ainsi. Mais d’un autre côté, sa motivation pour le rendre en meilleur forme augmenta encore d’un cran. N’arrêtant pas de chanter, elle s’inclina devant lui, suivant simplement le geste qu’il avait fait à son égard. Gaia observa avec un peu plus d’attention la tenue qu’il portait, le tissu était d’une qualité remarquable et il le portait très bien. Oui, même avec son air fatigué, il resplendissait dans cette tenue. Et quand il vient l’appeler princesse des ombres, elle rougit légèrement. Lui avait sa belle couronne, tandis qu’elle avait son petit diadème. Elle trouva cette situation quelque peu amusante, mais était heureuse d’avoir pareil cavalier en cette douce nuit.

Le beau blond finit par s’approcher d’elle afin de la saisir délicatement par la taille, tandis que son autre main c’était emparer d’une des siennes. Il était si délicat dans sa manière d’être, si tendre… C’était tellement plaisant pour la brune qui avait eu un trop plein de violence à son égard. Elle se fit donc une joie d’échanger quelques pas avec lui, en chantant de plus belle. Tournant sur elle-même, revenant contre lui avant de tourner une nouvelle fois. Elle s’amusait vraiment beaucoup et était heureuse de partager un tel moment avec lui. Elle s’aperçut même que le beau sourire radieux de son cavalier s’était agrandi. Et ça, c’était une véritable victoire pour elle.

Pour faire durer un peu plus cette danse, elle se surprit à chanter deux fois le même couplet mais elle ne pouvait le faire indéfiniment. Au bout d’un moment, sa chanson était bel et bien finie. Ciryiel se détacha alors de l’Ombre et s’inclina, tout en gardant sa main dans la sienne. Et quand il vint la porter à ses lèvres pour y déposer un léger baiser, elle ferma les yeux un instant avant de les rouvrirent rapidement.

- Plaisir partagé, Prince de lumière.

Elle lui rendit son beau sourire, bien que le sien fût bien moins marqué. Même s’il lui offrait un agréable moment, les traits de son visage ne pouvaient pas changer de manière aussi significative, enfin, elle ne le pensait pas. Il est vrai que depuis tout à l’heure elle explorait une palette d’émotions un peu plus large que celle qu’elle connaissait déjà, et c’était vraiment étrange. Et quand Ciryiel vint glisser sa main sur sa joue avant de s’emparer d’une de ses mèches, elle sentit encore une de ces nouvelles émotions pointées le bout de son nez. Un léger frisson vint parcourir son corps alors qu’elle lui souriait, contente de voir qu’il avait apprécié le moment autant qu’elle.

- Ne me remercie pas pour ça, j’ai beaucoup aimé danser avec toi.

Oui, car elle n’attendait clairement pas de remerciement pour ce qu’elle avait fait. Cela avait été une action naturelle de sa part et elle n’attendait rien en retour. Toutefois, elle fut surprise d’entendre un léger rire sortir de la bouche du blond, ce qui lui fit hausser légèrement un sourcil. Ainsi il était content qu’elle ne dorme pas. Eh bien, il n’était pas le seul à penser ça pour le coup. Même si la raison de son éveil aurait être pu bien meilleure, elle appréciait fortement pouvoir passer du temps avec lui. Cette réflexion qui vint donc lui faire eut pour effet de réchauffer un peu plus son cœur et de la faire sourire davantage.

Gaia inclina légèrement la tête alors que les doigts délicats de l’Elfe parcouraient sa mèche, puis son épaule, avant de se perdre sur son bras pour terminer leur course le long de ses propres doigts. Tout ce petit parcourt fit frissonner l’Ombre qui n’était clairement pas habitué à autant de délicatesse. Esquissant un tendre sourire au beau blond, elle déposa sa main sur sa joue et y fit quelques caresses. Se séparant à contre cœur de sa peau si douce, elle ne voulait tout de même pas abuser.

- Comme quoi dormir, m’aurait fait louper une bien belle occasion.

Elle hocha la tête, ferma les yeux quelques secondes comme pour savourer l'instant avant de s’emparer d’une de ces belles mèches blondes. Elle ne pouvait pas vraiment s’empêcher de vouloir lui faire de douces caresses et de chercher son contact. Elle se demandait ce qu’elle pouvait désormais faire pour le faire sourire davantage et éliminer peu à peu ses sombres pensées. Danser à nouveau ? Bien qu’il apprécie une première fois, rien ne disait qu’il serait prêt à recommencer. Elle réfléchit donc un instant, laissant au passage son regard se perdre dans les émeraudes de l’Elfe et fut surprise de voir sa concentration se faire rompre par des bruits de pas, lointain certes, mais qui s’approchait. Inconsciemment, son visage s’attrista légèrement car elle n’avait pas envie de se faire déranger par qui que ce soit. C’était peut-être égoïste mais, elle voulait passer plus de temps seule avec Ciryiel et pas qu'il soit dérangé par d'autre facteurs extérieur.

Soudain, cette situation lui donna une idée. Elle savait que la nuit certains patrouillaient dans l’établissement pour assurer la sécurité mais, aucun ne patrouillait dans la forêt. Du moins, elle ne le pensait pas et elle se remémora alors l’endroit qu’elle avait foulé avec Ankh peu de temps après son arrivée. Une petite clairière, un endroit magnifique et calme. Oui ça serait parfait. Maintenant, il fallait qu’il accepte de venir avec elle et ça pourrait même être amusant de se rendre à cet endroit en évitant la personne qui rodait. Gaia lâcha délicatement la mèche blonde qu’elle retenait toujours otage avant de murmurer :

- Ça te dirait de venir avec moi dans un endroit proche, magnifique et au calme ?

En entendant les pas se rapprocher encore un peu plus, elle prit l’initiative à sa place et s’empara de sa main dans une infinie douceur. Le tirant avec autant de délicatesse vers elle pour qu’il la suive, il n’allait tout de même pas refuser sa proposition. Et puis de toute façon elle ne lui laissait pas vraiment le choix, tant qu’il était dans cet etat, elle lui avait dit qu’elle ne le lacherait pas alors… Gaia s’approcha avec l’Elfe du rocher sur lequel son grimoire était posé et s’en empara avant de se tourner. Elle vint se coller à Ciryiel et se dressa sur la pointe des pieds pour lui murmurer à l'oreille:

- Voyons si tu sais te faire aussi discret qu’une ombre…

Elle se détacha légèrement en le regardant d’un air amusé et se mit en route. Sa main toujours dans la sienne, elle n’avait pas plus envie que ça de le lâcher et cela l’étonna elle-même. Cependant, elle ne le gardait pas fermement prisonnier car il pouvait facilement rompre se lien qu’elle avait instauré. Elle était là pour l’aider, pas pour le mettre mal à l’aise. D’ailleurs, elle s’en voudrait terriblement si elle faisait un geste qui pourrait le blesser. Mais pour l’instant, elle s’amusait dans son petit jeu du « échappe au surveillant ».

Gaia se mouvait dans une habile discrétion, et adressait quelques regards doux au blond. Elle voulait voir si lui aussi s’amusait dans ce petit jeu, même s’il n’avait pas à craindre d’être attrapé étant donné qu’il était enseignant. Ils arrivèrent rapidement à l’orée du bois et elle se détacha un peu de lui. Passant alors dans son dos pour l’effleurer du bout des doigts elle revient devant lui en s’inclinant légèrement.

- Si mon Prince veut bien continuer à me suivre.

Elle le regardant d’un air aussi doux qu’amusé avant de se rendre compte qu’elle avait usé d’un pronom possessif pour le désigner. Elle se tourna donc rapidement pour cacher ses joues qui avaient viré au rouge et usa d’une bien plate excuse pour le pousser à enclencher le pas et de ne pas faire attention à sa réaction.

- Euhh.. Je crois qu’il arrive. Il faut... continuer !

Paye ta crédibilité hein… Gaia porta alors son grimoire devant son visage pour en cacher une bonne partie, et ne dévoiler que ses yeux. Elle se retourna donc dans cette posture vers Ciryiel et fixa son intense regard. Elle l’avait poussé jusqu’ici en prenant les devants, il n’en avait pu être que faire de cette excursion en forêt et la suivait juste pour lui faire plaisir. Elle voulait donc savoir avant de continuer.

- Enfin… Si tu le souhaites bien sur

Avait-elle murmuré car le surveillant était censé être non loin selon ses dires. Inclinant légèrement la tête mais se 'cachant' toujours derrière son grimoire, sa main libre vint effleurer involontairement la main de Ciryiel mais elle la laissa ainsi. Espérant fortement qu’il la saisisse pour continuer le chemin avec elle, mais aussi pour lui offrir un contact qu’elle appréciait déjà beaucoup…  



CSS par Gaelle

avatar
Messages : 146

Date d'inscription : 05/12/2016

Age : 23

Chambre : N° 5

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Lun 10 Avr - 20:14
Ciryiel Valáreir

Ft. Gaia Lockheart


L'appel de la nature


Quoi que je puisse dire, elle semblait avoir décidé d’une dette en ma faveur. Et je n’avais visiblement pas mon mot à dire pour discuter du montant de cette fameuse dette. Je capitulais donc, assez amusé de la voir si têtue.
J’avais accepté de danser avec elle, tout comme elle avait accepté de chanter pour moi. Ca me semblait un juste retour des choses. Et finalement, je m’étais pris au jeu. Nos cheveux virevoltaient suivant nos mouvements. Elle avait rougit quand je l’avais désignée comme princesse des ombres. C’était pourtant ce qu’elle était à mon sens. Elle ne devrait pas s’en sentir gênée. Je remarquais les douces couleurs de son aura et finalement comprit que ça n’avait rien à voir avec de la gêne mais plutôt du plaisir.
Son aura n’avait cessé de s’intensifier dans ces couleurs tout au long de notre danse. Et je dois dire qu’au vu de ce que j’avais constaté à notre première rencontre, cela m’enchantait. Elle était beaucoup plus réceptrice de ses émotions et cela ne pouvait être que positif. Elle m’apprit sans grand étonnement que mon plaisir était partagé et je lui souriais avec douceur. Prince je l’étais indubitablement… Mais la lumière n’était plus sur moi… ne l’avais-je jamais eut ? C’était peut-être qu’une illusion… Elle me sourit et je sentis que mon cœur se réchauffait de le voir.

Ma main se perdit sur sa joue finissant le long d’une mèche de ses cheveux alors que je la remerciais pour ce moment. J’avais pendant un moment, été loin de tout ce qui venait de me tomber dessus. Cela avait été fort agréable et j’avoue que je n’aurai pas pensé que cela soit possible juste en dansant. Elle ne voulait pas que je la remercie, mais c’était impossible. Si elle avait aimé, peut-être que nous pourrions réitérer cette expérience… Plus tard… Quand… Je ne sais pas quand… Cependant j’étais sincèrement content qu’elle soit là et je lui en fis part après un léger rire. Son sourit s’agrandit et souriante comme ça, elle avait plus que jamais l’air d’une véritable princesse.
Comme en réponse à mon geste, elle leva sa main qui trouva ma joue. Je fermais un instant les yeux sous ce contact doux et chaud avant de les rouvrir quand il disparut.

- En effet…

Un doux sourire s’étira sur mes lèvres, bien que profondément triste. Elle captura une mèche de mes cheveux entre ses doigts après avoir fermé un instant ses yeux carmin. Je l’observais alors que je me demandais les pensées qui pouvaient bien fuser sous cette chevelure de jais. Je ne l’empêchais pas de jouer avec mes cheveux. J’avais compris quand je l’avais gardé contre moi pour qu’elle dorme qu’elle en éprouvait un certain besoin. Son regard ne quittait plus le mien tandis que le chant des premiers oiseaux se faisait entendre. L’aube n’était plus très loin à présent… La vie allait de nouveau s’installer dans cet endroit et avec les beaux jours, l’endroit grouillerait rapidement d’élèves. Notre tranquillité aura été courte, mais vraiment plaisante. Je perçu d’ailleurs des bruit de pas. Ce ne pouvait être un élève… Quoi que… Au vu de l’heure. Sans doute une ronde d’un gardien. J’avais tourné la tête dans la direction de ce bruit avant de revenir à la brune pour voir l’expression de son visage se transformer. Mais pas seulement, son aura replongea dans des couleurs plus sombres. Elle ne semblait pas vouloir recevoir de la visite. Un sourire tendre et bienveillant naquit alors sur mon visage alors qu’elle relâchait mes cheveux. Son aura s’était agiter.

Proche, magnifique et calme ? J’haussais bien haut les sourcils, à la fois étonnés et perplexe. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle souhaitait s’éloigner. J’entrouvris la bouche afin de la questionner quand sa main se logea dans la mienne et me dira à sa suite avec douceur. Je fis quelque pas à sa suite, interloqué. Elle ramassa son livre avant de se tourner et de venir littéralement se coller contre moi. Elle dut se mettre sur la pointe des pieds pour atteindre mon oreille et la chatouiller de son souffle et de sa voix. Je frissonnais malgré moi et je perçu son regard espiègle quand elle se dégagea légèrement. Elle semblait vouloir esquiver le surveillant et ça lui apportait beaucoup de joie. Je souris légèrement. Le fuir ou m’y confronter m’indifférais au plus haut point, mais je pensais que si je refusais de suivre Gaia, elle serait vraiment peinée. Elle faisait tellement de progrès, je ne pouvais pas me permettre de briser tout cela. Sa confiance en elle me paraissait encore fragile et un simple coup de vent pourrait la reconduire à s’effondrer.

Je la suivis donc, ne provoquant aucun bruit dans mes déplacements sinon le très discret frottement du tissu de ma tenue. Ma main toujours dans la sienne, n’était pas prisonnière et elle me jetait régulièrement des regards. Avait-elle peur que je disparaisse ? Je serrais légèrement sa main comme pour la rassurer et lui offrit un doux sourire. Elle s’amusait. C’était un jeu, je le compris à son sourire. Elle ne voulait pas se faire attraper par le surveillant. Les arbres se clairsemèrent alors que la clairière se trouvait juste devant nous. Sa main quitta la mienne et elle passa dans mon dos. Je la suivis des yeux, sentant le bout de ses doigts effleurer mon dos avant qu’elle ne revienne me faire face. Elle s’inclina quelque peu et m’invita de façon assez particulière à la suivre…
Je n’étais pas SON prince… Elle n’était pas une elfe je n’étais qu’un professeur. Je n’étais même pas SON professeur car elle avait choisi une autre discipline. Elle me sourit visiblement amusée avant de soudainement se retrouver. Je clignais les yeux, n’arrivant plus trop à la suivre. Son aura était une vraie tempête et elle m’invita à me dépêcher avant que notre poursuivant ne nous tombe dessus. Elle se tourna de nouveau face à moi, ne me laissant voir que ses yeux. Le reste se cachant derrière son grimoire. Je ris légèrement en secouant légèrement la tête.

- Je t’ai suivi jusque-là, je vais donc continuer.

Je lui adressais un doux sourire en faisant un pas vers elle. Sa main retrouva la mienne et je la pris et l’entrainait avec moi. Au son des pas, je compris rapidement que le surveillant avait saisi que nous le fuyons. Cependant, il ne semblait pas vouloir lâcher l’affaire pour autant. Et si il faisait bien son travail. Il ne les lâcherait pas tout court… Fuir était amusant, mais lassant si ça durait trop longtemps. De plus, il semblait avoir accélérer le pas. Je jetais un œil à l’Ombre. Bien, quitte à jouer… Jouons bien. Sans la prévenir, je l’attirais vers moi et la plaquais sans le moindre mal contre un arbre, venant coller mon corps au sien. Posant un doigt sur ses lèvres pour lui intimer le silence, je nous camouflais dans une couverture d’écorce à la parfaite imitation de l’arbre. Mes yeux semblaient luire alors que je faisais craquer quelques racines et branches dans une autre direction pour que notre poursuivant continue sa chasse seul. J’attendis que le son de ses pas s’éloigne.

Si près de la demoiselle, je pouvais parfaitement percevoir le battement complètement affolé de son cœur. Et son parfum envahit rapidement le faible espace que j’avais créé. Je plongeais mon regard dans le sien, laissant glisser mes doigts afin de libérer ses lèvres. Je fis disparaitre l’écorce et me détachais d’elle, lui tendant la main.

- Je crois qu’il ne nous importunera plus…

Je souriais avec douceur, attendant qu’elle quitte le tronc d’arbre contre lequel je l’avais appuyée. J’étais à présent assez curieux de voir ce qu’elle allait encore me préparer.

avatar
Messages : 122

Date d'inscription : 07/04/2016

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel] Mar 11 Avr - 0:41
Gaia Lockheart

L'appel
de la
nature

Ciryiel Valàreir
Gaia Lockheart


Quand Gaia posa sa main sur la joue de Ciryiel pour y faire de douces caresses elle le vit fermer les yeux, et ce, jusqu’à ce qu’elle arrête son geste. Elle était plutôt contente qu’il apprécie ses contacts à son égard, car elle appréciait tout autant les siens, bien qu’elle était un peu gênée d’en recevoir. Son infinie délicatesse troublait un peu la jeune femme qui n’était clairement pas habituée à en recevoir. Avec lui, elle avait l’impression d’être une petite chose fragile à laquelle il fallait faire attention, et elle aimait plutôt ça…

L’Elfe finit par approuver le fait que si elle dormait, elle aurait loupé une bien belle occasion. Et quand il lui sourit, même si une profonde tristesse émanait de son être, elle était heureuse de voir cette douce expression sur son beau visage. Capturant par la suite une mèche de ses cheveux dorés, c’est elle qui ferma les yeux, pour savourer l’instant un moment. En fait, elle avait envie de se blottir contre lui et cacher son visage sous sa crinière dorée, mais elle s’abstenait. Elle ne pouvait faire chose pareille… Mais ce qui lui fit quitter son raisonnement n’était pas sa raison, mais plutôt des bruits de pas qui semblaient venir vers eux. Ouvrant aussitôt les yeux, les traits de son visage se raffermir légèrement mais que peu de temps, car l’idée qui lui vint en tête l’enchanta. Elle la soumit directement au blond, qui lui adressait un sourire tendre et bienveillant. D’ailleurs en captant cette belle expression qu’il lui offrait, elle ne put s’empêcher d’esquisser un sourire. Il portait beaucoup mieux cette expression que la  tristesse, clairement oui.

Toutefois, son sourire laissa la place à de l’étonnement et de la perplexité. Il y avait de quoi, la demande de la brune avait été atypique… Cette dernière perçu parfaitement la bouche de Ciryiel s’entrouvrir pour surement la questionner mais elle ne lui en laissa pas l’opportunité. S’emparant doucement de sa main pour l’amener vers elle, elle voulait se mettre en route maintenant. Le surveillant n’allait pas tarder à arriver s’ils ne partaient pas maintenant. Gaia ramassa donc son grimoire avant de se tourner et venir murmurer à l’oreille du beau blond. En se dégageant légèrement de lui, elle fut heureuse de le voir une nouvelle fois sourire, bien que celui-ci fût bien plus léger. Et c’est ainsi qu’ils se mirent en route, l’Ombre gardant toujours la main de Ciryiel dans la sienne.

Il n’y avait pas à dire, il était extrêmement discret, mais en même temps, ce n’était pas une surprise de la part d’un enfant de la forêt. Prônant un petit sourire, Gaia était vraiment contente qu’il la suive dans son petit jeu. Faisant tout de même attention à ne pas trop lui imposer, son cœur fit un petit sursaut quand le blond resserra sa main sur la sienne. Tournant aussitôt la tête vers lui, elle sourit un peu plus quand elle capta le sien beaucoup plus doux. Et après quelques instants, ils étaient maintenant devant la clairière.

>>>PAR ICI<<<
Les amis. Nous allons les trouver, je sais qu’on peut y arriver
Où allons-nous ? A la clairière enchantée ! Où allons-nous ? …



CSS par Gaelle

avatar
Messages : 146

Date d'inscription : 05/12/2016

Age : 23

Chambre : N° 5

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'appel de la nature [PV Ciryiel]
Contenu sponsorisé
L'appel de la nature [PV Ciryiel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [ Saillie ] L'appel de la nature
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» L'appel des limbes ou comment se mettre en danger pour rendre service...
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Esperanza :: Hors RP :: Archives :: Archives RP-
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: