FORUM FERME, PASSEZ VOTRE CHEMIN
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez|
MessageSujet: Un peu plus au calme... [PV Ciryiel][FINI] Mar 11 Avr - 0:40
Gaia Lockheart

Un peu plus
au
calme...

Ciryiel Valàreir
Gaia Lockheart



La clairière était vraiment un endroit magnifique. Le jour perçant doucement sur cet endroit, rendait ce lieu encore plus merveilleux. A son centre, un petit lac à l’eau claire reflétait les faibles rayons. Quelques roches à l’aspect arrondi étaient présentes à un endroit, tandis que la verdure et les nombreuses plantes occupaient le reste de la place. Et bien qu’elle n’y soit venue qu’une seule fois, Gaia aimait beaucoup ce lieu. Et le fait d’y venir aujourd’hui en compagnie de Ciryiel la ravissait encore plus.

La jeune femme passa dans le dos de l’Elfe, l’effleurant au passage avec ses doigts fins, avant de se poser devant lui, dans une courbette élégante. Lui demandant gentiment de la suivre, quand elle se rendit compte de la façon dans elle l’avait annoncé ses joues prirent feu. Se tournant aussitôt, elle s’en voulait déjà. Elle ne savait même pas pourquoi elle avait dit ça, c’était sorti tout seul… Il ne fallait pas que son Prince... Non mais, non. Que Ciryiel prenne mal ses propos. Elle n’était clairement pas là pour l’offusquer. Rha le pauvre, il allait déjà assez mal comme ça, inutile d’en rajouter. Cachant son visage à l’aide de son grimoire, elle improvisa pour attirer son attention sur un autre sujet : leur poursuivant.

Gaia prit sur elle pour trouver la force de faire à nouveau face au blond. Lui demandant alors s’il voulait poursuivre, elle rougit encore un peu plus quand il lâcha un doux rire. C’est certain que comme ça, il y avait de quoi rire… Tellement discrète et optimiser ta technique Gaia pour cacher tes émotions. Franchement, dix sur dix… N’ôtant pas son camouflage parfait, elle lui répondit. Ces yeux se plissant légèrement, signe qu’elle souriait sous son livre.

- Et bien… J’en suis très heureuse.

Le sourire qu’il lui adressa ensuite et sa main qu’il saisit pour l’entrainer vers lui la conforta davantage. Et quand les bruits des pas se rapprochèrent, elle fut bien obliger d’abaisser son grimoire pour plus de praticité. Et bien qu’elle rougisse beaucoup moins qu’il y a quelques secondes, ses joues arboraient toujours une belle couleur rouge. Rien qu’à l’idée que Ciryiel allait pouvoir observer ce phénomène, n’aidait pas la chose à s’arranger. Et c’est plus que confuse, qu’elle se mordilla doucement la lèvre, avant que la situation ne finisse par lui échapper totalement.

L’Ombre avait bien entendu et sentit que le surveillant était de plus en plus proche, et elle aurait pensé de nouveau courir avec Ciryiel pour lui échapper. Mais ce dernier trouva une bien autre manière pour le semer… Avec une douceur calculée, il attira la brune vers lui avant de la plaquer contre un arbre. Son corps collé au sien, elle n’eut pas le temps de vraiment comprendre la situation qu’ils se retrouvèrent dans une sorte de cocon. Son geste allait provoquer une exclamation de la part de Gaia mais elle fut contenue par le doigt délicat de l’Elfe qui se posa sur ses lèvres. Alors perdue dans son magnifique regard d’émeraude qui semblait scintiller, la jeune femme crut sentir son cœur tomber par terre, ses battements étaient si forts… Elle ne pouvait se détourner de ses beaux yeux et elle c’était même arrêter de respirer. Et pour le coup, ses joues brulaient sa peau tellement qu’elles étaient rouges. Bien que ce soit totalement métaphorique, elle était quelque peu gênée. De plus avec la tenue qu’elle portait, le peu de tissu dont elle était vêtue, son corps contre le sien… Sa réflexion ne l’aidait aucunement à reprendre ses esprits. Si elle continuait comme ça, ses joues allaient être aussi rouges que ses yeux…

La brune finit d'ailleurs par les fermer quelques instants et se remit à respirer doucement. Prenant une grande inspiration par le nez, même si son parfum avait rapidement enveloppé le faible espace dans lequel ils se trouvaient, elle pouvait tout de même sentir la douce odeur qu’émanait l’Elfe. Haussant un sourcil en écoutant des branches craquer, elle comprit alors la situation. Ils étaient, en quelque sorte, camouflé des yeux du surveillant qui venait de passer près d’eux et s’éloignait désormais. Vraiment judicieux comme action… Bien que plus que surprenante. Ce constat fait, la jeune femme ouvrit les yeux et adressait un tendre sourire à Ciryiel. Et quand il vint laisser glisser ses doigts pour libérer ses lèvres, elle accompagna son geste avec ses propres doigts. Effleurant avec douceur ses doigts fins avant de les lâcher quand ils revinrent le long de son corps, elle observa le cocon dans lequel ils se trouvaient disparaitre doucement.

Finalement, il s’agissait d’un cocon d’écorce parfaitement fondu dans celle véritable de l’arbre. Il n’y avait pas à dire, le pouvoir de Ciryiel était vraiment magnifique. Bien qu’elle ait pu avoir quelques aperçus auparavant, elle était toujours friande de pouvoir apprécier son don. Il s’était détaché d’elle mais elle restait collée à cet arbre, toujours aussi écarlate. Lâchant un long et doux soupir, elle secoua la tête pour se reprendre et finit par prendre la main qu’il lui tendait.

- C’est certain… Magnifique preuve de ton pouvoir que tu as fait là. Je ne m'en lasserais jamais...

Elle lui sourit en se rapprochant de lui. Caressant de son pouce sa main qu’elle tenait avant de la lâcher car elle sentait que son petit diadème avait quelque peu bougé après tout ça. Gaia bloqua son grimoire sous un de ses bras afin de remettre en place à l’aide de ses deux mains, cette petite chose qu’elle avait sur la tête. Toujours souriante envers Ciryiel, c’est en baissant la tête pour reprendre son grimoire qu’elle vit que son kimono s’était légèrement démis. Elle serra alors plus son grimoire avec son bras pour remonter son vêtement qui laissait un peu trop sa poitrine à l’air libre à son gout. Rougissant une nouvelle fois, elle ajusta sa ceinture de tissu blanc pour que cela ne se reproduise pas. Et c’est en reprenant son livre dans une main et en baissant les yeux pour regarder les pieds de l’Elfe qu’elle lâcha un timide :

- Désolé..

Gaia passa sa main libre dans ses cheveux pour se gratter la tête confuse, avant d’oser de le regarder à nouveau. Quand elle remonta ses yeux sur lui comme un gosse qui avait fait une bêtise, en voyant sa main elle vint la capturer avec douceur et entrelaça ses doigts aux siens. Plongeant son regard rougeâtre qui émettait une douce lueur dans le sien, elle hocha la tête avant de s’exprimer.

- Maintenant que le fauteur de troubles est loin, nous allons pouvoir enfin profiter. Hop hop !

Dit-elle avec entrain en emmenant Ciryiel vers la clairière. Regardant cet endroit magnifique, elle eut une réflexion des plus étranges. Elle avait légèrement mal aux joues à force de … sourire. Oui, elle ne cessait de sourire depuis qu’il l’avait sortie de sa concentration envers son grimoire. Et ce sourire, qui au départ, était si petit, s’agrandissait au fur et à mesure. Sous cette pensée, elle fronça légèrement le nez pour détendre ses muscles du visage qui avaient été si longtemps figés et activés le plus souvent que pour des mauvaises situations. Avant de fouler la terre de la clairière, elle s’arrêta, posa délicatement son grimoire dans l’herbe et vint faire face au beau blond.

- Avant d’aller plus loin, un rituel s’impose.

Elle avait enfin perdu ses couleurs mais son visage restait quand même doux. Se rapprochant de Ciryiel presqu’autant que quand ils étaient sous l’écorce, elle lâcha délicatement sa main pour glisser ses doigts le long de son bras, ensuite sur son épaule, effleurant très légèrement son cou avant de finir sur sa joue. Elle avait quelque peu répété le geste qu’il avait eu à son égard un peu plus tôt d’ailleurs. Ses doigts fins posés sur sa joue si douce, elle la caressa de son pouce avant de dire d’une voix douce.

- Nous allons pénétrer dans un semblant de paradis, alors ici sont proscrits.

Elle s'éclaircit la voix et posa sa deuxième main sur son visage pour que ses doigts viennent sur ses tempes. Faisant alors un geste doux mais ample comme pour extraire ses pensées elle reprit :

- Tout ce qui peut noircir l’esprit !

Elle reposa ses mains sur lui, mais cette fois, sur son cœur. Répétant alors le geste qu’elle venait de faire.

- Et tout ce qui peut blesser le cœur !

Elle ramena une de ses mains le long de son corps alors qu’une autre s’emmêla habilement dans ses longs cheveux blonds, sans un mal. Regardant le geste qu’elle était en train de faire, l’Ombre prônait un doux sourire avant de plonger dans les belles émeraudes de Ciryiel et d’ôter sa main de sa belle crinière.

- Voilà qui est fait. Maintenant plus rien ne peut t’affecter négativement. Alors prend une grande inspiration et rentrons dans ce petit havre de paix.

Elle se détacha un peu de lui, prit une nouvelle fois sa main qu’elle avait toujours envie de prendre irrémédiablement et s’abaissa légèrement pour récupérer son grimoire. Une fois l’ouvrage récupéré, ils foulèrent le sol de cette clairière magnifique et elle lui proposa de prendre place là où il le souhaitait. L’Ombre du alors lâcher sa main à contre cœur et posa son grimoire sur un rocher non loin. Reposant un doux regard dans celui de l’Elfe, elle leva son index et lui fit un clin d’œil.

- N’oublie pas Ciryiel, rien ne peut t’affecter négativement ici !

Bon, même si elle n’avait aucun pouvoir pour agir là-dessus, la jeune femme avait mis du cœur à l’ouvrage pour au moins mettre son esprit dans de bonnes conditions. Elle ne voulait pas voir son air triste une seule seconde de plus, non clairement pas. Aucune émotion négative sur son beau visage, aucune.

La jeune femme fit un petit tour sur elle-même et enleva ses petites chaussures quand elle s’approcha du lac. Les déposants à la limite de l’eau, elle y trempa les pieds et y marcha jusqu’à être mouillé jusqu’aux chevilles. S’arrêtant un instant, elle se tourna vers Ciryiel, ferma les yeux et prit une grande inspiration qui se solda par un sourire. Elle leva ensuite les bras au ciel, rouvrant ses yeux rouges qui scintillait et commença à faire des pas de danse plutôt envoutant. Soudain, sa voix claire brisa le silence de la clairière, elle chantaitde nouveau.

- Darksome night and shining moon
Balance of the dark and light
Hearken ye our witch's rune
As we perform our sacred rite


Posant un doux regard sur Ciryiel, elle tendit son bras un instant vers lui pour l’inviter à danser une nouvelle fois avec elle. Bien qu’elle soit dans l’eau, elle ne l’empêcherait pas de lui faire signe pour qu’elle en sorte s’il ne voulait pas se mouiller les pieds. Mais elle espérait fortement, et même de tout son cœur qu’il veuille réitérer l’expérience, et surtout, penser à autre chose que le mal qui le touchait. Continuant sa bien jolie danse, Gaia chantait de plus belle. Ce que son chant racontait était en parfaite symbiose avec le moment. Sa chanson traitait de la balance de l’obscurité et de la lumière, dans une nuit sombre avec une lune brillante. Invitant celui qui captait son chant à la rejoindre car elle l’accueillait à bras ouverts. Et que par toute la lumière de la lune et du soleil, ainsi que par toute la puissance de la terre et de la mer, elle souhaitait que les ténèbres se dissipent pour lui permettre de la rejoindre...



CSS par Gaelle

avatar
Messages : 146

Date d'inscription : 05/12/2016

Age : 23

Chambre : N° 5

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un peu plus au calme... [PV Ciryiel][FINI] Mar 11 Avr - 19:17
Ciryiel Valáreir

Ft. Gaia Lockheart


Un peu plus au calme...


Je devais bien le reconnaitre. Cette clairière avait beaucoup d’attrait et me rappelait sensiblement certains endroits de chez moi. Mon cœur se serra un peu à cette pensée car je ne pensais pas pouvoir y retourner… Ce n’était pas un bannissement à proprement parler… Cependant la condition imposée me semblait insurmontable… Comment cela pourrait-il ce reproduire ? Son regard… Son dédain à la limite du dégout… Non je ne supporterais plus un tel regard…
La partie inférieur de son visage avait beau être cacher par son livre, elle ne me dissimulait pas le moins du monde la tempête flagrante de son aura. Je ne savais pas vraiment ce qui provoquait une telle réaction chez elle, mais c’était assez curieux. Est-ce qu’elle rougissait ? C’était surement parce-qu’elle n’avait pas l’habitude de subir l’assaut de tous ces sentiments en même temps. D’ailleurs vu la palette de couleur mise en œuvre… Elle devait sans doute elle-même s’y perdre. Très heureuse que je la suive… Je souris en me disant qu’il était facile de faire son bonheur.

Notre poursuivant gagnant du terrain, j’utilisais un petit stratagème pour nous en débarrasser. Gardant la jeune femme entre moi et le tronc de l’arbre, mon corps s’appuyait au sien pour ne pas former une irrégularité trop anormal sur ce tronc d’arbre. Ma barrière d’écorce nous procura un refuge et le surveillant n’y vit que du feu. La faible épaisseur des vêtements de la brune me permettait de sentir son cœur battre contre moi… Sans compté bien entendu ses jolies formes de femme… Mais je n’y étais pas vraiment sensible… Surement plus que ce que je croyais tout de même. Mais non seulement je n’étais pas du tout dans cet état d’esprit, mais en plus c’était une élève… Bien que je savais que mon jeune frère Vivien était épris d’un professeur qui semblait le lui rendre sans que cela ne chagrine personne… Peut-être le directeur savait quand de véritables sentiments étaient en jeu… Ou peut-être que cela lui était parfaitement égale du moment que l’élève restait sérieux dans ses études et le prof n’abusait pas et restait sérieux avec un comportement décent. En fait, je ne savais absolument rien des motivations de mon supérieur quant à son absence de réaction. Tout ce qui m’importait c’était de savoir Vivien heureux… Le reste… N’avait plus guère d’importance à présent.

Enfermé dans notre cachette, et bien qu’il y fasse sombre, je n’avais pas de mal à distinguer les trait de la jeune femme. Ses joues arboraient une couleur rouge soutenue tandis que je percevais plus de respiration venant de sa part. Elle prenait très au sérieux ma demande de silence. Un peu trop même… Je ne voulais pas qu’elle perde connaissance à force de manquer d’air non plus… Je fixais son regard rubis, me concentrant sur mon ouïe. Je fus privé de ces deux pierres scintillantes mais soulagé de l’entendre respirer de nouveau. Elle rouvrit ses yeux et me sourit. Je me surpris à lui rendre de la même façon. Je libérais alors ses lèvres, ses propres doigts venant effleurer les miens pendant un instant. Avec notre proximité actuelle, ce geste me donna un étrange frisson. Je défis notre camouflage, nous libérant de cet endroit devenu trop exiguë. Elle resta un instant collé à l’arbre et je lui tendis la main. Je captais son soupir avant qu’elle ne secoue sa tête agitant ses long cheveux noir et de saisir ma main.
J’haussais délicatement mes sourcils. Elle affirmait qu’elle ne se lasserait jamais de voir mon pouvoir mit en œuvre. Je ne faisais qu’accélérer des choses naturelles… Ce n’était vraiment pas grand-chose au final. Je la fixais alors qu’elle s’approchait de moi. Elle remit son diadème en place. Effectivement, elle avait une tenue un peu chamboulé. Tout en me faisant cette réflexion, mon regard descendit le long de son corps et je remontais mes yeux avec une rapidité fulgurante en rougissant. Elle s’était également aperçu que la veste de son Kimono s’était défaite un peu… Un peu trop… Et elle s’affaira à ranger tout ça. Bon sang… Je fixais le ciel à travers le feuillage des arbres, lui masquant ainsi mon empourprèrent. C’était certain, elle avait tous les attributs d’une beauté et une fois encore je ne pensais pas y être sensible… Je jetais un rapide coup d’œil alors qu’elle resserrait sa ceinture. Elle s’excusa.

- Ce…

J’avais la voix bien rauque… Je m’éclaircis la gorge.

- Ce n’est rien…

J’acceptais de baisser enfin les yeux, certain d’avoir une vision correcte de la jeune femme. Elle avait de nouveau rougis, mais cette fois je savais exactement pourquoi… Son regard d’enfant pris en faute était tout simplement adorable et je posais un regard doux et tendre sur elle. Elle se saisit une nouvelle fois de ma main, venant entrelacer ses doigts aux miens. Son regard rouge sembla être habiter par une flamme et me donnais l’impression qu’il luisait, comme quand je faisais appel à mon pouvoir. Je ne savais pas trop quoi penser de cette façon de me regarder, ni de comment elle venait de prendre ma main. Pourtant je ne cherchais pas à m’en soustraire. Comme si moi aussi je ressentais le besoin de sentir son contact… Surement que c’était normal… Enfin je crois… Je vivais un moment difficile et je cherchais du réconfort. Je ne voyais que cette explication. Car jamais je n’aurai accepté autant de contact de sa part. Mon espace intime était trop souvent partager avec Gaia. Pourtant, je ne ressentait pas de gêne à cela. Comme si elle était une des miennes…

Son enthousiasme me fit sourire. Elle était tellement forte et pleine de vie. Celeborn également. Rien de ce que leur désastreux passé avait pu être ne semblait les atteindre. Je savais combien c’était faux. J’en avais la preuve sous les yeux avec l’ombre. Même si elle débordait de vie, son aura émotive était encore fragile. Bien que de nombreux progrès étaient à noter. C’est après cette déclaration que je me vis entrainer dans cette clairière merveilleuse. Elle s’arrêta cependant rapidement avant de se délesté de son livre sur le sol pour de nouveau me faire face.

J’affichais de nouveau un visage étonné. Un rituel ? Cet endroit était magique ? Pourtant, en dehors du flux, et du livre, je ne sentais pas de magie particulière. Je ne compre… Je fixais mes yeux dans les siens alors que son corps rencontrait une nouvelle fois le mien. Sa main quitta la mienne pour remonter le long de mon bras… C’était le mouvement que j’avais eu plus tôt pour elle, mais à l’inverse. Je sentis un frisson glisser dans mon dos et je serais légèrement la mâchoire pour essayer de le réprimer. Sa main termina sa course sur ma joue alors qu’elle m’expliquait pourquoi un rituel était nécessaire. Sa seconde main se posa également sur mon visage de chaque coté de mes tempes. J’avais fermer un instant les yeux gardant mon visage incliner vers elle, un léger sourire se dessinant sur mes lèvres, saisissant enfin où elle voulait en venir.
Ses mains glissèrent de ma tête pour aller trouver mon torse. Plus précisément mon cœur. Je rouvrit les yeux pour la fixé. J’étais un peu amusé de son procéder et j’aurai tellement aimer qu’il soit si facile pour moi de me débarrasser de tout cela… Sa main quitta sa place et l’autre trouva quelques mèches blondes à venir taquiner. Ses yeux se levèrent sur les miens. Je gardais le silence. J’étais touché qu’elle désir autant me libérer de ma peine. Je savais que je ne parvenais pas à la cacher malgré mes efforts. C’était bien trop lourd dans mon cœur. Je ne voulais pas lui promettre quelque chose que je me savais incapable. Mais je ferais de mon mieux. Ne serait-ce que pour que son sourire continue d’éclairer son visage.
Sa main revint se loger dans la mienne et je la serrais avec douceur, comme pour la remercier des attentions qu’elle avait à mon égard… Je savais que la meilleure façon pour moi de lui témoigner ma redevance, serait d’être heureux… Seulement… On venait de me forcer à abandonner une partie de moi-même… Et ce moi que je m’efforçais d’abandonner contenait joie et bonheur…
Sa main m’abandonna et elle me rappela que je ne devais pas broyer du noir ici… J’avais effectivement perdu le sourire qu’elle me donnait en pensant à ces choses. Je ne souhaitais pas créer un mensonge dans l’unique but de la satisfaire. Même si je souhaitais vraiment lui faire plaisir. Je lui adressais un regard un peu penaud, incapable de vraiment sourire. Je faisais vraiment de mon mieux…

Elle tourna sur elle-même et retira ses chaussures, s’approchant de l’eau calme. Ses pieds l’effleurèrent avant de finalement entrer de quelques pas. Je regardais sa silhouette envelopper de blanc, semblant flotter au-dessus de ce lac. Était-ce un paradis parce-qu’elle en était l’ange ? Dans la lumière naissante, au milieu de l’eau, Gaia me donnais cette impression. Un ange venue se poser à la surface de ce lac pour en admirer la beauté de plus prés.
Elle se tourna vers moi et je rencontrais son regard carmin un bref instant avant qu’elle ne ferme les yeux. Elle inspira une grande goulée d’air et pendant une fraction de seconde, je cru qu’elle allait se laisser tomber dans l’eau. Je fus soulagé quand elle leva les bras au ciel, ses yeux de nouveau ouvert. Commençant à danser de façon hypnotique. Je ne sais pas ce qui provoquait cela. Le mouvement du tissu de son vêtement ? Ses pas dans la faible profondeur de l’eau ? Son regard scintillant ? Sa voix brisa ma réflexion aussi surement que le silence de la forêt pour m’offrir une nouvelle chanson.

C’était un magnifique chant tous comme les deux qu’elle avait chanté précédemment. Elle tendit son bras à mon attention, m’invitant à la rejoindre. J’avais vraiment apprécié danser en sa compagnie. Je m’approchais donc, mes bottes elfiques entrant dans l’eau mais gardant mes pieds secs. Mes doigts rencontrèrent les siens glissant dans sa paume. Mon autre main trouva rapidement sa taille et comme un peu plus tôt, je la fis virevolter. Cette fois, je ne la laissais pas s’éloigner pour tourner, je la faisais décoller du sol en la portant avec délicatesse pour tourner sur moi-même avant de la reposer, provoquant de petite éclaboussure. Je m’aperçus que je souriais de nouveau avec douceur. J’avais l’impression qu’elle ne chantait que pour moi… J’étais tellement orgueilleux parfois… Elle n’avait aucune raison de chanter spécialement pour moi, enfin sauf quand je le lui avais demandé bien sur… Là, elle chantait tout simplement non ?
Je plongeais mon regard dans le sien, ne m’en détachant plus. Peu à peu je ralentis le rythme de nos pas pour une danse plus lente. Bien qu’elle ait cessé de chanter, je continuais malgré tout de danser avec elle. Je ne pensais plus à rien. Je n’étais pas heureux, mais au moins je n’étais pas immergé dans mon amertume et mon chagrin.
Je fini par m’arrêter au bout d’un certain temps. Je ne sais pas exactement combien de temps et je m’en fichais éperdument. Je me penchais légèrement et mon front se posa contre le sien. Je fermais les yeux et restais ainsi.

- Juste un instant je te prie…

Ma main était toujours dans la sienne l’autre toujours sur sa taille. Je crois que je m’avais rapproché de moi jusqu’à la sentir tout contre moi… Ou peut-être que c’était elle qui était venue ainsi… Je ne sais plus trop en fait. Tout était assez confus à ce moment-là. Tout ce que je sais, c’était que ça me faisait un bien fou d’être simplement ainsi…
avatar
Messages : 122

Date d'inscription : 07/04/2016

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un peu plus au calme... [PV Ciryiel][FINI] Mer 12 Avr - 1:41
Gaia Lockheart

Un peu plus
au
calme...

Ciryiel Valàreir
Gaia Lockheart

Enfermé dans l’écorce avec Ciryiel, l’Ombre avait du mal à contrôler le flot d’émotion qui tourbillonnait actuellement en elle. Rougissant de plus belle, elle ne savait pas où se mettre. Complètement collée contre l’Elfe qui en plus, avait posé un doigt délicat sur ses lèvres, elle n’osait même pas respirer. En fait, son esprit était aussi chaotique que lorsqu’elle perdait les pédales à l’évocation de son passé, mais là, c’était dans le positif. A par une gêne qui n’en était pas vraiment une, elle aimait se retrouver comme ça même si elle ne voulait pas se l’avouer.  Elle ferma donc les yeux quelques instants pour réorganiser tous les sentiments qui s’entrechoquait dans sa tête et, dans un soupir, les rouvrit. Adressant alors un sourire au blond, elle était heureuse de le voir le lui rendre. Oui, malgré l’obscurité de leur cachette, elle pouvait facilement voir, il ne fallait pas oublier que c’était une ombre. Et le fait que Ciryiel ait pu répondre à son sourire, voulait aussi dire qu’il voyait dans l’obscurité. Et c’est en accompagnant avec douceur sa main quand il libéra ses lèvres, qu’elle se repassa sa dernière réflexion en tête. Il voyait lui aussi, dans l’obscurité … Donc il avait pu percevoir toutes ses émotions…  Alors qu’il se détacha d’elle en dissipant leur cachette, cette idée la fit rougir un peu plus et elle ne put se décoller de l’arbre contre lequel il l’avait plaqué. Qu’allait-il penser d’elle si elle ne cessait de réagir ainsi ? Se disant qu’elle ne voulait pas que Ciryiel soit gêné de ses réactions, elle lâcha un soupir, secoua doucement la tête et se détacha enfin de l’arbre en saisissant sa main.

La brune avoua ensuite apprécier toujours autant le pouvoir du blond. Ce dernier se contenta de hausser légèrement les sourcils et de la fixer. Elle lui adressa donc un doux sourire avant de remettre son diadème en place. Et c’est quand elle perçut son regard se détourner d’elle à une rapidité fulgurante qu’elle comprit qu’il y avait un petit problème et effectivement, il y en avait un… Elle avait pu voir Ciryiel rougir et elle vu vite pourquoi. La poitrine de la brune était un peu trop… apparente. C’est donc elle qui rougit, et de façon beaucoup plus marquée que lui. Elle réajusta parfaitement sa tenue avant de s’excuser auprès de l’Elfe qui ne cessait de scruter le ciel. Et après un rapide coup d’œil pour sans doute vérifier qu’elle était mieux vêtue, il finit par reposer son regard sur elle. Toutefois, elle l’avait à peine perçu car confuse, elle se contentait de scruter ses jolies bottes.

Il prit ensuite la parole, un peu difficilement. Et d’entendre sa voix rauque comme ça, les joues de l’Ombre prient la couleur la plus intense qu’elles pouvaient offrir. Elle ne voulait pas le mettre mal à l’aise mais ses dires la rassurèrent quelque peu… Et elle réussit à poser son regard dans ses belles émeraudes. Voyant celui, si tendre qu’il lui adressait, elle fût encore plus confortée et saisit une nouvelle fois sa main, entrelaçant ses doigts aux siens. Elle appréciait tellement ce contact… Elle espérait qu’il n’allait pas en avoir assez au bout d’un moment car elle ne cessait de prendre ses mains encore et encore… A vrai dire, il n’y avait pas que ça qu’elle appréciait fortement, mais bon… Désormais, elle se reconcentrait et se préparait à un rituel.

D’abord souriant et ensuite étonné, Gaia put clairement voir que le blond se demandait ce qui allait se passer. Elle avait même l’impression qu’il recherchait une certaine aura magique dans le lieu où il se trouvait désormais. Mais rien ne l’était véritablement, c’était leurs pensées qui allaient la faire venir. Et c’est bien décidé à faire disparaitre la tristesse qui touchait l’Elfe que la brune se lança enfin.

Son regard plongé dans celui de Ciryiel, elle vint se coller à lui et glissa sa main le long de son bras pour remonter jusqu’à son doux visage. D’ailleurs, elle crut sentir sa mâchoire se serrer légèrement sous son passage. N’aimait-il pas ses douces caresses ? Elle se posa un instant la question mais quand elle déposa sa seconde main sur son visage et qu’elle le vit fermer les yeux, elle eut la réponse que non. C’était une bonne chose alors… La jeune femme faisait extrêmement attention aux expressions et aux moindres gestes que l’Elfe pouvait exprimer. Pourquoi ? Tout simplement pour ne pas commettre la moindre erreur et l’emmener plus facilement où elle voulait : loin de sa souffrance.

Gaia mima alors l’extraction de ses sombres pensées en passant ses mains sur ses tempes. Captant un léger sourire qui se dessinait sur ses lèvres, elle lui en adressa un, un peu plus grand quand il ouvrir les yeux pour l’observer enlever les douleurs de son cœur. S’amusant ensuite avec ses doux et longs cheveux blonds, elle ne cessait de le fixer, d’un air doux et bienveillant. Elle se demandait vraiment quelle peine pouvait le toucher pour qu’il soit dans un si triste état. Mais elle ne chercherait pas à le savoir, ça ne l’avancerait surement pas.

Une fois son petit rituel terminé, elle reprit la main de Ciryiel avec délicatesse et il la serra avec douceur. Posant une nouvelle fois son regard sur lui, elle prit son geste comme un remerciement et elle en était satisfaite. Bien que son visage n’exprime pas autant de joie qu’elle aurait voulu, elle était contente de recevoir ce petit message. Ces efforts n’étaient pas vains, et elle allait en faire davantage. Chaque réaction de l’Elfe la poussant à agir plus, afin de le ramener vers la lumière qu’il méritait tant.

Elle l’entraina au milieu de la clairière et finit par lâcher sa main, non sans un petit pincement au cœur. Son regard rougeâtre transperçant le sien d’émeraude, elle revint bien sûr le fait qu’aucunes pensées noires n’étaient acceptées dans ce lieu. Ciryiel la regardait d’un petit air penaud ce qui la fit sourire. Cette expression sur son visage, même attristé, était vraiment mignonne à voir. Et pour ne pas céder à l’envie de lui sauter dessus pour le prendre dans ses bras, la jeune femme s’approcha du petit lac. Il fallait qu’elle arrête de penser à toujours vouloir lui prendre la main, le prendre dans ses bras, se blottir contre lui. Oui il fallait oublier, ce n’était pas vraiment une attitude qu’un élève devait avoir envers un professeur mais… après réflexion... elle s’en fichait royalement. Qu’il soit un roi aussi d’ailleurs… Même si ça incluait de lourdes responsabilités, tous deux étaient des êtres vivants, et c’est ça qui primait…

C’est avec ces pensées en tête, que Gaia retira ses chaussures avant de marcher dans l’eau claire et froide. C’était si agréable… Ce genre de moment, au calme dans la douceur de la nuit, elle les adorait. Elle était bien loin de toute la violence, de toutes les souffrances. C’est pour ça qu’elle avait appelé cet endroit « Paradis ».  La brune se tourna vers Ciryiel avant de fermer les yeux et d’apprécier l’air si frais et pur. Hummmm oui, c’était un vrai bonheur. Et tout ça lui donna envie de danser une nouvelle fois. Laissant son corps suivre ses envies plus que sa raison, elle ouvrit les yeux et se lança dans une danse envoutante. Mais elle n’oubliait pas que la raison de sa présence en ce lieu était l’amélioration de l’état de l’Elfe et non le sien. Elle se mit alors à chanter, vu qu’il avait fortement apprécié les premières fois, se concentrant pour offrir une parfaite prestation. Surtout que ces paroles n’avaient pas été choisies au hasard…

Après avoir chanté un couplet, elle tendit son bras pour inviter le bel Elfe et fut heureuse de sa réaction. Son visage s’illumina aussitôt et elle le regarda tendrement s’approcher d’elle pour la rejoindre. Il n’avait pas ôté ses bottes mais elle pensa qu’avec telles chausses, il ne devait pas avoir de problème d’étanchéité. Mais cette réflexion disparue vite de son esprit quand il vint prendre délicatement sa main. A l’instant même de ce contact elle ne put s’empêcher de fermer les yeux brièvement et frissonna quand il posa sa deuxième main sur sa taille. Malgré sa tristesse, tous ses gestes étaient remplis de délicatesse et de légèreté déconcertante. La brune étant très sensible à cette tendresse prononcée, souriant encore un peu plus. Et voilà qu’ils dansaient de nouveau.

L’Ombre avait passé sa main libre dans le dos de Ciryiel, à peu près au milieu. Elle agitait doucement ses doigts pour y faire de petites caresses quand elle en avait l’occasion. Car il la faisait virevolter mais, de manière différente que la première fois. Désormais, les pieds de la jeune femme quittaient quelques instants le sol et elle se faisait porter, tournoyant avec l’Elfe, avant qu’il ne la repose, dans de petites éclaboussures. A chaque fois qu’il répétait son geste, la brune ne pouvait s’empêcher de sourire toujours et encore un peu plus. Elle n’avait jamais partagé ce genre de chose avant… enfin si, elle avait déjà dansé avec quelqu’un mais c’était avec un fond de manipulation. Donc ça ne comptait pas. Danser avec Ciryiel, avec quelqu’un qu’elle appréciait, c’était vraiment une première. Et deux fois dans la même soirée, ça relevait du fantastique pour elle.  En plus, elle n’était pas la seule à apprécier l’instant. Son cavalier souriait de nouveau, et ça lui réchauffait le cœur…

Son regard, elle ne pouvait le détourner de celui du blond. Comme hypnotiser par ses émeraudes qui émanaient une douce lueur, elle se laissait volontiers perde dans cet océan.Et l'inverse avait l'air d'être aussi vrai, car il ne cessait de la fixer. Mais maintenant que son chant était terminé, ils allaient de nouveau se séparer. Du moins, c’est ce qu’elle pensa mais elle fut heureuse d’avoir tort, pour une fois… Le Prince avait ralenti le rythme de leur pas et elle s’y réadapta bien facilement. C’était vraiment un plaisir de danser avec lui, il fallait avouer qu’il était vraiment doué, même plus qu’elle surement. Toutefois, elle laissait son corps se mouvoir de lui-même au lieu de réfléchir quel pas faire. Puis il faut dire, qu’il la guidait très bien, alors…

Ce beau duo dansant continua pendant un certain temps. La jeune femme se demanda si son geste signifiait qu’il attendait qu’elle chante de nouveau, mais elle ne le perçut pas comme ça. C’était si agréable de danser dans ce silence, seulement brisé par les bruits de l’eau et leur vêtement. Oui, c’était extrêmement agréable et reposant… Toujours plonger dans le regard de l’Elfe, Gaia essayait de juger son état. Il n’avait pas l’air heureux mais… pas triste non plus. Son sourire était toujours là, et c’était une très bonne chose. Intérieurement, la brune fêtait une petite victoire personnelle. Elle avait au moins réussi à soulager sa peine encore quelques instants, et elle en était heureuse.

Ciryiel finit par arrêter de danser et c’est maintenant là, qu’elle s’apprêta à se détacher de lui. Mais… seulement en théorie, car en pratique, elle était toute contre lui et rien ne laissait paraitre qu’elle allait s’écarter.Comment c'était-elle retrouvée aussi près de lui encore une fois ? Elle n'y avait pas fait attention mais, elle profita pour se blottir un peu plus contre lui.  Il vint ensuite pencher doucement la tête pour poser son front contre le sien. A cet instant, Gaia sentit son cœur faire un bond mais elle ne bougea pas d’un poil. Elle n’avait même pas rougi, car elle se sentait tellement bien… Lui avait fermé les yeux mais elle, ne le faisait pas. A ses dires, elle lâcha un doux soupir qui vint réchauffer doucement ses lèvres. Elle finit par murmurer :

- Tout ce que tu voudras…

Et elle ferma les yeux à son tour. L’une des mains de Ciryiel était toujours dans la sienne tandis que l’autre restait sur sa taille. Captant sa respiration car il était si proche d’elle, un large frisson parcouru l’entièreté de son corps, mais elle ne bougea guère. Cet instant… S’il se sentait bien ainsi, ça ravissait au plus haut point l’Ombre, car elle aussi l’était. Rien ne pouvait troubler ce moment si calme… Les seuls bruits étant celle de leur respiration. Et peut-être celui du cœur de Gaia car il battait fortement.

L’Ombre respecta la demande de Ciryiel et ne bougea pas pendant plusieurs minutes. Ce contentant de savourer le moment, lui laissant le temps de l’apprécier et de peut-être mettre fins à certaines de ces pensées noires. Toutefois, elle ne put rester indéfiniment sans bouger. Le pouce de sa main qui tenait celle de Ciryiel s’agita doucement pour lui faire de douce caresse. Tandis que celle dans son dos remonta dans une infinie délicatesse pour l’effleurer du bout des doigts, passer sur ses cheveux et finir sur l’arrière de sa tête, juste sous sa couronne, pour lui faire aussi des caresses. Histoire de vérifier qu’elle ne le troublait pas, Gaia ouvrit légèrement les yeux pour regarder les traits de son visage avant de les refermer.

C’est désormais sa tête qui bougea, pour frotter dans deux petits va-et-vient le front de Ciryiel avant qu’elle ne s’arrête pour reprendre sa position originelle. Ouvrant une nouvelle fois les yeux, elle fixa les lèvres de l’Elfe qui étaient si proches… Non elle ne pouvait pas penser à une chose pareille… Pourtant elle le pensait et c’est en refermant ses yeux qu’elle sentit son cœur s’agiter bizarrement. Etait-ce ça, s’éprendre pour quelqu’un ? Elle ne le savait guère… En tout cas, ce n’était pas une simple envie qu’elle ressentait actuellement. C’était plus élaborer que ça, plus fort, plus … prenant. Merde non, elle ne pouvait continuer à penser ainsi… surtout qu’il ne recherchait que du réconfort en elle… Sa raison et son cœur étaient en train de s’affronter dans un terrible duel surement sans issue. C’est donc son corps qui agit en premier…

La main présente sur la tête de Ciryiel glissa dans sa nuque et alla chercher sa peau sous ses cheveux. Une fois trouvée, elle revint dans son cou pour l’effleurer délicatement avant de remonter sur sa joue. Elle s’y arrêta un court instant pour la caresser mais son pouce alla s’aventurer un peu plus loin, et passa sur les lèvres de l’Elfe. Légèrement humide, si douce… Il fallait qu’elle arrête de… penser à … ça… Sa main se décala alors entièrement pour trouver refuge dans son cou qu’elle ne cessait de couvrir de tendre caresse.  Bordel, qu’est-ce qu’elle était en train de faire… Elle n’osait même pas rouvrit les yeux… Mais en même temps en les gardant fermé, elle s’imaginait en train de... Mais si elle les rouvrait et qu’il exprimait de la colère, ou pire, que sa tristesse était revenue… Gaia venait de se bloquer toute seule…

- Ciryiel…

Elle ne savait pas quel mal touchait l’Elfe et peut-être qu’avec les gestes qu’elle venait de faire elle allait aggraver son cas… Elle se sentait mal à l’aise, mais avait toujours cette envie irrémédiable. D’ailleurs la main qui tenait la sienne se serra un peu plus et elle l’avait porté contre sa propre joue, lui intimant de la poser à cet endroit. Mais… pourquoi continuait-elle dans des gestes dont elle n’était pas sure ? Elle n’en savait rien… Elle était toute chamboulée. Son cœur battait comme jamais mais, il n’était pas le seul… Son âme c’était aussi éveiller et se mettait à vibrer… C’était donc ça apprécier fortement une personne ? C’était donc ça… aimer ?


CSS par Gaelle

avatar
Messages : 146

Date d'inscription : 05/12/2016

Age : 23

Chambre : N° 5

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un peu plus au calme... [PV Ciryiel][FINI] Mer 12 Avr - 18:36
Ciryiel Valáreir

Ft. Gaia Lockheart


Un peu plus au calme...


Je sentais le bout de ses doigts qui me prodiguaient de légères caresses alors que je la faisais tournoyer dans mes bras. Je la regardais avec intensité alors qu’elle souriait toujours plus. Elle était vraiment bien plus jolie avec le sourire, d’autant plus avec ses joues légèrement rougies.
Mon regard était encré dans le sien et l’inverse était vrai également. Il semblait que rien ne pourrait nous détourner l’un de l’autre. Le silence suivit ses dernières paroles uniquement troublé par le clapotis de nos pas dans l’eau et le bruit du tissu de nos vêtements. Même les oiseaux ne chantaient pas, comme si ils pouvaient briser cet instant de leur gazouillis.

Je m’étais complétement perdu dans ses yeux de feu. Pourtant… Je craignais cet élément plus que tous les autres. Mais cette fois, j’étais un faible papillon qui se dirigeait lentement vers la flamme qui le consumerait irrémédiablement. Même si mon vol était lent, ma destination me semblait une évidence.
J’avais cessé mes pas de danse, tenant la jeune femme contre moi. Elle se blotti un peu plus, comme si mon arrêt signifiait un éloignement. Je ne souhaitais pas encore me détacher d’elle. J’éprouvais le besoin impérieux de la serrer d’avantage. Comme si je voulais qu’elle entre à l’intérieur de mon cœur pour combler la vide infini que les miens avait créé. C’était bien entendu complétement absurde. Mais je crois qu’à cet instant, la majeure partie de mon esprit s’était effiloché.
J’avais fermé les yeux, et mon front s’était appuyé contre le sien lui demandant un instant. En fait… J’essayais de me reprendre. Ma volonté était… Je ne savais pas où elle était en fait… Je n’avais envie de rien sinon de rester ainsi pour l’éternité. Peut-être que si nous ne bougions pas… Nos corps deviendraient alors de la pierre et je resterai indéfiniment dans cet état de paix.

Le souffle de son murmure vint effleurer mes lèvres, me rappelant que je n’avais aucun droit de l’entrainer avec moi. Elle ne souhaitait pas devenir une statue de sel et encore moi devoir se tenir à mes côtés. J’étais complétement stupide. Je fronçais douloureusement les sourcils alors que je peinais à m’extraire de la mélasse dans laquelle je venais de complétement m’immerger. Avant de finalement faire marche arrière et m’y vautré avec délectation.
Gaia caressait ma main avec son pouce. C’était léger et doux, agréable au possible me faisant lâcher un soupir de contentement. Je sentis son autre main remonter dans mon dos, m’effleurant du bout des doigts, faisant naitre des frissons pour enfin venir se poser à l’arrière de ma tête. Je crois que j’aimais beaucoup cela. En tout cas, mon visage qui avait été plutôt neutre jusque-là, affichait un léger sourire, comme si je dormais et que je vivais un rêve agréable. C’était peut-être le cas… Cela expliquerait pourquoi tout était si doux et pourquoi je ne parvenais pas à me reprendre ! Pourquoi je me laissais guider par mes envies plutôt que par ma raison. C’était forcément ça…

La demoiselle bougea légèrement sa tête frottant son front au mien et je resserrais sa taille contre moi. C’était mon rêve ! Je n’avais pas l’intention de la laisser s’échapper. Ma respiration était aussi calme qu’une mer d’huile et les battements de mon cœur régulier et lent. Je respirais la tranquillité comme un vieux chêne dont les rayons  de soleil viendraient éclairer et transpercer ses feuilles. Je tenais ce soleil contre moi.
Sa main quitta mon crane pour glisser sur ma nuque, franchissant le rideau de mes cheveux pour venir se poser sur ma peau. Cela semblait être son but car elle se déplaça dans mon cou y faisant un rapide passage avant de venir sur ma joue. Ses gestes étaient d’une douceur infinie et je sentis quelque chose effleurer mes lèvres. J’ouvris, à demi, les yeux et tombait sur le visage de la jeune femme, tout proche du mien. Je comprenais mieux pourquoi son souffle venait ainsi mourir sur mes lèvres. Son aura était vraiment… Je regardais les couleurs, les détaillants, les analysants. Il ne faisait aucun doute que cette situation lui plaisait. Cependant, je crus discerné un soupçon de… C’était trop bref… Je ne parvenais pas à m’en saisir vraiment…
Mon nom franchit ses lèvres et mes yeux tombèrent dessus. Elle resserra ma main dans la sienne avant de la lever jusqu’à sa joue. Ma main glissa dessus, la recouvrant avec douceur. Je la fis avancer  lentement dans son cou, mon regard fixant toujours ses lèvres légèrement rosée. Mon front quitta le sien alors que je me penchais légèrement. Je voulais juste gouter à ses lèvres… C’était mon rêve après tout non ? Mon souffle les réchauffa alors que je les fixais avec envie et que je m’apprêtais à les effleurer des miennes.
Je me ravisais et fini par poser ma tête dans le creux de son épaule, la blottissant contre moi. Je l’avais perçu plus nettement cette fois… Dans son aura… Cette couleur. Jamais mon esprit n’aurai fait naitre ça dans un rêve… Jamais…

- Je suis désolé Gaia…

Ma voix était légèrement étouffée mais elle devait parfaitement la saisir. Un poids d’une lourdeur sans nom venait de refaire son apparition dans mon cœur et les paroles tranchantes des miens dans mon esprit.

- Il semblerait que je ne sois pas capable de laisser mon désespoir plus longtemps…

Ma main, qui ne serait pas sa taille pour la plaquer contre moi, caressait tendrement sa nuque. La douleur qui irradiait dans ma poitrine était si vive… Si brulante… J’avais envie de lâcher une plainte pour m’en débarrasser.  Seulement… Les Princes ne s’abaissent pas à dévoiler leur douleur de cette façon. Je me détachais enfin de son corps, ce qui me laissa un froid étrange. Je lui caressais doucement la joue, lui souriant avec tendresse mais tristesse. Je voyais déjà son aura changer… Je savais que ça ne lui plairait pas mais… C’était nécessaire… Pour moi…

- Merci pour ce moment…

Je pense que lui dire que je souhaitais à présent être seul était inutile. Ma main qui avait jusque-là tenue sa taille avait glissé et ne tenait plus que le bout de ses doigts. Je les guidais jusqu’à mes lèvres et déposait un baiser dessus. Je lui étais véritablement reconnaissant de m’avoir apporté autant de douceur et de réconfort. Et dire que cela n’avait servi à rien lui serait un cruel manque de respect. J’avais été bien pendant quelque instant. Comme si je n’étais qu’un simple membre du peuple et que je pouvais faire ce que bon semblait sans que cela n’ait aucune conséquence.
Je rompis tout contact physique avec l’ombre faisant un pas en arrière. Ce n’était qu’un au revoir bien entendu. Nous allions sans aucun doute nous revoir… Surement une autre nuit où aucun de nous deux ne voudra dormir. Je lui adressais un dernier regard remplit de douceur et de gratitude avant de me retourner et de m’éloigner en direction du couvert des arbres. Je repris ma forme d’évanescence et avant de complétement disparaitre, je scrutais une dernière fois sa frêle silhouette sur le bord de ce lac étincelant. Je sentis un pincement dans mon cœur, noyer au milieu du reste de ma douleur…
Je traversais la forêt avant d’arriver devant mon arbre et de reprendre une forme appropriée pour y monter et aller me blottir dans mon lit, serrant les bras contre moi, cherchant à annihiler toute ma peine.
avatar
Messages : 122

Date d'inscription : 07/04/2016

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un peu plus au calme... [PV Ciryiel][FINI] Jeu 13 Avr - 1:10
Gaia Lockheart

Un peu plus
au
calme...

Ciryiel Valàreir
Gaia Lockheart


Tels les sujets d’un tableau que l’on viendrait tout juste d’achever, Ciryiel et Gaia venaient de se figer. L’un contre l’autre, leur tête se soutenant mutuellement par le biais de leur front, immobile dans la faible profondeur de l’eau en cette douce nuit. Ensemble de couleurs vives et sombres qui se mélangeaient,  seulement éclairé par les douces lueurs qui se levaient à peine. La vision qu’ils offraient ressortait presque mystique. Toutefois, les couleurs n’étaient pas les seules à se mélanger… les émotions aussi. Et bien que la brune soit la plus touchée en passant d’un extrême à un autre, finalement, l’Elfe n’en était pas moins affecté.

La jeune femme répondit dans un murmure à la demande du Prince. Ne faisait aucune geste, seul son souffle chaud était à l’origine de douces caresses sur ses lèvres. Elle profitait de l’instant, de ce moment merveilleux qu’elle était en train de passer. Mais elle ne pouvait s’empêcher de se soucier du sort de Ciryiel. Il avait l’air si impacté, si perdu. Cherchant juste un solide réconfort que l’Ombre voulait à tout prix lui donner… Les minutes passèrent et rien ne changea. Si cela pouvait lui faire du bien, elle pouvait rester l’éternité ainsi. Tant qu’elle était près de lui, et qu’il se portait bien, le reste n’avait plus vraiment d’importance…

Comment pouvait-elle penser à une chose pareille ? Bien sûr qu’il y avait beaucoup de choses importantes. L’évolution de ses pouvoirs, leurs maitrise, la compréhension de son passé, de son grimoire, mais… non finalement… tout ça étaient maintenant bien risible. Ce qu’elle voulait par-dessus tout, c’était remonter le moral de Ciryiel et qu’il reste dans un état stable. Non, qu’il soit heureux, qu’il garde son sourire, qu’il se sente vivre et qu’il ne cesse d’émaner cette douce lumière qu’elle appréciait tant.

Finalement, Gaia brisa leur immobilisation en caressant doucement la main du blond à l’aide de son pouce. Attentive à chacun de ses retours, elle sentit un petit frisson lui parcourir le dos quand il lâcha un doux soupir. Elle continua donc dans sa lancée en faisant glisser son autre main sur son dos, pour qu’elle trouve destination sur sa tête. Caressant ses longs cheveux blonds, elle ouvrit rapidement les yeux pour se rendre compte de son état d’esprit. Et bien que très faible, son sourire était de nouveau présent sur son visage. Cette vision fit sourire la jeune femme et elle referma les yeux. Cette fois, c’est sa tête qui s’agita délicatement, afin de la frotter son front. Et elle fut ramenée encore un peu plus contre lui... Elle appréciait tellement cette proximité… Tout son corps collé au sien... Malgré leurs couches de tissu, elle pouvait ressentir la chaleur qui émanait de son être. Vraiment… si agréable.  

L’Ombre ouvrit les yeux, pour capter une nouvelle fois ces réactions. Son sourire toujours présent, les traits de son visage étaient sensiblement plus détendus. Oui, l’on ressentait une certaine tranquillité désormais. Sa respiration et les battements de son cœur, si calme, justifiant cette sensation. Et la brune, rassurer et heureuse de ce changement qu’elle avait aidé à faire, referma ses yeux rubis. Elle était si heureuse, et sincèrement, qu’il trouve au moins un peu de répit. Même si ses peines devaient toujours être présentes, le fait qu’il les oublie un instant était une véritable victoire pour la jeune femme. Cependant, le bonheur de cette victoire était accompagné par une autre émotion. Beaucoup plus forte et intense. Criant depuis l’intérieur de son cœur et de son âme, enfin libérée d’une prison de pierre, cette émotion brisait ses chaines afin de faire surface.

Chamboulée par cette dernière, Gaia glissa la main présente sur sa tête pour décrire un petit parcours délicat, dont le terminal était la joue de l’Elfe. La pensée qu’elle avait désormais, c’était d’atteindre ce que son pouce venait de caresser : les lèvres de Ciryiel. Oui… elle avait cette envie irrésistible de poser les lèvres contre les siennes… afin d’y déposer un baiser sincère mené par ce sentiment fort qui animait doucement son cœur. Oui, il n’y avait aucun doute, c’était ce sentiment qui faisait désormais battre son cœur. Il avait défait ses chaines pour les tendres vers Ciryiel…  Il avait brisé une solide couche dans son être, et la faille qu’il avait ouverte n’attendait qu’à être illuminée par sa lumière.

Appelant l’Elfe par son prénom, la jeune femme vint ensuite s’emparer de sa main pour la déposer sur sa propre joue. Quand il vint alors la poser avant de la faire descendre dans son cou elle lâcha un petit soupir, qui avait été accompagné d’un léger frisson. Les yeux toujours fermés, elle sentit Ciryiel se pencher doucement vers elle… Désormais, elle ressentait parfaitement son souffle sur ses lèvres. Son souffle chaud, oui… Elle était sure que si elle ouvrait les yeux, elle le verrait tout proche. Son cœur se souleva alors, il s’était approché un peu plus avant de… finir par poser sa tête dans le creux de son épaule. La blottissant contre lui, elle ouvrit les yeux pour voir son expression de son visage.

Elle avait pensé être sur la même longueur d’onde que lui, enfin, pendant quelques minutes au moins… Et même si elle sentait un petit pincement dans son cœur, elle comprenait tout à fait son geste. Après tout, il n’était pas en grande forme. Ce n’était pas véritablement le moment pour ce genre de chose… Si elle avait au moins soulagé le poids de son âme, elle était heureuse de ce qu’elle avait pu accomplir. Tout ce qu’elle espérait, c’était de ne pas avoir empiré la situation avec son geste…

Dans une voix étouffée, il se dit désolé, avant de continuer pour avouer qu’il ne pouvait se séparer de son désespoir plus longtemps. Déses… poir… Merde… La brune savait que trop bien ce que cela faisait au corps et à l’esprit. Et elle se voulait de ne pas avoir réussi à l’éloigner de ça plus longtemps… Oui, elle était triste, même blessée…

- Ne t’excuse pas pour des choses… que tu ne peux contrôler…

Le désespoir, la peur, la colère, la haine… Tout ça était des sentiments qu’elle connaissait trop bien, et elle savait pertinemment que de s’excuser pour les avoir en soi ne changeait en rien. Elle ne voulait pas accepter ces excuses. Il n’avait rien fait de mal. Elle ne lui en voulait pas, pour rien d’ailleurs… La main qu’il vint glisser dans sa nuque lui rappela qu’elle ne devait pas lui montrer le mal qui la touchait désormais. Non, il était toujours là, et il fallait qu’il puisse apprécier encore quelques instants de bonnes émotions de la part de la brune. Mais c’était si difficile… Et quand il se détacha d’elle, elle eut l’impression d’être frappée par une lame en plein cœur. Son être saignait… et pour plusieurs raisons. Mais comme elle venait de le penser, il ne fallait pas lui montrer cela. Elle se devait de le soutenir encore un peu.

Gaia vint frotter doucement sa joue contre la paume de sa main quand il la caressa, et ferma les yeux. Mais elle les rouvrit bien vite pour lui adresser un tendre sourire. Comme celui qu’il avait à son égard, il soulignait une part de tristesse… C’était si difficile, de … ne pas craquer… Et quand elle entendit ses dernières paroles, elle sentit son âme perdre en intensité. Elle ne voulait pas qu’il parte… Elle voulait continuer de l’aider, elle voulait au moins essayer… Rester au moins à ses côtés, pour être la comme soutien, mais aussi apprécier sa présence…

Quand il vint déposer un baiser sur les doigts de la brune avant de les lâcher, elle trouva la force de lui répondre, mais d’une voix légèrement tremblante.

- Merci à toi… Ciryiel…

Gaia lâcha un discret soupir pour évacuer le trop plein d’émotions qui montait en elle. Elle sentait les larmes monter mais elle ne voulait pas offrir ce triste spectacle à l’Elfe. Il avait déjà tant à supporter… Plus aucun contact ne les liait désormais… Et elle puisa une certaine force dans le regard remplit de douceur et de gratitude qu’il lui adressa. Y répondant avec un doux sourire, ses rubis vinrent se poser dans ces émeraudes une dernière fois. Elle était tout de même heureuse d'avoir pu le soulager un peu, et heureuse de recevoir sa gratitude.
Voulant offrir une vision de réconfort, de force et de tendresse à Ciryiel, elle trouva la puissance nécessaire pour lui adresser dans l’amour qu’elle lui portait… Oui, il partait, mais aucun doute qu’il allait se revoir. Il partait, mais c’était pour revenir en meilleur forme. Il partait, avec une partie de l’âme de Gaia accroché à lui…

Tandis qu’il s’éloigna, la jeune femme ne bougea pas, restant dans la position dans laquelle il l’avait quitté. Elle le regarda reprendre sa forme de tigre avant qu’il ne disparaisse derrière les arbres, non sans lui adresser un dernier regard. Et c’est quand elle fut certaine qu’il n’était plus dans les parages, qu’elle se laissa tomber sur les genoux. Dans l’eau de ce lac scintillant…

- Reviens-moi avec toute ta lumière, Ciryiel Valàreir. Reviens-moi…

Elle avait baissé la tête et les larmes perlaient sur ses joues si blanches, loin des rougeurs qu’elles avaient connues il y a quelques instants encore. Dans un terrible silence, elle ne savait pas ce qui était le plus difficile à supporter. Le fait qu’il soit plongé dans un horrible désespoir, le fait qu’il soit loin d’elle et qu’elle ne pouvait plus l’aider à diminuer ce sentiment en lui, ou encore le fait qu’il soit partie sans qu’elle puisse lui dévoiler son… amour…

Se recroquevillant, elle posa son front à la surface de l’eau et murmura comme pour se libérer d’un poids :

- Je t’aime Ciryiel Valàreir…

Elle posa sa main sur son cœur, afin d’en ressentir les battements. Les larmes se firent plus abondantes sur son visage fin. Elle n'aurait jamais pensé dire sa un jour... Elle... Le numéro 4... Qui ressentait un sentiment aussi fort qu'était l'amour... Et même si le principal intéressé était loin quand elle prononça ses mots... ça lui faisait du bien de le dire...

- Je t’aime… Je ne supporterais pas de te revoir dans un si profond désespoir… Fait en sorte qu’il te quitte vite… Je me sens si impuissante…

Comme pour avouer des choses qu’elle n’avait pas eu le temps de lui dire, la brune resta un instant dans cette position. Son kimono se retrouvant vite imbibé de l’eau de lac, elle trouva la force de se relever après des longues minutes passées à pleurer en silence. Revenant auprès de son grimoire, elle n’avait même pas envie de le prendre avec elle. Trop préoccuper par le sort de l’Elfe, c’est plus un réflexe qui lui fit récupère son ouvrage. Ah oui, et ses chaussures… Elle avait oublié de le remettre et fit demi-tour pour les enfiler. Elle voulait vite quitter cette clairière pour s’enfermer dans sa chambre. Oui ce lieu était magique et ne devait pas laisser de places à des sentiments négatifs… Tout ce qui peut noircir l’esprit et blesser le cœur… y était… proscrit…


CSS par Gaelle

avatar
Messages : 146

Date d'inscription : 05/12/2016

Age : 23

Chambre : N° 5

Rang :

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un peu plus au calme... [PV Ciryiel][FINI]
Contenu sponsorisé
Un peu plus au calme... [PV Ciryiel][FINI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Esperanza :: Hors RP :: Archives :: Archives RP-
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: